Appel à communications – Dynamique des peuplements, des territoires et des paysages : bilan et perspective en archéologie spatiale. Hommage à Jean-Luc Fiches

42e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur

Dynamique des peuplements, des territoires et des paysages : bilan et perspective en archéologie spatiale. Hommage à Jean-Luc Fiches. 12 – 14 octobre 2022, Nice, France

Chaque année depuis 42 ans, le CEPAM – Cultures et Environnements, Préhistoire, Antiquité, Moyen Âge (UMR 7264 Université Côte d’Azur – CNRS) organise les Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes, devenues en 2019 les Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur, en partenariat avec le Service archéologique de la Métropole Nice Côte d’Azur, la Ville de Nice et l’Association Pour la Promotion et la Diffusion de la Connaissance Archéologique (APDCA).

Appel à communications en PDF

Date limite des propositions de communications/posters : 31 mars 2022

Pour soumettre une proposition de communication, merci de remplir ce formulaire. À défaut, vous pouvez écrire à : frederique.bertoncello [at] cepam.cnrs.fr

42nd Nice Côte d’Azur International Meeting of Archaeology and History

Settlement, Territory and Landscape Dynamics: Assessment and Prospects in Spatial Archaeology. Tribute to Jean-Luc-Fiches. October 12-14, 2022 – Nice – France.

For the last 42 years, the CEPAM laboratory “Cultures and Environments, Prehistory, Antiquity, Middle Ages” (Côte d’Azur University – CNRS) has annually organized the International Meeting of Archeology and History of Antibes, which became in 2019 the “International Meeting of Archaeology and History of Nice Côte d’Azur”, in partnership with the Nice Côte d’Azur Metropolitan Archaeological Service, the City of Nice and the Association for the Promotion and Dissemination of Archaeological Knowledge (APDCA).

Call for papers (PDF)

Deadline for proposals for papers/posters: March 31, 2022

To submit a paper/talk proposal, please complete this form. Please direct any queries to: frederique.bertoncello [at] cepam.cnrs.fr

Organisation : Frédérique Bertoncello1, Marie-Jeanne Ouriachi1, Laure Nuninger2 et François Favory2
1 Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM UMR 7264 Cultures et Environnements : Préhistoire, Antiquité, Moyen-âge, Nice, France
2 Université de Franche-Comté, CNRS, UMR 6249 Chrono-Environnement, Besançon, France

Appel à communications

L’édition 2022 des Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire de Nice Côte d’Azur est dédiée à un état des lieux des recherches en archéologie spatiale à l’occasion du 10e anniversaire du décès de Jean-Luc Fiches, Directeur de Recherches au CNRS, qui fut, de 1987 à 1998, directeur-adjoint du Centre de Recherches Archéologiques, devenu l’UMR CEPAM.
En 1989, Jean-Luc Fiches et Sander van der Leeuw (alors Maître de Conférence à l’Université de Cambridge), dédiaient les 10e Rencontres d’Antibes à la thématique « Archéologie et Espaces ». Ce faisant, ils contribuaient à un profond renouvellement théorique et méthodologique de l’archéologie, invitée à « sortir des sites » pour s’intéresser à l’espace dans lesquels ils s’insèrent. Héritière de la New Archaeology anglo-saxonne, l’archéologie des espaces, ou archéologie spatiale, se donnait ainsi pour objectif, selon les termes de J.-L. Fiches et S. van der Leeuw dans l’introduction des actes, « d’étudier les implantations humaines dans leur structure et leur répartition, ainsi que les formes fossiles du paysage » (Fiches et van der Leeuw 1990, p. 6). L’essor de cette nouvelle branche de l’archéologie devait alors beaucoup au développement de nouvelles méthodes d’acquisition des données (prospections archéologiques pédestres et archéologie préventive « hors site ») et à de nouveaux outils pour leur traitement, au premier rang desquels les Systèmes d’Information Géographique. Néanmoins, l’apport de l’archéologie spatiale ne s’est pas limité à un renouvellement technique et méthodologique mais a contribué à un véritable changement de paradigme, selon lequel l’espace n’est plus considéré comme un simple support, la localisation, absolue et relative, des vestiges de l’activité humaine étant productrice de sens.
Trente-trois ans après ces Rencontres, l’édition 2022 est l’occasion de dresser un bilan des héritages et des avancées de la recherche en archéologie spatiale dans les thématiques qui étaient chères à Jean-Luc Fiches – dynamiques du peuplement, des territoires, des paysages et des environnements – et des développements conceptuels et méthodologiques dans lesquels il a été pionnier (méthodes d’acquisition, d’analyse et de croisement des données, approches quantitative, spatiale, systémique, modélisatrice, etc.). Attaché au travail collectif et interdisciplinaire, Jean-Luc Fiches a eu à cœur de mobiliser et croiser l’ensemble des données disponibles (archéologiques, épigraphiques, numismatiques, textuelles, parcellaires, environnementales, etc.) pour appréhender ces dynamiques dans une perspective historique et dans la longue durée.
Les innovations technologiques récentes dont s’est emparée l’archéologie pour l’acquisition (télédétection LIDAR, Intelligence Artificielle, etc.), l’analyse (analyses statistiques et spatiales, reconnaissance automatique de formes, fouille de données, etc.) et la modélisation (Systèmes Multi-Agents, Analyse de réseaux, etc.) transforment la recherche archéologique et suscitent des questionnements liés à la masse de données désormais disponibles, leur hétérogénéité, leur fiabilité, leur traitement automatique, la validation des modèles proposés, la nécessaire interdisciplinarité pour leur mise en œuvre, etc. Le colloque entend explorer ces enjeux par la présentation de recherches en cours, y-compris exploratoires, mettant l’accent sur les problématiques et les cadres conceptuels et méthodologiques développés. Une attention particulière sera accordée aux travaux des doctorant.es et jeunes chercheur.es. Il s’agira également de retracer le parcours de cette branche de l’archéologie en identifiant des filiations, des ramifications voire des bifurcations.
Les communications porteront sur les dynamiques du peuplement, des territoires, des paysages et des environnements avec un large empan chronologique, de la Préhistoire au Moyen Âge, et une ouverture spatiale à tous les continents. Seront particulièrement attendues des présentations abordant les problématiques suivantes, sans exclusive :

– Croisement de données multi-sources (archéologiques, épigraphiques, numismatiques, textuelles, parcellaires, environnementales, etc.), hétérogènes et de résolution spatiale et chronologique différentes ;
– Prise en compte de l’incertitude (chronologique, spatiale, typologique, fonctionnelle) des données ;
– Traitement et analyse de la masse de données (Big data archéologique) générées par l’archéologie préventive, les relevés Lidar : renouvellement des questionnements et des méthodologies (par ex. fouille de données – Data mining), impacts sur l’appréhension des dynamiques de peuplement et des paysages ;
– Enjeux de la modélisation (modèles de visibilité, d’accessibilité, réseaux, modèles mathématiques, Systèmes Multi-Agents, ontologies, etc.) : choix des outils, sélection des paramètres, validation des résultats ;
– Défis conceptuels et méthodologiques de l’Intelligence Artificielle pour l’archéologie ;
– Appréhension des dynamiques complexes : réflexion conceptuelle sur le temps et l’espace à partir d’études de cas ;
– Impacts des évolutions en archéologie spatiale sur la pratique archéologique au sens large (du travail de terrain à l’ouverture des données et à la diffusion des méthodes).

Référence
J.-L. Fiches et S. van der Leeuw 1990 – Archéologie et Espaces, Actes des 10e Rencontres Internationales d’Archéologie et d’Histoire d’Antibes. APDCA, Juan-Les-Pins, 1990.

Call for papers

The 2022 edition of the International Meeting of Archaeology and History of Nice Côte d’Azur aims to present the state of the art of research in spatial archaeology on the 10th anniversary of Jean-Luc Fiches’ death. As Director of Research at the CNRS, he directed the Centre de Recherches Archéologiques from 1987 to 1998, which later became the UMR CEPAM.
In 1989, Jean-Luc Fiches and Sander van der Leeuw (then Senior Lecturer at the University of Cambridge), dedicated the 10th Rencontres d’Antibes to the theme “Archaeology and Spaces”. In doing so, they contributed to a profound theoretical and methodological renewal of archaeology, inviting colleagues to “leave the sites” to look at the space in which they are embedded. Heir to the Anglo-Saxon New Archaeology, the archaeology of spaces, or spatial archaeology, thus set itself as objective “to study human settlements in their structure and their distribution, as well as the fossil forms of the landscape”, as stated by J.-L. Fiches and S. van der Leeuw in the introduction of the proceedings (Fiches and van der Leeuw 1990, p. 6). The rise of this new branch of archaeology owed much to the development of new methods of data acquisition (pedestrian archaeological surveys and “off-site” preventive archaeology) and to new tools for their processing, first and foremost Geographic Information Systems. But the contribution of spatial archaeology has not been limited to a technical and methodological renewal, contributing to a real paradigm shift. Indeed, space is no longer considered as a simple support, but the location, absolute and relative, of the remains of human activity has a meaning all of its own.
Thirty-three years after this Meeting, the 2022 edition aims to assess the legacy and progress of research in spatial archaeology on the research themes of Jean-Luc Fiches – the dynamics of settlement, territories, landscapes and environments – and of the conceptual and methodological developments in which he was a pioneer (data acquisition and analysis, quantitative, spatial, systemic and modeling approaches, etc.). Jean-Luc Fiches was a proponent of collective and interdisciplinary work and strove to cross-reference all available data (archaeological, epigraphic, numismatic, textual, parcel-based, environmental, etc.) to grasp these dynamics in a historical perspective and over the long term.
Recent technological innovations in data acquisition (LIDAR remote sensing, Artificial Intelligence, etc.), analysis (statistical and spatial analysis, automatic pattern recognition, data mining, etc.) and modeling (Multi-Agent Systems; Network Analysis, etc.) are transforming archaeological research. This raises questions related to the mass of data that are now available: their heterogeneity, reliability, automatic processing and the validation of the proposed models. The Meeting intends to explore these issues through the presentation of ongoing research, including exploratory research projects, emphasizing the issues and the conceptual and methodological frameworks developed. Particular attention will be paid to the work of doctoral students and young researchers. The aim will also be to retrace the evolution of this branch of archaeology by identifying filiations, ramifications or even bifurcations.
Papers will focus on the dynamics of settlement, territories, landscapes and environments with a broad chronological span, from Prehistory to the Middle Ages, and spatially open to all continents. Presentations addressing the following issues, without exclusion, are particularly welcome:

– Combining multi-source data (archaeological, epigraphic, numismatic, textual, landscape, environmental, etc.), heterogeneous and of different spatial and chronological resolution;
– Considering the uncertainty (chronological, spatial, typological, functional) of the data;
– Processing and analysis of the mass of data (archaeological big data) generated by preventive archaeology or Lidar surveys: implications in terms of renewal of questions and methodologies (e.g. data mining), impacts on the understanding of settlement and landscape dynamics;
– Modeling issues (visibility and accessibility models, networks, mathematical models, Multi-Agent Systems, ontologies, etc.): choice of tools, selection of parameters, validation of results;
– Methodological and conceptual challenges of Artificial Intelligence for archaeology;
– Understanding of complex dynamics: conceptual reflection on time and space from case studies;
– Impacts of developments in spatial archaeology on archaeological practice in a broader sense (from fieldwork to open data and method dissemination).

Comité scientifique / Scientific Committee

Bernigaud Nicolas : Chercheur associé à l’UMR 5140 ASM, Montpellier
Braemer Frank : DR émérite CNRS, UMR 7264 CEPAM, Nice
Chambrade Marie-Laure : Post-doctorante, UMR 7264 CEPAM/Oriental Institute, University of Chicago, Chicago, USA
Christol Michel : PU émérite, Paris Sorbonne Université, Paris
Fovet Élise : IE CNRS, MSH Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand
Gauthier Estelle : MCF, Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-Environnement, Besançon
Jung Cécile : IR, INRAP, UMR 5140 ASM, Montpellier
Khalidi Lamya : CR CNRS, UMR 7264 CEPAM, Nice
Nüsslein Antonin : CR CNRS, UMR 7044 Archimède, Strasbourg
Pellecuer Christophe : Conservateur en chef du patrimoine, Ministère de la Culture et de la Communication, Directeur-adjoint de l’UMR 5140 ASM, Montpellier
Rodier Xavier : IR CNRS, UMR 7324 CITERES, directeur MSH Val de Loire, Tours
Sanders Lena : DR CNRS, UMR 8504 Géographie-cités, Paris
Scheider Laurent : DR CNRS, Directeur des études cumulant EHESS, UMR 5648 CIHAM, Lyon
Van der Leeuw Sander : Professor of Anthropology, Arizona State University School of Sustainability, Tempe, USA
Verhagen Philip : Assistant Professor, Faculty of Humanities, Vrije Universiteit, Amsterdam, Pays-Bas

Comité d’organisation / Organising Committee

Agassis Doriane : doctorante, Université Côte d‘Azur, UMR 7264 CEPAM, Nice et Paris-Nanterre, UMR ArScAn-UMR 7041, Nanterre
Bertoncello Frédérique : CR CNRS, UMR 7264 CEPAM, Nice
Blanc-Garidel Fabien : responsable du Service d’Archéologie de la Métropole Nice Côte d’Azur, Nice
Chetiveaux Delphine : gestionnaire, UCA/CNRS – CEPAM UMR 7264, Nice
Favory François : PU émérite, Université de Franche-Comté, UMR 6249 Chrono-Environnement, Besançon
Gomez Anne-Marie : gestionnaire, UCA/CNRS – CEPAM UMR 7264, Nice
Nuninger Laure : CR CNRS, UMR 6249 Chrono-Environnement, Besançon
Ouriachi Marie-Jeanne : MCF, Université Côte d‘Azur, UMR 7264 CEPAM, Nice

Secrétariat d’édition / Publishing service

Pasqualini Antoine : IE CNRS, CEPAM UMR 7264, Nice


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search