Hommage à Jean-Luc Fiches

Par François Favory, le 21 octobre 2012 / Ce texte sera publié en hommage à Jean-Luc dans les actes du colloque AGER de Barcelone, sous presse.

Jean-Luc FICHES, directeur de recherche honoraire du CNRS, en retraite depuis avril 2012, est décédé brusquement à 65 ans, le 12 octobre 2012.

Jean-Luc portrait3

cliché équipe de fouille d’Ambrussum

Jean-Luc avait beaucoup investi de son temps et de son énergie, avec Rosa Plana Mallart, sa collègue et amie de l’UMR 5140 (Montpellier-   Lattes), pour faire paraître les actes du colloque AGER  de Barcelone 2010, qui devaient faire l’objet d’une co-édition avec la Casa de Velazquez. Le volume qui va paraître en 2013 lui est dédié.

Jean-Luc était un des cofondateurs de l’association AGER, Association d’étude du monde rural gallo-romain, avec Didier Bayard, Gérard Chouquer, Jean-Luc Collart, Alain Ferdière, Thierry Odiot, Paul van Ossel, Claude Raynaud et moi-même (16 février 1991).

Il a en assuré la présidence de février 1991 à mars 1996, transmettant son mandat à Alain Ferdière lors de l’AG du 29 mars 1996, en marge du Colloque AGER d’Orléans. A partir de cette date et jusqu’en mars 2007, il a occupé le poste de vice-président en charge de la rédaction du Bulletin AGER, aujourd’hui assurée par Frédérique Bertoncello, Bertrand Dousteyssier et Laure Nuninger.

Jean-Luc a toujours manifesté un intérêt soutenu à la diffusion des résultats de la recherche et à l’édition d’ouvrages et de revues. Il était reconnu pour son efficacité éditoriale et sa capacité à surmonter les obstacles de toute nature. Sa bibliographie témoigne de son engagement résolu dans l’édition archéologique. Il a siégé dans le comité de rédaction de plusieurs revues dont Gallia, Antiquités Africaines, la Revue Archéologique de Narbonnaise, les Documents d’Archéologie méridionale, les Nouvelles de l’Archéologie, et il était consultant auprès du comité de rédaction du Journal of Roman Archaeology.

Récemment, il avait accepté de m’aider à conduire à son terme la publication des actes du colloque AGER de Rennes, en 2004 Silva et saltus en Gaule romaine : dynamique et gestion des forêts et des zones rurales marginales (friches, landes, marais) : nous avons effectué la relecture des actes, corrigé les textes et conçu une réorganisation du volume.

Jean-Luc était un personnage charismatique, capable de mobiliser les énergies, de lancer de nouveaux chantiers, de réunir des spécialistes des différentes disciplines de l’histoire et de l’archéologie, y compris les sciences du paléo-environnement à une époque où le dialogue et la rédaction intégrée d’une monographie constituaient un défi difficile à relever. Jean-Luc Fiches fut en fait, parmi les archéologues, le promoteur le plus actif, avec Michel Passelac, en Languedoc occidental, et Thierry Odiot, en moyenne vallée du Rhône, de la convergence entre l’archéomorphologie (aujourd’hui l’archéogéographie, théorisée et formalisée par Gérard Chouquer) et l’archéologie.

Mon parcours personnel m’a amené à le rencontrer en 1980, quand il développait des recherches sur les centuriations de la cité de Nîmes, avec Jacqueline Soyer. Il est venu à Besançon pour soumettre des photographies aériennes du Centre Camille Jullian, d’Aix-en-Provence, au filtrage optique en lumière cohérente (laser). Nous avons très vite sympathisé. Comme je tenais à peupler de paysans les centuriations du Languedoc oriental sur lesquelles je travaillais, il m’a fait rencontrer, en décembre 1984, à Donzère, Claude Raynaud qui m’a invité à lancer un vaste programme de prospection au sol en Lunellois pour établir la carte des établissements ruraux. L’expérience conduite, à sa demande, en analyse des données, en recourant à l’analyse factorielle des correspondances et à la classification ascendante hiérarchique, sur l’habitat du territoire de l’antique Ugernum (Beaucaire) (Gallia, 45, 1987-1988), a compté dans la mise au point du protocole méthodologique utilisé dans les deux programmes européens Archaeomedes.

Jean-Luc était un démiurge, un forgeron du travail collectif. Il a initié nombre d’aventures de recherche collective de forte ampleur et de grand impact sur la recherche archéologique et historique.

En 1981, il lance le programme collectif de recherche « Occupation des sols à l’époque romaine en Narbonnaise », avec Michel Passelac, en Languedoc (SDA, programme H13 « Terroirs et villae »), programme qui sera élargi ensuite, en 1988, aux archéologues des régions Provence-Côte-d’Azur et Rhône-Alpes (H11 « Terroirs, productions et établissements ruraux gallo-romains ») (1994). C’est à l’occasion d’une des rencontres périodiques du PCR que Sander van der Leeuw, alors enseignant à l’université de Cambridge, conçut le projet d’associer les archéologues du Midi méditerranéen au programme européen Archaeomedes (2003).

Photos julie 144

cliché équipe de fouille d’Ambrussum

De 1983 à 1987 il contribue, avec Michel Bats et Michel Py, au démarrage du chantier-école de Lattes.

De 1984 à 1990 il dirige et anime, avec Guilhem Fabre, directeur de recherche au CNRS en géomorphologie, un programme de l’ATP Archéologie métropolitaine, financé par le CNRS, Ministère de la Culture et Ministère de l’Éducation nationale et de la Recherche sur le thème « Archéologie, géosystème et histoire de l‘aqueduc de Nîmes ». Ce programme fera l’objet d’une publication remarquée en 1991.

De 1987 à 1998, il est directeur adjoint du Centre de Recherches Archéologiques du CNRS (UPR 7520, puis USR 708), aux côtés de Bruno Helly puis de Françoise Audouze. directeurs successifs. De fait, il a la charge de la direction du centre de Valbonne qui regroupe une partie importante des personnels et des équipements mutualisés par les équipes associées au sein du CRA. Dans ce cadre, en 1990, il va lancer, avec Sander van der Leeuw, un programme de l’ATP Grands projets d’archéologie métropolitaine, sur le thème « Hommes, espaces et techniques dans la région de Fréjus (Var). Occupation et environnement dans le bassin de l’Argens depuis le Néolithique », où l’ambition est d’impliquer les chercheurs et personnels du CRA dans un programme fédérateur et de faciliter le travail en commun des archéologues, historiens et paléo-environnementalistes (1990).

C’est aussi à cette époque et durant ce mandat au CRA que, de 1990 à 1997, il va  diriger le Groupement de Recherche n° 954 du CNRS « Archéologie de l’espace rural méditerranéen dans l’Antiquité et le Moyen Âge » qui poursuit le travail collectif engagé dans les PCR H 13 et H 11 « Occupation des sols à l’époque romaine » financés par le Ministère de la Culture (1996).

De 1993 à 1999, il dirige le projet collectif de recherche du Ministère de la Culture, initié par Jean-Luc Massy, alors conservateur régional de l’archéologie en Languedoc–Roussillon, portant sur « L’Habitat groupé gallo-romain et les agglomérations secondaires en Languedoc-Roussillon ». Cette belle aventure se conclut par une vaste publication, en deux tomes, qu’il dirige (2002).

La fin des années 1990 et la décennie 2000 sera fortement marquée par des mandats nationaux dans l’administration et l’évaluation de la recherche scientifique : trois mandats, dont deux successifs, dans la commission 32 « Mondes anciens et médiévaux » du Comité national de la Recherche scientifique, le dernier comme président (2004-2008), membre de la Commission permanente du Conseil national de la Recherche archéologique, de 1999 à 2003, membre du Comité de l’Archéologie du CNRS de 2001 à 2006. Ces fonctions prenantes et chronophages ne l’empêcheront pas de poursuivre ses activités de terrain sur le quartier bas d’Ambrussum, site emblématique de sa carrière, où il avait commencé ses investigations en 1967, à 20 ans (1986 ; 1989 ; 2007 ; 2009), et de continuer à éditer des ouvrages archéologiques (2002 ; 2003 ; 2007 ; 2011).

Jean-Luc n’aura pas eu le temps de nous composer la synthèse que nous attendions de lui sur le territoire de la cité antique de Nîmes. Il avait accumulé un important matériau, dans tous les registres de l’information utile à une synthèse historique : j’avais pu mesurer et apprécier sa vaste culture lorsque je suis venu travailler dans le Languedoc et je ne suis pas prêt d’oublier les classeurs, où l’information était enregistrée par commune, et dont il m’avait généreusement offert l’accès durant des années. Il était capable de conjuguer l’histoire, l’archéologie, l’histoire de l’art, la numismatique, l’épigraphie, les sciences du paléo-environnement. Il avait, entre autres, donné, dans une série d’articles, une lecture de la dynamique spatio-temporelle des élites nîmoises en mobilisant de manière ingénieuse et innovante différents types de documentation et proposé une carte des zones dynamiques de la cité antique..

Archaepigraph_Jean-Luc2_nb

cliché MSHE C.N. Ledoux

Animé d’une grande curiosité, il appartenait à la famille des pionniers : quand il s’est agi, dans les années 90, d’accompagner nos amies géographes de l’Université de Paris I, UMR Géographie-Cités (Hélène Mathian, Dernise Pumain, Lena Sanders), dans des aventures scientifiques inédites dans le domaine de l’archéologie spatiale, dans le prolongement du programme européen Archaeomedes, Jean-Luc était là, comme il a été là, et de manière décisive, dans un programme ANR en cours, TransMonDyn, dirigé par Lena Sanders, un programme exploratoire, c’est-à-dire où on se permet tout, aux marges de l’archéologie, de la géographie, de la modélisation conceptuelle. Membre éminent du comité scientifique du programme ANR ArchaeDyn, que je dirige avec Laure Nuninger, il s’était activement investi dans un de ses chantiers, en cours, consacré à l’épigraphie spatiale dans les cités de Nîmes et de Vienne, aux côtés de Michel Christol, Pierre Garmy, Marie-Jeanne Ouriachi et Pierre Ouzoulias.

 La nature l’avait gratifié d’une allure magistrale : élégant, droit comme un i, un profil de médaille, une chevelure nourrie, d’un blanc éclatant, une démarche un peu élastique avec le dos plutôt raide et un accent inimitable qui faisait sonner et chanter la langue française, débitée de manière lente et claire. On le distinguait et il en imposait.

Pour les jeunes, qui se pressaient sur le chantier d’Ambrussum, pour les masterants, les doctorants, les jeunes chercheurs, il était un maître, un pédagogue hors pair, une figure calme, accueillante, rassurante, ouverte et compétente.

Pour les collectivités territoriales, pour les institutions culturelles, il était un conseiller avisé, un porteur de projets de valorisation solide et fiable, accessibles au plus grand public.

Il était un ami incomparable.

Il était mon ami, nous étions des frères.

Jean-Luc FICHES, bibliographie


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search