De l’huile d’olive et des timbres : réflexions sur quelques publications récentes

Référence pour citer ce billet : Michel Reddé, « De l’huile d’olive et des timbres : réflexions sur quelques publications récentes », Carnet de recherche de l’Association d’étude du monde rural gallo-romain, mis en ligne le 15 février 2024 [En ligne : https://ager.hypotheses.org/4741]

De l’huile d’olive et des timbres : réflexions sur quelques publications récentes

Par Michel Reddé, directeur d’études émérite à l’École pratique des Hautes Études

La publication récente de deux ouvrages de la collection « Intrumenta » (série OLEASTRO), éditée par l’Université de Barcelone, m’invite à revenir sur différents problèmes documentaires auxquels je me suis retrouvé confronté en rédigeant une synthèse sur les circuits du grand commerce entre l’Espagne, la Gaule, la Germanie et la Bretagne sous l’Empire romain (Reddé 2023). Leur exposé intéresse, au fond, l’ensemble des historiens et des archéologues qui travaillent sur cette période et c’est pourquoi, bien que non spécialiste de l’économie de la péninsule ibérique, je livre ici les réflexions que m’inspirent ces lectures, sans prétendre en traiter tous les aspects, souvent très techniques.

Les deux ouvrages en question, ainsi que toute une série d’articles en anglais qui leur sont liés, traitent respectivement des ateliers d’amphores à l’huile situés sur les rives du Guadalquivir (zone de Cordoue, González Tobar 2023) (Bourgeon 2021) et sur celles du Genil, son principal affluent gauche (zone d’Ecija, Bourgeon 2021). Ils sont issus de deux thèses, dirigées par Stéphane Mauné, en cotutelle avec les Universités de Séville et de Cordoue1. Ce projet avait deux objectifs principaux : documenter, selon un protocole pluridisciplinaire rigoureux s’appuyant sur les travaux réalisés en Narbonnaise, les ateliers d’amphores Dr. 20 de ces zones de production massive de l’huile d’olive, dont chacun sait qu’elle fut exportée dans l’ensemble de l’Occident romain et à Rome même ; prélever, lors de fouilles programmées réalisées sur des ateliers témoins, charbons de bois et restes carpologiques afin de mesurer l’impact sur le milieu de cette activité presque industrielle, entre l’époque augustéenne et la seconde moitié du 3e siècle. Une troisième thèse, encore inédite, a été consacrée à des recherches similaires le long du Guadalquivir entre Séville et le confluent du Genil (Desbonnets 2018), ce qui fait que l’essentiel de ce secteur a été réétudié avec des méthodes et des problématiques communes, à quelques nuances près. Ajoutons-y une quatrième étude, réalisée dans le même cadre scientifique et restée elle-aussi inédite, sur les sites de consommation de cette production oléicole de Bétique en Gaule et en Germanie (Dubler 2019). Ce « tir groupé » de travaux écrits en français constitue assurément un beau succès d’équipe quand on considère que la bibliographie sur ces sujets, très technique en elle-même, est le plus souvent réservée aux locuteurs hispanophones, échappant de ce fait à nombre de lecteurs non spécialistes.

Fig. 1 : La diffusion de l’ensemble des timbres de l’atelier de Malpica I découverts en dehors de la Bétique (carte Bourgeon 2021, fig. 350).

Chacun de ces ouvrages réserve évidemment une place très importante aux corpus de timbres dont une partie non négligeable de ces amphores étaient pourvues. De ce fait, les prospections menées ces dernières années dans ce secteur de l’Andalousie ont permis d’augmenter de manière très significative les bases de données existantes. L’épigraphie amphorique en sort améliorée, ce qui devrait intéresser à la fois les historiens mais aussi les archéologues qui disposent là de données nouvelles très importantes car l’essentiel de ces estampilles sont désormais datées de manière précise. C’est par exemple le cas de 91% d’entre elles dans la vallée du Genil, contre seulement 50% avant ces recherches récentes (Bourgeon 2023, 664). Le catalogue qui en proposait jusqu’ici la recension la plus complète (Berni Millet 2008) n’en devient pas obsolète pour autant mais il devra être désormais complété par ces données nouvelles. La base en ligne du CEIPAC (https://romanopendata.eu) ne les a pas encore enregistrées, comme on peut le vérifier en y recherchant de manière aléatoire les estampilles inédites publiées dans ces deux ouvrages. À cet égard, pour le repérage et la production de cartes de timbres amphoriques géoréférencés concernant la Gaule et les Germanies, la base (open access) mise en place par Corinne Dubler lors de la rédaction de sa thèse a été mise à jour jusqu’en 2020 et elle offre aux chercheurs un outil commode avec une bonne interface graphique2. Elle ne comprend malheureusement pas, à ce jour, les références aux sites de consommation britanniques, pourtant référencés par O. Bourgeon pour trois des ateliers du Genil (Alcotrista et Malpica I et II). Il faut, à cet égard, se contenter des cartes « papier » que l’on peut trouver dans sa publication. On en présente ici un exemple très démonstratif qui illustre assez bien ce que doit être aujourd’hui une carte géoréférencée, à la fois chronologique et quantitative (fig. 1). Bien sûr, la question des vides qu’elle révèle doit être posée. Dans la mesure où toutes les amphores ne sont pas estampillées — on ignore en vérité pourquoi —, on peut en effet se demander dans quelle mesure ces cartes reflètent la réalité des exportations. Ivan González Tobar propose à cet égard des statistiques intéressantes à partir de cinq sites de consommation : le timbrage serait de 59,6 % au 1er siècle dans le vide sanitaire de Saint-Just, à Lyon, de 32 % au Bas de Loyasse, en 70, de 35 % à Avenches aux 1er/2e siècles, de 65 % à Saint-Romain en Gal, de 70 à 75% à la superficie du Testaccio au 3e siècle (González Tobar 2023, 695). Mais, même avec les chiffres les plus bas, il est bien évident que, vu les grands nombres concernés, ces échantillons sont représentatifs de la distribution réelle, au moins en termes de tendance.

La recherche sur les sites de production eux-mêmes apporte d’autres éléments importants et une réflexion nouvelle largement inédite jusqu’ici. Dans les trois conventus concernés, il s’est agi essentiellement de prospections pédestres, avec quelques essais limités d’investigations géophysiques (Université de La Rochelle) et de photographies aérothermiques à l’aide de drones dans le secteur cordouan (González Tobar 2023, 58-60 et 68-70). Les méthodes de tri sélectif et de comptage intéresseront d’ailleurs les spécialistes mais on se prend à rêver de ce que des prospections magnétiques de grande surface pourraient apporter à une telle enquête, maintenant qu’on dispose des outils robotisés qui permettent d’en maîtriser les coûts et la durée. Trois fouilles ont été menées, l’une à Las Delicias, dans la vallée du Genil, les deux autres à El Mohino et à Fuente de los Peces, dans celle du Guadalquivir ; leur rapport a fait l’objet de publications détachées.
Dans ces terrains bourrés de matériel amphorique et où une partie des constructions en dur a été édifiée avec des tessons recyclés, la discrimination des ateliers proprement dits constitue un exercice délicat et a fait l’objet de discussions serrées. Ainsi I. González Tobar distingue-t-il des ateliers « sièges » et d’autres potentiels ou incertains, prenant notamment en compte la dispersion des timbres et la présence parfois déroutante d’estampilles similaires sur des sites de production différents. Ce phénomène, qualifié de « contamination », s’expliquerait tantôt par une vraie pollution, tantôt par l’existence de succursales qui posent la question de l’organisation du travail dans ces ateliers et de l’existence possible d’un système de locatio-conductio comme on en connaît dans le cas de l’opus doliare de Rome (González Tobar 2023, 645-660, voir aussi Bourgeon 2021, 644-658). On ne peut exclure non plus que des entrepreneurs ou des propriétaires aient fait produire leurs emballages dans des officines différentes. Ces problèmes ne pourraient se résoudre véritablement que par des fouilles. Notons au passage, comme l’a fait observer O. Bourgeon, l’importance de la reconnaissance des crapaudines de tours de potier dans l’identification des ateliers. Il s’agit, en l’espèce, de petits disques d’un diamètre de 8 à 12 cm, retaillés dans une panse d’amphore et marqués par une cupule ou un orifice central, qui signe la présence d’un tourillon (Bourgeon 2021, 76).

Quoi qu’il en soit, les prospections ont permis de localiser un grand nombre d’ateliers inédits et de préciser leur localisation, systématiquement proche des rives du Guadalquivir et du Genil, ce qui prouve, sans contestation possible que c’est à la fois la disponibilité de la matière première (l’argile) et celle de la voie fluviale pour le transport des conteneurs, une fois fabriqués et remplis sur place, qui ont constitué les facteurs prépondérants de l’implantation. Celle-ci n’est donc pas localisée directement dans les villae cultivant l’olivier, situées plus à l’intérieur des terres. Cette remarque n’est pas neutre, du point de vue du système productif, et elle doit être confrontée avec ce que nous apprennent des exemples comparables pour l’économie viticole/vinicole, par exemple dans la vallée du Rhône (González Cesteros et Berni-Millet 2018, 41-47), voire pour la production d’amphores régionales en Gaule du Nord (Laubenheimer et Marlière 2010). On doit toutefois nuancer cette description globale par deux cas spécifiques : l’atelier de Fuentes de los Peces, situé plus à l’intérieur des terres, dans la province de Cordoue, a révélé une production plus ancienne de Dr 20A, ce qui suggère une évolution dans le temps du système de production des amphores (Gonzalez Tobar, Mauné 2018). Le second cas est illustré par la fouille de Las Delicias, dans la vallée du Genil, car elle a révélé la présence d’une huilerie à l’intérieur même de l’atelier (Mauné et al. 2014, 434-435). Cette découverte constitue un changement notable de paradigme puisque, suivant le modèle proposé dans les années 1970 par M. Ponsich, les établissements oléicoles se seraient trouvés sur les coteaux à quelque distance des ateliers de Dr. 20. On observe en revanche aujourd’hui que, sur la trentaine de centres de production d’amphores répertoriés dans cette zone, une dizaine aurait en fait comporté une huilerie (Bourgeon 2021, 548-549).

Fig. 2 : Répartition chronologique proportionnelle de la production de tous les ateliers d’amphores à huile dans le conventus Cordubensis (González Tobar 2023, fig. 568).

On laissera ici de côté la question de la taille des installations, difficile à déterminer avec précision à partir des seules prospections pédestres. Mais on doit noter que ceux-ci ont produit de manière récurrente d’autres types de conteneurs que des Dr. 20 : des Haltern 70 à defrutum et des Dr. 2-4 vinaires, des dolia, de la céramique commune, des matériaux de construction, essentiellement pour les besoins locaux, ce qui n’est pas surprenant en soi et montre l’insertion de ces officines dans l’économie régionale à côté de leurs activités dans le grand commerce interprovincial de l’huile (González Tobar 2023, 703-714 ; 727 ; Bourgeon 2021, 541-550). Mais d’autres détails révélateurs méritent d’être relevés. Après une bonne description de la chaîne opératoire qui préside à la fabrication des amphores, mais qu’on connaissait déjà, O. Bourgeon revient en effet sur la question controversée de l’imperméabilisation des amphores et de leur poissage éventuel qui soulève des quantités de problèmes mal résolus en l’état actuel de nos connaissances, la poix étant dissoute par l’huile et conférant un goût désagréable à celle-ci. L’hypothèse avancée est qu’il pouvait exister d’autres processus d’imperméabilisation, notamment l’utilisation des margines (amurca) produites par le pressurage. À cet égard, l’auteur évoque la découverte d’un bassin de décantation, situé à l’écart des pressoirs, dans la fouille de l’huilerie de Las Delicias, et qui aurait pu servir à séparer les boues. L’absence d’analyses physico-chimiques ne permet pas, pour l’heure, de valider définitivement cette hypothèse intéressante qui offre toutefois une piste alternative intéressante à celle du poissage des conteneurs (Bourgeon 2021, 596-598). Cette utilisation possible d’un dérivé du produit commercialisé (un procédé économique en soi) paraît d’ailleurs en accord avec la réutilisation des grignons d’olives comme combustible pour les fours, pendant toute la durée d’utilisation de l’atelier (Bourgeon et al. 2018). Cette ressource complétait le bois, essentiellement prélevé parmi les chênes verts et les pistachiers lentisques de cette région, qui constituaient l’essentiel du combustible au début de l’Empire ; la proportion de ces essences a en effet progressivement baissé avec le temps, si l’on en croit les analyses anthracologiques effectuées, alors que l’usage des grignons augmentait (Bourgeon 2021, 566-567). On mesure ici l’impact écologique de cette agro-industrie de la production oléicole en Bétique. Il est vrai que la taille des fours était importante : une récente étude a tenté d’en modéliser la production à partir de la fouille effectuée à Las Delicias. Le four 3, d’une taille de 4,4 m de diamètre et d’une capacité de 66 m3, aurait pu ainsi cuire 191 amphores par fournée, un chiffre théorique, bien sûr, qui invite à se poser la question de la charge qui reposait sur les conteneurs installés dans le bas de la chambre de chauffe, mais aussi sur l’importance des ratés de cuisson et sur le cycle de fonctionnement, estimé ici à environ trois semaines en prenant en compte la phase de refroidissement (Carrato et al. 2018 ; Bourgeon 2021, 590-591). À partir des résultats de la fouille des huit fours d’El Mohino, S. Mauné a poursuivi le travail de modélisation en croisant l’estimation du nombre d’amphores produites annuellement, leur contenance moyenne et le rendement à l’hectare des oliveraies, basé sur les chiffres des agronomes. La production annuelle, environ 9500 Dr. 20, de ces différentes unités de cuisson qui se sont succédé dans le temps aurait servi à la commercialisation de l’huile produite sur une surface de l’ordre de 500 ha d’oliviers (Gonzalez Tobar et al. 2018). De son côté, I. González Tobar a tenté une estimation de la production de tous les ateliers d’amphores à huile du conventus Cordubensis. Il propose ainsi une courbe chronologique (fig. 2) et un tableau (fig. 3) assurément suggestifs mais, à mon sens, un peu trop aléatoires compte tenu de la méthodologie utilisée car celle-ci ne s’appuie pas sur des exemples de dépotoir fouillés qu’on pourrait, à la rigueur, tenter de quantifier, mais seulement sur l’échantillonnage de surface3. De là à évaluer la superficie d’oliveraies cultivées, selon une tendance actuellement très en vogue, il y a un pas important qu’il pourrait être imprudent de franchir mais chaque lecteur pourra en juger car la méthode a été décrite dans un article de grande diffusion dans Antiquity (González Tobar 2023, 736-741). La superficie estimée s’élèverait selon l’auteur à plus de 32000 ha pour le conventus Cordubensis, un chiffre qu’on doit comparer avec les 95757 ha cultivés en 1858.

Fig. 3 : Estimation globale des volumes d’amphores et d’huile d’olive produits dans le conventus Cordubensis (González Tobar 2023, fig. 570).

La quantification de l’économie antique reste un desideratum difficile à satisfaire même si elle reste utile pour susciter la réflexion. Naturellement, ces recherches récentes ont permis de faire des progrès significatifs sur la lecture et le contenu des timbres retrouvés, soigneusement décrits, illustrés et étudiés, ce qui occupe une bonne part des deux volumes concernés. Il s’agit là d’une question très technique dans le détail de laquelle je ne me risquerai pas, faute de compétence en la matière. Le lecteur pourra en revanche trouver une importante mise au point méthodologique et théorique dans l’ouvrage tout récent (en espagnol) de J. Moros Diáz, publié dans la même collection « Instrumenta » et dont les conclusions ont été accessibles à O. Bourgeon et I. González Tobar (Moros Diáz 2021). On rappellera malgré tout que cette épigraphie amphorique est extrêmement diversifiée, ce qui rend son intelligibilité difficile malgré tous les progrès récents : elle révèle en effet des noms de grandes familles clarissimes ou équestres, voire d’empereurs à partir des Sévères, mais aussi ceux de femmes ou de probables conductores, ou encore d’intendants et régisseurs, libres ou affranchis, voire serviles. Elle permet aussi de décrire avec une acuité nouvelle les stratégies d’accaparement des ateliers par plusieurs grandes familles et la concentration plausible de ceux-ci dans les mains de quelques-uns. Il existe aujourd’hui un consensus assez général (mais pas unanime) au sein des chercheurs spécialistes de ces questions pour admettre que ces timbres renvoient à la fabrication des amphores proprement dites et non à la production d’huile. Pourtant, il est difficile de croire que les grands personnages révélés par ces inscriptions —si leur déchiffrement est correct— aient été seulement propriétaires de ces ateliers, les conteneurs n’étant évidemment pas le produit rentable qui rapportait de l’argent. Pourquoi donc auraient-ils investi seulement dans la production d’emballages à faible valeur ajoutée ? Comme le rappelle à juste titre O. Bourgeon, la question de l’indépendance entre producteurs d’huile et fabricants d’amphores doit donc être reposée (Bourgeon 2021, 667-670). Ici comme ailleurs, notre méconnaissance à peu près totale du système agraire de cette période brouille notre compréhension du fonctionnement des campagnes. On sait ainsi, notamment grâce à la correspondance de Pline le Jeune, qu’un même individu pouvait posséder des domaines proches ou même voisins, juridiquement distincts mais de facto réunis, et les faire valoir grâce à différents systèmes d’exploitation. Il pouvait aussi, bien entendu, posséder des ateliers de potiers sans que son nom apparaisse sur les timbres. Ces relations économiques et ce système complexe de propriété du sol et d’activités annexes comme la production d’emballages nous échappent largement, faute de sources écrites. Mais on peut noter que, dans les trois conventus qui nous occupent ici, l’abondance épigraphique devrait désormais inviter les chercheurs à investiguer les villae proches des ateliers pour tenter de démêler cet écheveau compliqué de responsabilités et d’interactions économiques. Les mêmes problématiques se posent évidemment pour d’autres régions du monde antique, bien qu’elles ne soient pas dotées de la même richesse épigraphique que la Bétique. On pense par exemple à la vallée du Rhône ou encore à celle du Rhin.

Un dernier point retiendra encore mon attention, celui de la chronologie de la production des ateliers donc, par extension, celui de la production oléicole. Les enquêtes de terrain menées dans ce secteur ont toutes révélé des débuts antérieurs à la production des Dr. 20B, selon la terminologie en usage (Martin-Kilcher 1987). Or ces informations sont corroborées par l’étude des sites de consommation de l’époque augustéenne, très finement datés sur le limes de Germanie. Ainsi, les niveaux augustéens (2e décennie av. J.-C.) du camp du Hunerberg à Nimègue ont-ils livré un total de 73 amphores de Bétique intérieure, soit 6 Oberaden 83, 22 globulaires, 44 cylindriques, et 1 Haltern 70) sur un total de 176 amphores ibériques, les autres (87) provenant de la baie d’Algesiras et de la côte méridionale (produits et sauces de poisson), sur un total global de 202 conteneurs, ce qui montre la prépondérance de cette région dans l’approvisionnement du camp le plus ancien de Germanie (Van den Berg 2017 ; tableau reproduit dans Reddé 2023, 70). Un tel phénomène implique évidemment une économie déjà solidement établie. À Oberaden (12 av. J.-C./9-8 av. J.-C.), les emballages de la vallée du Guadalquivir représentent désormais 40,7 % du total, le gros étant représenté par des Oberaden 83 (González Cesteros et Tremmel 2011-2012 ; tableau reproduit dans Reddé 2023, 71). À Anreppen (6-9 ap. J.-C.), les produits de la même vallée forment 45,40 % du total, dont une majorité de Haltern 71 (González Cesteros et Tremmel 2015 ; tableau reproduit dans Reddé 2023, 73). On perçoit donc très tôt la montée en puissance de l’exportation oléicole de ces régions, indépendamment de la chronologie des timbres proprement dits, souvent plus tardifs. Resterait évidemment à savoir si une étude précise des pâtes confirmerait ou non ces identifications.
Cette prise en compte des données obtenues par l’étude des sites de consommation autorise à reconsidérer quelque peu le début du schéma évolutif proposé par I. González Tobar qui envisage un démarrage, au fond assez timide, vers 30 av. J.-C. Il paraît clair qu’une partie des données archéologiques de cette période est masquée par des phénomènes de taphonomie encore mal identifiés ; ou bien elle est perdue à cause de l’extension urbaine de Séville, de sorte que les sites de production les plus anciens ne sont guère connus (González Tobar 2023, 729-735). L’essor des exportations massives d’huile de Bétique me paraît ainsi antérieur aux années 70-110 ap. J.-C., même si le courant commercial s’est effectivement renforcé dans le dernier tiers du 1er siècle ap. J.-C.
La prise en compte de la typologie des amphores, et non pas seulement des timbres datés, est aussi d’un grand intérêt pour notre compréhension de la fin de la production, souvent considérée comme acquise dès le dernier quart du 3e siècle. Or —et c’est un mérite de ces deux études— la prise en compte de la production de nouvelles amphores plus petites, celle des Dr. 23, montre que les exportations d’huile de cette région ont perduré beaucoup plus tard qu’on ne le pensait, jusqu’en plein 4e siècle, voire au-delà. Leur présence a pu être mise en évidence sur au moins une vingtaine des trente et un ateliers identifiés dans la vallée du Genil, permettant même d’en proposer une nouvelle typologie (Bourgeon 2021, 537-540 ; González Tobar 2023, 700-703). Ceci n’implique pas, évidemment, des exportations aussi massives que dans les périodes précédentes. En Gaule du Nord, les études de F. Laubenheimer et E. Marlière n’en ont recensé que seize exemplaires, dans les chefs-lieux de cité principalement. Mais la même enquête n’a révélé que deux témoignages de Tripolitaine III, un chiffre ridicule qui implique que ce n’est pas l’huile d’Afrique qui, dans ces régions, a pris la place des produits de Bétique, alors qu’on voit apparaître, dès le second siècle, de nouveaux conteneurs locaux. La question posée par les auteures reste donc valable : s’agit-il d’un changement d’habitudes culinaires, les graisses animales et l’huile de noix remplaçant alors les importations espagnoles ou, plus simplement, d’un effondrement des circuits économiques hérités du principat (Laubenheimer et Marlière 2010, 68-70) ? En Narbonnaise, au contraire, les Dr. 23 sont omniprésentes dans les contextes des IVe et Ve s. (première moitié), qu’il s’agisse de niveaux ruraux ou urbains.

Même pour un non spécialiste, la lecture de ces deux ouvrages est donc stimulante, on le voit. Elle invite en effet à dépasser le cadre géographique strict des études menées sur les ateliers d’amphores situés dans le bassin du Guadalquivir. Encore n’ai-je pas fait ici le tour de toutes les pistes de recherche qu’elles ouvrent et dont on aimerait vivement voir la poursuite, notamment par des fouilles de terrain. À tout le moins peut-on espérer qu’elles favoriseront une réflexion renouvelée sur l’économie de l’huile, y compris en Gaule du Nord où elle est trop rarement prise en compte.

Bibliographie

– Berni Millet P., Epigrafía anfórica de la Bética. Nuevas formas de análisis, Instrumenta 29, Barcelone, 2008.
– Bourgeon O., La production d’amphores à huile dans la vallée du Genil (Ier-Ve s. ap. J.-C.). Contribution à l’histoire socio-économique de la Bétique Romaine, Instrumenta 78, Barcelone, 2021.
– O. Bourgeon, Cl. Pagnoux, S. Mauné, E. García Vargas, S. Ivorra, M. Ater, A. Moukhli, J.-F. Terral, Olive tree varieties cultivated for the expansive trade in Baetican oil : morphometric analysis of olive stones from Las Delicias (Écija, province of Seville, Spain), Vegetation History & Archaeobotany, 27 (3), 2018, p. 463-476. https://hal.science/hal-01827107
– Carrato Ch., Tiago O., García Vargas E., Mauné St., Bourgeon O., Lanos, Ph., Sobre la capacidad de carga de los hornos romanos de ánforas. Balance metodológico y reflecciones a partir de un horno de Dressel 20 del alfar de Las Delicias (Écija, Sevilla), dans : Remesal Rodríguez J., Revilla Calvo V., Bermúdez Lorenzo J.M. (éd.), Cuantificar : qué, cómo y para qué. Quantification in Classical Archaeology : objects, methodologies and aims, Instrumenta 60, Barcelone, 2018, 295-318.
– Desbonnets Q., Les ateliers d’amphores à huile du conventus d’Hispalis (Séville, Espagne). Caractérisation et étude d’une zone de production de la province romaine de Bétique (Ier s. av. J.-C. -Ve s. ap. J.-C.), thèse soutenue le 13 décembre 2018, Université de Montpellier, inédite.
– Dubler C., Commerce et diffusion de l’huile de Bétique dans les provinces des Gaules et des Germanies (Ier-IIIe s. ap. J.-C.), thèse soutenue le 18 décembre 2019, Université de Montpellier, inédite.
– González Cesteros H. et Berni Millet P., Roman Amphorae in Neuss. Augustan to Julio-Claudian contexts, Roman and Late Antique Mediterranean Pottery 12, Oxford, Archaeopress, 2018.
– González Cesteros H. et Tremmel B., «Aceite, vino y salazones hispanos en Oberaden. Spanish Olive Oil, wine and salted products in Oberaden », dans Noguera Celdrán J. M. et Antolinos Marín J.A., éd., De vino et oleo Hispaniae. Áreas de producción y procesos tecnológicos del vino y el aceite en la Hispania romana. Coloquio Internacional de vino et oleo Hispaniae. Oil and wine production areas and technological processes in Roman Hispania.International Conference. Museo Arqueológico de Murcia 5, 6 y 7 de mayo de 2010 Archaelogical Museum, Murcia May 5th-7th 2010, Ann. Murcia 27-28, 2011-2012, 527-542.
– Gonzalez Cesteros H. et Tremmel B., « Les importations d’amphores dans le camp légionnaire d’Anreppen (Westphalie, Allemagne) », dans SFECAG. Actes du congrès de Nyon, Marseille, SFECAG, 2015, 343-352.
– González Tobar I., La production d’amphores à huile dans la moyenne vallée du Quadalquivir (Conventus Cordubensis, province de Bétique). Nouvelles perspectives socio-économiques, Instrumenta 84, Barcelone, 2023.
– González Tobar I., Trends in the production of olive oil amphorae at ceramic workshops in Roman Baetica: A chrono-proportional representation method”, Antiquity 97 (397), 2023, 927–944, https://doi.org/10.15184/aqy.2023.69
– I. González Tobar, S. Mauné, Un atelier rural inédit d’amphores à huile augusto-tibériennes. Fuente de los Peces (Fuente Palmera, province de Cordoue), Mélanges de la Casa de Velázquez, 2018, Tome 48 (2), p. 203-234. https://shs.hal.science/halshs-02129861
– I. González Tobar, S. Mauné, O. Tiago Seoane, E. Garciá Vargas, F. Lévêque, L’atelier d’amphores Dressel 20 et Haltern 70 d’El Mohino (Ier s.-première moitié du IIe s.) à Palma del Río (prov. de Cordoue, Espagne), Congrès International de la SFECAG, Reims, 10-13 mai 2018, Marseille 2018, p. 319-344.
– Laubenheimer F. et Marlière É., Échanges et vie économique dans le Nord-Ouest des Gaules : Nord-Pas-de-Calais, Picardie, Haute-Normandie : le témoignage des amphores du IIe siècle av. J.-C. au IVe siècle apr. J.-C., Besançon, 2010.
– Martin-Kilcher St., Die römischen Amphoren aus Augst und Kaiseraugst. Ein Beitrag zur römischen Handels-und Kulturgeschichte. 1: Die südspanischen Ölamphoren (Gruppe 1), Forschungen in Augst 7/1, Augst, 1987.
– S. Mauné, E. Garcia-Vargas, O. Bourgeon, Ch. Carrato, S. Garcia-Dils, S. Corbeel, F. Bigot et J. Vásquez Paz, L’atelier d’amphores à huile Dr. 20 de Las Delicias à Ecija (Prov. de Séville, Espagne). Résultats de la campagne de fouille 2013 et perspectives, in Actes du Congrès International de la SFECAG, Chartres, 29 mai-1er juin 2014, Marseille 2014, p. 419-444.
– Moros Diaz J., Organización productiva de las ánforas beticas (Dressel 20, ca. 30-270 D.C.). Un modelo de análisis e interpretación de los sellos del instrumentum domesticum, Instrumenta 77, Barcelone, 2021.
-Reddé M., Aux marges de la Gaule. Conquête militaire et développement économique de l’Occident romain, Longues-sur-mer, PHAE, 2023.
-Van den Berg J., « Regional Amphorae from pre-Flavian Nijmegen: a new Group of Intra-Regional Containers », dans Carreras C. et van den Berg J. (éd.), Amphorae from the Kops Plateau (Nijmegen). Trade and Supply to the Lower-Rhineland from the Augustan Period to AD 69-70, Oxford, Archaeopress, 2017, 151-184.

Notes



Citer ce billet
Elliott Sadourny (2024, 15 février). De l’huile d’olive et des timbres : réflexions sur quelques publications récentes. Association Ager. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vu6g

  1. CNRS, UMR 5140, équipe TP2C. Programme de recherche (« Oleastro = Oléiculture et production d’amphores ») du LabEx Archimede Montpellier (ANR-11-LABX-0032-01) et de la Casa de Velásquez. []
  2. https://um3.maps.arcgis.com/home/item.html?id=637a3e824ac8497c811581bb3a0ee300. []
  3. « Nous partons du postulat que les quantités de déchets générées par un atelier sont un indicateur proportionnel de son volume de production. L’échantillon des bords obtenu sur place signale, non seulement les types d’amphores produites et leur chronologie mais également les quantités relatives produites. Une question fondamentale qui se pose alors est : l’échantillonnage de surface est-il assez représentatif pour être utilisé ? Sans aucun doute. Pour ce type d’analyse, la prospection, en raison de son caractère extensif, est même bien plus utile que le sondage archéologique qui, est au contraire, trop ciblé sur une seule fenêtre. L’échantillonnage de surface se heurte toutefois à une objection principale : le fait que les productions plus anciennes pourraient être enfouies sous les productions les plus récentes » (González Tobar 2023, 736). []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search