Le suburbium dans les cités des Gaules romaines

Compte-rendu de Master : Antoine Vazeille, Le suburbium dans les cités des Gaules romaines, dirigé par Carlotta Franceschelli, Université Clermont Auvergne, 2021 (consulter le mémoire sur Dumas)
Résumé écrit par Antoine Vazeille

Édifices de spectacles suburbains présents dans les chefs-lieux de cité des Gaules romaines.

Ce mémoire de recherche porte sur l’étude du concept suburbain et de son analyse dans les cités des Gaules romaines. Étudier le suburbium antiques des villes romaines c’est mettre le doigt sur un point d’ombre, sur des détails qui ne furent que peu examinés jusqu’alors par les chercheurs. C’est également tirer des liens entre des sources bien connues, mais pour en proposer une lecture différente. Ainsi, nous avons pu réaliser un récapitulatif des différentes études qui ont touché l’espace suburbain depuis plus de quarante ans. Nous avons également réalisé une recherche sur un concept qui n’a, jusqu’à maintenant, été que très peu étudiée en tant que sujet propre. En effet, avant le dernier tiers du XXème siècle, la recherche ne s’intéressait que très peu à l’histoire de la périphérie suburbaine antique. Sociologiquement, la mentalité de la société européenne décourageait l’étude d’une périphérie dont l’image, portée par les banlieues et les faubourgs d’alors, était très négative. Les historiens et les archéologues montraient beaucoup plus d’intérêts à l’exploration de la ville ou de la campagne. Le désintérêt des premiers quant à l’espace suburbain était complété par une recherche archéologique dont les résultats apparaissent aujourd’hui morcelés et peu fiables scientifiquement.

Cependant, le mouvement de réorganisation scientifique et méthodologique, qui se mit en place jusque dans les années 1980, permit aux disciplines historiques d’élargir leurs intérêts à la périphérie des centres urbains antiques. Comme souvent dans la recherche romaine antique, la ville de Rome fut le premier cas d’étude pour aborder le concept du « suburbium ». Si cet axe de recherche centrée sur Rome est encore très présent de nos jours, les dernières années du XXème siècle ont vu l’élargissement de l’étude de ce concept à l’espace provincial, et pour ce qui nous intéresse, aux Gaules. Ainsi, à partir des années 2000, la recherche sur la périphérie suburbaine se fit extrêmement dynamique et porta sur trois axes : la recherche sur Rome, sur les espaces provinciaux et sur les structures présentes dans le suburbium. Toutefois, l’utilisation du terme « suburbium » pose actuellement problème, l’absence de consensus et d’études récapitulatives faisant que son usage correct reste assez aléatoire.

Dans les sources textuelles et iconographiques étudiées, le suburbium apparait dynamique, discontinu, non linéaire et plurifonctionnel. Son développement était lié aux espaces urbains et ruraux qui l’entouraient. Il fut attesté du IIème siècle avant notre ère jusqu’à la fin de l’Antiquité tardive et s’adaptait aux besoins changeant de ses espaces limitrophes et aux reliefs du milieu où il s’incarnait. L’espace suburbain connut donc des variations spatiales importantes sur l’ensemble de cette période, mais la plupart de ses fonctions furent conservées dans le temps. Celles-ci étaient funéraires, économiques, socioculturelles, religieuses ou tout simplement résidentielles, et étaient liées à un ensemble de marqueurs archéologiques. Cependant, les sources textuelles nous font majoritairement part d’un point de vue élitiste. Il est donc nécessaire de confronter les textes avec les sources archéologiques afin de nuancer la vision d’une aire uniquement aux mains des aristocrates.

Fragments de bas-reliefs trouvés sur les bords du lac Fucin (d’après A. Geffroy, « L’archéologie du lac Fucin », Revue archéologique, vol. 36, juillet-décembre 1978, p. 1-11).

L’étude de ces indicateurs archéologiques du suburbium montre qu’ils étaient multiples et touchaient les secteurs économiques, culturels, sociaux et religieux. Ces structures nous ont permis de compléter nos connaissances sur les possibilités de spatialisation et de détermination du fonctionnement de l’espace suburbain. En effet, le but de cette partie était de donner des outils afin de pouvoir, plus tard, examiner le mieux possible l’aire suburbaine d’une agglomération gauloise de type romain. Ces structures touchaient des champs variés, depuis la compréhension des délimitations de la fin de la ville, aux nécropoles, jusqu’aux espaces de traitement des déchets. Nous avons essayé de mesurer, pour chacun de ces marqueurs, leurs impacts et évolutions sur le temps long dans le suburbium. Ainsi, nous avons pu découvrir que l’espace suburbain situé autour des villes romaines était doté d’une complexité qui ne ressortait que très peu dans les sources étudiées précédemment. Si une opposition urbain-périphérie et périphérie-campagne est illustrée par les textes et l’iconographie, l’archéologie nous prouve que ces différents espaces disposaient d’une complémentarité forte et nouaient de solides liens d’interdépendance. Mais outre ces liens, il nous est apparu que depuis la conquête, jusqu’à l’Antiquité tardive, cet espace suburbain développait une identité propre et ne servait donc pas uniquement à répondre aux besoins des autres territoires. Le mode de vie des suburbani, entre occupations citadines et quotidien plus rural, est peu étudié, ce que nous trouvons fort regrettable. De plus, au vu des marqueurs archéologiques interrogés, la périphérie n’était ni uniforme, ni constituée d’un seul et même bloc. Effectivement, cette aire pourrait être divisée en plusieurs parties, grossières, autour d’une agglomération : d’abord la continuité urbaine, ensuite une ceinture de déchets, le début des nécropoles et enfin des horti. Si ce modèle reste simple, et que tous ces espaces s’entremêlaient en partie, c’est à peu près dans cet ordre que devait se présenter le suburbium des villes romaines antiques sur toutes les périodes.

Dotée de nombreux pôles de développements, d’un rôle d’aire de représentation et de mémoire, la périphérie suburbaine était également traversée par de nombreux flux. Ceux-ci concernaient à la fois des déplacements de populations, de biens et de services, mais également des flux financiers, l’espace suburbain étant l’objet de nombreux investissements. Territoire propice à l’expression religieuse, les évolutions qu’il connut préfigura l’arrivée du christianisme en ville, mais aussi la future organisation des villes médiévales. Comprendre cette interface entre la ville et la campagne, c’est mieux interpréter le rôle de la ville et de la campagne dans les temps romains, et pour l’époque médiévale. L’étude de la périphérie nous semble donc primordiale pour les années futures. Chacun des marqueurs archéologiques que nous avons mis en avant pourrait faire l’objet d’une recherche, tout comme le terme « suburbium » devrait sans aucun doute retenir de nouveau l’intérêt des latinistes.

Or, finalement, qu’apparaît être le suburbium pour nous ? Un espace mouvant, aux limites floues, qui n’existait pas par la définition d’un statut juridique précis mais par une utilisation concrète et plurifonctionnelle de la périphérie urbaine. Ce territoire suburbain accueillait un grand nombre d’activités exclues de la ville, mais gardait un lien intime avec elle. Espace extrêmement attractif, par sa proximité avec les agglomérations et comme réserve immobilière, il a pu se développer économiquement et attirer certaines franges de la société qui ont voulu se l’attribuer. Cette mainmise s’incarna par la présence de villae, mais également d’aires de représentation et de mémoire de la part d’une frange aristocratique de la population. Cependant, cette aire restait extrêmement mixte socialement et accueillait les suburbani qui, eux-même, avaient des besoins divers et variés. Émetteur, récepteur et redistributeur des biens, l’espace périphérique voyait également de nombreuses populations le traverser mais également le rejoindre. En effet, il agissait comme une aire d’exclusion de certaines activités, pratiques ou populations, mais la présence d’infrastructures religieuses ou culturelles en son sein encourageait les citadins et les ruraux à s’y rendre plus ou moins régulièrement. Le suburbium était donc une aire fonctionnelle, d’interactions interspatiales, et surtout de vie : en témoigne son paysage riche et varié, dont la complexité interrogera encore quelques générations de chercheurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search