Les habitats ruraux de la fin du IIIᵉ au VIIIᵉ siècle dans le Chalonnais

Chloé Paveglio, Les habitats ruraux de la fin du IIIᵉ au VIIIᵉ siècle dans le Chalonnais, soutenu le 28 juin 2021 à Dijon, Université de Bourgogne Franche-Comté
Résumé de l’auteur

Figure 1. Localisation des sites de la zone d’étude.

Ce master, réalisé sous la direction de Pierre Nouvel (UBFC/Artehis) et le tutorat d’Antoine Guicheteau (Inrap/Artehis), s’est intéressé à la morphologie des habitats ruraux tardo-antiques et alto-médiévaux dans la plaine alluviale des environs de Chalon-sur-Saône/Cabillonum (Saône-et-Loire). Cette étude entre dans une dynamique de recherche concernant l’Antiquité tardive et s’inscrit dans le cadre d’un Projet d’Activité Scientifique de l’Inrap s’intéressant à cette période en Bourgogne, dirigé par Alexandre Burgevin. Dans cette région, les opérations de terrain se sont multipliées ces dernières années, principalement du fait du développement de l’archéologie préventive. L’objectif principal est d’appréhender les habitats ruraux et leurs mutations entre le IIIᵉ et le VIIIᵉ siècle par l’étude et l’analyse des formes architecturales des bâtiments ainsi que l’organisation et les dynamiques d’occupation des établissements.

La méthodologie a consisté en un dépouillement de la Carte Archéologique de Saône-et-Loire, de la base de données Dolia pour les rapports d’opération Inrap ainsi que la consultation des dossiers communaux conservés au Service Régional de l’Archéologie de Bourgogne pour les rapports d’opérations préventives et programmées. Les résultats de ce dépouillement ont été intégrés dans une base de données puis développés dans un SIG (fig. 1). La typologie est constituée d’un corpus de dix-huit bâtiments découverts.

L’étude des matériaux de construction démontre que le bois est majoritairement employé dans les constructions que ce soit durant la fin de l’Antiquité ou le haut Moyen Âge. La pierre est réservée aux solins ou à l’édification des bâtiments de statut supérieur : les édifices religieux comme l’église mérovingienne de Châtenoy-le-Royal Le Maupas ainsi sans doute que certaines constructions élitaires. Les édifices du Haut-Empire en pierre, notamment plusieurs exemples de bâtiments quadrangulaires à porche entre deux pavillons (Ferdière et al. 2017), semblent fréquemment toujours occupés dans le Chalonnais mais sont abandonnés entre le IIIᵉ et les IVᵉ-Vᵉ siècles. Les établissements à fort statut présentent toutes les caractéristiques d’une romanisation des matériaux de construction (stuc, hypocaustes, mosaïques, enduits peints, marbres, balnéaires, systèmes d’adduction, etc.) mais la continuité de leur occupation sous une forme identique durant l’Antiquité tardive est délicate à déterminer.

Figure 2. Quelques exemples de bâtiments du Chalonnais. a. bâtiment à une nef et poteaux faitiers, Sevrey Le Val de Bourgogne 3 (Bas-Empire) ; b : bâtiment à quatre poteaux corniers, Sevrey Le Val de Bourgogne 1 (Bas-Empire) ; c : bâtiment à une nef et quatre travées, Sevrey Les Tupiniers 3 (VIᵉ-VIIᵉ s.) ; d : bâtiment à espace central et pièces annexes, Sevrey rue Georges Brusson (VIIᵉ-VIIIᵉ s.) ; (d’après Carozza, 2004, p. 67 ; Delor-Ahü, Simonin, 2005, fig. 3 ; Peter, 2008, fig. 9 ; Venault et al., 2011, fig. 15).

Les bâtiments en matériaux périssables prennent des formes diverses dont certaines semblent émerger dès l’Antiquité, voire la Protohistoire, et perdurent durant le début du Moyen Âge. Dans cette tendance, nous retrouvons les bâtiments sur poteaux porteurs à une ou plusieurs nefs, notamment les bâtiments à une nef et poteaux faitiers et les édifices à quatre poteaux corniers, souvent interprétés comme des greniers (fig. 2). À partir du Vᵉ siècle, en Bourgogne et dans le Grand Est, émergent les édifices à espace principal et pièces annexes. Celui de notre corpus, Sevrey rue Georges Brusson, est daté des VIIᵉ-VIIIᵉ siècles. Il est à noter l’absence, peut-être provisoire, de petits bâtiments excavés type « fond de cabane » dans le Chalonnais.

Tous les bâtiments alto-médiévaux sont de taille relativement moyenne (compris entre 18 m² et 50 m²) alors que les édifices tardo-antiques, sauf les édifices à quatre poteaux corniers (entre 3 et 12 m²), font plus de 60 m².

Les établissements ruraux chalonnais sont largement tournés vers l’agriculture mais la présence récurrente d’activités métallurgiques est à noter. Une des spécificités locales est la place importante prise par la production potière. Les ateliers répertoriés (Saint-Ambreuil, Champforgeuil, Givry et Sevrey) sont fréquemment organisés en habitats groupés aussi bien durant l’Antiquité que le haut Moyen Âge.

Plusieurs villages actuels, d’origines alto-médiévales, sont implantés sur des sites antiques comme Granges ou Mellecey, sans que l’occupation de l’Antiquité tardive ne puisse bien souvent être caractérisée. Plusieurs petits établissements ruraux du Bas-Empire ont été identifiés, comme celui de Sevrey Val de Bourgogne, caractérisé par un bâtiment principal et deux annexes/greniers à quatre poteaux corniers. Une zone de forge pourrait être identifiée, servant peut-être à la réparation voire la fabrication d’outils pour les activités de cet établissement.

Durant cette période, les travaux de Michel Kasprzyk (2005 ; 2018), que corroborent les résultats de ce mémoire, ont montré une déprise rurale à partir du IIIᵉ siècle, marquée par la baisse du nombre d’établissements. Une certaine stabilité est constatée au IVᵉ siècle suivie d’une nette régression au Vᵉ siècle. C’est au tournant de l’Antiquité et du haut Moyen Âge qu’une reprise s’effectue dans la campagne chalonnaise.

À l’issue de ce travail, il serait pertinent de s’engager dans la détection et l’étude des sites de hauteur de la Côte chalonnaise, probables lieux de déplacement des élites locales entre l’Antiquité et le haut Moyen Âge. L’élargissement de la chronologie ainsi que la prise en compte des nécropoles et des lieux de culte semblent également nécessaires pour mieux comprendre les processus à l’œuvre durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge.

Référence bibliographique :
Paveglio C. 2021 : Les habitats ruraux de la fin du IIIe au VIIIe siècle dans le Chalonnais, Mémoire de Master, Université de Bourgogne Franche-Comté.

Ferdière A., Gandini C., Nouvel P. 2017 : Les granges de plan carré à porche entre deux pavillons, un édifice plurifonctionnel emblématique de la Gaule centrale, in Trément F. (dir.), Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d’interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d’exploitation et des structures de production agro-pastorale. Actes du XIe colloque de l’Association d’étude du monde rural gallo-romain, Bordeaux, Aquitania, p. 157‑180.
Kasprzyk M. 2005 : La cité des Éduens et de Chalon durant l’Antiquité tardive (v. 260-530 env.) Contribution à l’étude de l’Antiquité tardive en Gaule centrale, Thèse de doctorat, Université de Bourgogne.
Kasprzyk M. 2018 : Les mutations de l’Antiquité tardive dans l’est du diocèse des Gaules, in Reddé M. (dir.), Gallia Rustica 2. Les campagnes du nord-est de la Gaule, de la fin de l’Âge du Fer à l’Antiquité tardive., Bordeaux, Ausonius Éditions, p. 611‑636.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search