Un nouvel exemple de hameau antique en Alsace ? Le site 2.8 du Contournement Ouest de Strasbourg

Par Pierre Dumas-Lattaque (Éveha, UMR5607)

Fig. 1 : Photo d’une cave incendiée avec les objets en place. Cliché : équipe de fouille © Éveha 2020

La fouille du site 2.8 du Contournement Ouest de Strasbourg, sur la commune de Breuschwickersheim (67), a été réalisée par une équipe du bureau d’études Éveha, en 2019. L’opération a mis au jour un habitat à vocation agricole composé de quatre bâtiments, cinq à six caves (fig. 1), deux fours, un puits, une mare et des fosses. Ces différents vestiges ont livré un mobilier varié dont de nombreux outils (échardonnoir, fourche, serpette, etc…) ainsi que des restes de légumineuses et de céréales, qui confirment la vocation agro-pastorale du site.

Le site semble s’organiser autour de la mare avec des bâtiments mêlant habitat et stockage (bâtiment 6, 7, 8 et 9 ainsi que les caves 3300 et 3301). Ces bâtiments sont séparés par des zones vierges de vestiges que l’on peut interpréter comme des espaces de circulation (fig.2). Ces axes de circulation permettent de circuler d’un bâtiment à l’autre, mais aussi entre trois zones plus vastes, également dépourvues de structures, que l’on peut interpréter comme des espaces de travail du type cour (au nord-ouest, au nord-est et au sud). Au nord du site, un vaste espace, vierge de vestiges et orienté est-ouest, apparaît ; il est possible d’y voir le passage d’une voie est-ouest. Enfin, une dernière zone située dans la partie nord-est de la mare se distingue : on y trouve l’unique puits du site et deux fours à pain.

Cette organisation en plusieurs pôles bâtis avec ses espaces de circulation et ses zones d’activité montre que le site de Breuschwickersheim pourrait appartenir à la catégorie des hameaux définie dans l’article de Gallia 2020 (Nüsslein et al. 2020 ). La caractéristique de ces sites, concentrés dans un même lieu et en une même phase et consistant en plusieurs bâtiments/caves associés à plusieurs structures annexes, ne trouve pas de comparaison dans les villae ou les fermes isolées qu’on peut retrouver ailleurs en Gaule du Nord (Nüsslein 2018, 304).

Notre exemple semble différer des autres exemples de hameaux étudiés dans l’article (Altorf Burgweg,  Geispolsheim Schwobenfeld, Obernai Neuen Brunnen, Rosheim Mittelfeld, Steinbourg Altenberg et Wiwersheim Auf den Reben) sur deux points. Tout d’abord, malgré le nombre d’habitations, il n’y a qu’un seul puits et seulement deux fours à pain. Il est donc tentant d’y voir des installations à caractère collectif auxquelles on ajoutera la mare et les chemins. De plus, certains bâtiments ne sont pas dotés de caves à proximité immédiate. On note même une concentration de celles-ci au nord-ouest de la mare. Ce phénomène pourrait s’expliquer par le passage de la voie à proximité immédiate et donc un éloignement relatif par rapport à l’habitat pour se rapprocher de l’axe de circulation dans une optique probable de commercialisation des denrées.

Enfin, on observe une certaine organisation puisque les bâtiments 6, 7, 8 et 9 s’organisent en croix autour de la mare et sont espacés régulièrement les uns des autres d’environ 50 m. Le site de Breuschwickersheim pourrait entrer dans la catégorie des hameaux dits « en tas » caractérisée par une distance réduite entre les bâtiments (Nüsslein et al. 2020, paragraphe 101).


Fig. 2 : Organisation de l’occupation antique du site de Breuschwickersheim COS2.8. DAO : P. Dumas-Lattaque © Éveha 2020

Bibliographie : 

Nüsslein et al. 2020 : Antonin Nüsslein, Pascal Flotté, Mathias Higelin et Muriel Roth-Zehner, 2020, « Hameaux et villages paysans de la période romaine en plaine d’Alsace », Gallia [En ligne], 77-2 | 2020, mis en ligne le 13 novembre 2020, consulté le 18 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/gallia/5197 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gallia.5197

Nüsslein 2018 : Antonin Nüsslein, 2018, Les campagnes entre Moselle et Rhin dans l’Antiquité, dynamiques du peuplement du ier s. av. J.-C. au ve s. apr. J.-C., Strasbourg, AVAGE (coll. Monographie d’archéologie du Grand-Est), 385 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search