Le projet éditorial du programme Archaedyn

François Favory* et Laure Nuninger**,
responsables du programme Archaedyn

* Professeur honoraire d’Histoire ancienne et Archéologie gallo-romaine, UMR 6249 Chrono-Environnement et USR 3124 Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement, CNRS-Université de Franche-Comté, Besançon
** Chargée de recherche au CNRS, Archéologue, UMR 6249 Chrono-Environnement et USR 3124 Maison des Sciences de l’Homme et de l’Environnement, CNRS-Université de Franche-Comté, Besançon

À paraître : Estelle Gauthier, Murielle Georges-Leroy, Nicolas Poirier et Olivier Weller (dir.), ARCHAEDYN. Dynamique spatiale des territoires de la Préhistoire au Moyen Âge, volume 1, préface de François Favory et Laure Nuninger, Presses Universitaires de Franche-Comté, Besançon, Cahiers de la MSHE (série Dynamiques territoriales).

(extrait de la préface de l’ouvrage, août 2021)


L’ouvrage qui doit paraître en 2022 est le premier volume d’un programme éditorial qui en comportera deux. L’objectif de cette édition est de publier les résultats de la recherche au long cours lancée en 2004 en réponse à un appel à projet lancé par l’Action concertée incitative (ACI) « Espaces et territoires » et poursuivi dans le cadre de l’appel à projet de l’Agence nationale de la Recherche (ANR) de 2008. Ce programme de recherche a porté sur la dynamique spatio-temporelle des territoires, abordée dans la longue durée, du Néolithique au Moyen Âge, selon différentes thématiques et dans plusieurs microrégions de France et d’Europe.
La publication prévue en deux volumes vise à présenter trois expériences différentes. Elles sont complémentaires, utilisent la même méthodologie de discrétisation des espaces analysés et de classification qualitative des corpus de mobilier archéologique mobilisés, les mêmes outils géomatiques et statistiques d’analyse spatiale, mais elles ont été réalisées par des équipes différentes qui ont travaillé relativement indépendamment pour répondre à des objectifs très différents, même s’ils concernent la problématique des territoires, où s’installent et évoluent les systèmes de peuplement et où s’opèrent la production, la circulation et la consommation des productions agropastorales et artisanales .
Les deux chapitres du volume 1 ont donc été réalisés dans un esprit différent. C’est bien sûr dû au fait que les deux équipes ont travaillé chacune de leur côté, qu’elles ont étudié des mobiliers et des produits différents et abordé des périodes historiques pluriséculaires très distinctes. Mais il ne s’agit pas non plus de publier un ouvrage à valeur universelle : dès le départ, nous avions bien pour objectif de publier trois expériences indépendantes.
Notre préface entend éclairer le contexte de cette recherche menée par des équipes différentes et sur des objectifs variés et expliquer ce qui rapproche et distingue les problématiques explorées et les méthodologies appliquées.

Enjeux et problématique

 

Localisation des zones-ateliers mobilisées pour l’étude du système de peuplement protohistorique et antique.

Le programme Archaedyn, « Dynamique spatiale des territoires, de la Préhistoire au Moyen Âge », lancé dans le cadre de l’ACI  « Espaces et territoires » (phase I : ET 28, 2005-2007) (Gandini et al. 2012), et poursuivi dans le cadre du programme ANR (phase II : ANR-08-BLAN-0157-01, 2009-2012), contribue à élargir, en la modifiant, la problématique de recherche engagée dans la décennie 1990 par les programmes européens Archaeomedes I et II (Durand-Dastès et al. 1998 ; Van der Leeuw et al. 2003), en abordant la dynamique des territoires, envisagée selon plusieurs angles d’étude nouveaux, tant au plan thématique, chronologique que spatial. Il a été conduit par un collectif de 9 équipes, dont une slovène et sept réparties dans six Maisons des Sciences de l’Homme (Besançon, Clermont-Ferrand, Dijon, Nanterre, Nice, Tours).

Le projet avait pour objectif d’approfondir l’analyse des interactions spatiales entre des groupes sociaux, les ressources qu’ils exploitent pour assurer leur subsistance, produire des objets et échanger avec d’autres groupes à courte, moyenne et longue distances, et les itinéraires qui régissent les flux à différentes périodes.
Le travail collectif a été structuré selon trois axes thématiques – 1. “Aires d’approvisionnement, terroirs et finages” ; 2. “Peuplement, réseaux et territoires” ; 3. “Circulation des matières premières et des objets” – complétés par un axe 4 dédié aux “Méthodes et outils d’analyse spatiale” et chargé de l’assistance méthodologique et technique dans le domaine des analyses spatiales, où ont coopéré des géographes, des géomaticiens, des géodésistes et les archéologues qui ont coordonné l’activité des axes thématiques.

Par rapport aux analyses centrées sur les établissements développées dans les programmes Archaeomedes I et II, visant à comprendre les modalités d’implantation des populations passées en fonction d’un environnement donné, le collectif Archaedyn s’est plutôt interrogé sur les facteurs qui contribuent à produire un environnement plus ou moins dynamique selon des modalités d’occupation du sol.
Cette problématique est née d’un constat émis par Sander van der Leeuw lors d’un séminaire de travail d’Archaeomedes I où était interrogé le concept d’« environnement ». Comme l’a affirmé un jour avec force Olivier Buschenschutz dans une soutenance de thèse sur le Berry antique (Anne Maussion, 2002), « l’environnement c’est, au sens propre, ce qui entoure un établissement humain », en riposte aux intégristes d’une conception de l’environnement perçu comme un complexe physique et vivant indépendant de l’action humaine. Sander Van der Leeuw a invité ses interlocuteurs du séminaire à modifier la perspective anthropocentrée de l’environnement en soulignant que l’environnement « contenait » les établissements humains et leurs activités. Autrement dit, c’est dans le complexe des ressources d’un espace géographique – physiques, hydrauliques, botaniques, zoologiques, paysagères – que réside un potentiel d’attraction pour l’habitat et les activités d’un groupe social. Ce qui nous a conduits à aborder les activités humaines dans leur cadre territorial, l’espace que s’approprie un groupe humain et qui développe ses propres extensions pour les déplacements des membres du groupe pour le ravitaillement à distance et la recherche de produits et de matériaux indisponibles dans le territoire ou pour fréquenter des lieux cultuels avec d’autres groupes territoriaux.
La problématique archéologique d’Archaeomedes qui visait à comprendre l’évolution du système d’habitat dans la longue durée, du VIIIe s. av. J.-C. au XVIe s., période ultime de création des villages médiévaux, était centrée sur le potentiel sitologique (relief, sols, ressource en eau), situationnel (densité viaire et relations aux autres établissements contemporains) et sur le comportement historique d’un site d’habitat, isolé ou groupé, et de ses alentours. L’objectif était d’identifier et d’évaluer la part des facteurs environnementaux et sociaux dans l’évolution de l’habitat et de ses installations annexes, agropastorales, extractives et artisanales.
Plus de 5 ans après la fin du programme Archaeomedes II (1999), cette problématique a été diversifiée thématiquement et géographiquement, grâce à la maîtrise, par les chercheurs, des problématiques et des techniques de la géomatique et de la statistique spatiale et par le choix de traiter l’espace comme l’objet de l’étude des thématiques retenues : évolution du système de peuplement des âges du Fer et de l’Antiquité, production agropastorale abordée par la morphologie parcellaire et par l’amendement des sols, production, diffusion et consommation du sel et d’objets manufacturés en bronze.

Localisation des zones-ateliers mobilisées pour l’étude des parcellaires fossilisés sous forêt.

La longue durée a été revue pour l’approche du système de peuplement et limitée à la Protohistoire des âges du Fer, à l’Antiquité et à l’Antiquité tardive jusqu’au VIIIe s. De nouvelles microrégions ont été explorées, tant dans l’aire méditerranéenne (vallées de la Cèze et de la Tave en Languedoc, Préalpes de Grasse et Vallée de l’Argens en Provence-Côte d’Azur) que dans le Centre (Vallée de la Loire, Berry) et le Centre-Est (Bourgogne).
En outre, l’approche territoriale s’est enrichie d’une approche de l’espace agro-pastoral abordé dans la construction parcellaire et dans la bonification des sols par apport de fumures animales et domestiques : cette approche s’est limitée aux systèmes parcellaires antiques et médiévaux fossilisés sous forêt, dans le Nord-Est et le Centre-Est de la France, et aux épandages agraires dans le Val de Loire (Touraine et Berry-Sancergues), en Languedoc oriental et en Provence, dans la vallée de l’Argens et dans le massif des Maures.
Ces deux problématiques relatives à l’Antiquité, au sens large, n’ont pas toujours pu se croiser dans les mêmes microrégions, faute de documentation disponible.
Enfin, l’équipe jusqu’alors composée de chercheurs en archéologie gallo-romaine et médiévale s’est ouverte à des chercheurs spécialistes du Néolithique et de l’âge du Bronze pour exploiter les mêmes modèles d’analyse territoriale faisant appel aux ressources de la géomatique et de l’analyse des interactions spatiales, pour étudier la production, la diffusion et la consommation d’objets à des échelles régionales, nationales et européennes, comme des objets néolithiques façonnés et polis dans des jades alpins, des objets en bronze et des matériaux comme le sel collecté à partir de sources d’eau salée en Roumanie.
C’est à partir d’un socle méthodologique commun – évaluation quantitative et qualitative de l’information archéologique, discrétisation de l’espace étudié, renseignement des cellules spatiales – que se sont déployées les différentes thématiques, abordées à différentes époques, sur des durées et à des échelles variables.

Aussi, pour l’ensemble des axes thématiques, il s’agissait de répondre à trois grandes questions : quels sont les espaces occupés de façon permanente ? Quels espaces ont été conquis puis abandonnés ? Quels espaces ont été utilisés régulièrement mais jamais durablement ?

Localisation des zones-ateliers mobilisées pour l’étude des amendements agraires.

Chacun des axes s’est concentré sur un objet particulier pour tenter de répondre avec des perspectives variées et complémentaires d’un point de vue thématique et scalaire.
Dans l’axe 1 : “Aires d’approvisionnement, terroirs et finages”, il s’agissait d’appréhender et de quantifier la manière avec laquelle se constituent et évoluent les territoires en considérant les activités de production agro-pastorale. Celles-ci étaient envisagées à partir des vestiges d’épandages agraires collectés en prospection pédestre, d’une part, et les structures agraires et parcellaires anciennes fossilisées sous les couverts forestiers actuels en partie cartographiées grâce à des levés LiDAR, d’autre part ;
Dans l’axe 2 : “Peuplement, réseaux et territoires”, l’organisation, l’intensité et la stabilité de l’occupation de l’espace rural dans la longue durée, de 800 av. J.-C. à 800 ap. J.-C. ont été plus classiquement appréhendées à partir des établissements archéologiques, mais avec de nouvelles méthodes d’analyse spatiale et la comparaison de microrégions issues de régions culturellement et géographiquement très contrastées ;
Enfin, dans l’axe 3 : “Circulation des matières premières et des produits”, les dynamiques spatiales liées aux processus de diffusion des matières premières et d’objets manufacturés ont été étudiées, depuis l’approvisionnement jusqu’à la consommation des produits, durant le Néolithique et l’âge du Bronze sur des espaces régionaux à européens. Il s’agissait également de tester des modèles couramment utilisés en Archéologie pour en proposer de plus adaptés aux données étudiées.

Le volume 1 publie les résultats des axes 1 et 3 : ses deux parties sont accessibles sur HAL-SHS. Les contributions de l’axe 2, à paraître dans le second volume, sont partiellement accessibles sur HAL-SHS.
Nous mentionnons les liens qui permettent d’accéder aux contributions concernant les périodes antiques, laténienne et gallo-romaine.

Volume 1

Murielle Georges-Leroy, Nicolas Poirier, Sophie David, Nicolas Meyer, François Favory, Elise Fovet, Pierre Machut, Pierre Nouvel, La dynamique des finages dans la longue durée : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02015728


Volume 2

Stéphane Alix et Thibaud Canillos, Vallées de la Tave et de la Cèze (Gard) : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03137677

Laurence Lautier, Préalpes de Grasse (Alpes maritimes, Var) : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-03172497

Frédérique Bertoncello, Vallée de l’Argens et Massif des Maures (Var) : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03216479

Cristina Gandini, Berry-Champagne (Cher et Indre) : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03231391

Laure Nuninger, Élise Fovet, Marie-Jeanne Ouriachi, François Favory, Languedoc oriental (Gard, Hérault) : https://hal-univ-fcomte.archives-ouvertes.fr/hal-03251805.

À consulter également : Cristina Gandini, François Favory et Laure Nuninger (éd.), Settlement Patterns, Production and Trades from the Neolithic to the Middle Ages. ARCHAEDYN Seven Millennia of Territorial Dynamics. Final Conference, University of Burgundy, Dijon, 23-25 June 2008, Oxford, Archaeopress, coll. « BAR International Series » (no 2370), 2012 (lien éditeur)


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search