Techniques d’amendement agraire et témoins matériels

Nicolas POIRIER, Laure NUNINGER « Techniques d’amendement agraire et témoins matériels », Histoire & Sociétés Rurales 2/2012 (Vol. 38), p. 11-50.
URL : www.cairn.info/revue-histoire-et-societes-rurales-2012-2-page-11.htm., « Techniques d’amendement agraire et témoins matériels. Pour une approche archéologique des espaces agraires anciens », p.11-50

Fig1_StRomainGal_transport-fumier

Représentation du transport du fumier (début du IIIème siècle après J.-C.). Mosaïque du calendrier agricole provenant de Saint-Romain-en-Gal (Rhône). Musée de Saint-Germain-en-Laye.

Depuis les années 1970, l’archéologie a connu un élargissement constant de ses champs d’investigation, déplaçant notamment son intérêt du site au territoire. Alors que les praticiens anglo-saxons développaient un intérêt pour les vestiges récoltés « hors site » en prospection, généralement interprétés comme vestiges de l’épandage de fumier, le contexte scientifique français n’a que peu mobilisé ces éléments dans les études d’occupation du sol. L’objectif de cet article est donc de replacer la pratique de la fumure dans le cadre plus large des opérations d’amendement agraire et de leurs corrélats matériels. Le recours aux sources littéraires, aux données de fouilles et aux données iconographiques permet de s’assurer que la pratique de l’épandage de fumier, auquel ont été incorporés des déchets domestiques, conduit à la récolte de tessons de poterie hors site. L’identification de ces épandages agraires permet d’aborder les questions liées à la variation de la pression agraire sur le milieu.

Ever since the 1970s, archaeology continuously enlarged its fields of inquiries, most notably moving away from site-based studies into territorial approaches. While Anglo-American specialists have started to focus on material gathered « off-site » during surveys and generally interpreted as traces of manure application, French scientific teams made little use of this type of element in their studies of land use. The present article thus aims at replacing the practice of manuring in the wider context of soil improving operations and their material traces. Using literary sources, and data from archaeological digs and from iconographical sources, one can prove that the practice of applying manure in which household waste was included leads to the off-site harvesting of pottery shards. Identifying these agrarian manuring episodes is particularly useful when dealing with the issues linked to the evolution of agrarian pressure on the ecosystem.

 

  • Pourquoi et comment amender le sol ? Avec quels corollaires archéologiques ?
    • L’amendement minéral
    • L’amendement organique
    • Le recours au fumage des terres cultivées : une pratique attestée depuis l’Antiquité
    • Dans l’Antiquité
    • Au Moyen Âge
    • Époque moderne et contemporaine
  • Des déchets domestiques pouvaient être incorporés à la fumure
    • Proximité entre habitat et étables
    • Recommandations des agronomes
    • Observations archéologiques, géochimiques et textes de la pratique
  • Utiliser le mobilier hors site comme marqueur des espaces amendés
    • Une interprétation ancienne mais toujours discutée
    • Quels apports à la connaissance de l’espace rural ?
    • Les limites de l’interprétation

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Julien dit :

    Bonjour,

    Est-ce que cet article est en ligne ? Si oui, sur quel lien ?

    Merci à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.