Les villas romaines des cités arverne et vellave. Bilan historiographique et archéologique

Répartition des sites du corpus.

Compte-rendu de Master soutenu en juin 2020 à l’Université Clermont Auvergne : Les villas romaines des cités arverne et vellave. Bilan historiographique et archéologique

Ce mémoire de Master constitue une reprise critique de la documentation archéologique sur les villas implantées dans le territoire des Arvernes et des Vellaves. Ces deux cités antiques sont les seules dont l’emprise s’insère presque parfaitement dans les limites de l’ancienne Auvergne administrative qui est au cœur du programme de recherche Dyspater (Dynamiques spatiales du développement des territoires dans le Massif Central de l’Âge du Fer au Moyen Âge) dirigé par Frédéric Trément. Au sein des cités antiques des Arvernes et des Vellaves, la villa a été appréhendée dès la seconde moitié des années 1990 comme l’un des marqueurs les plus importants du développement des campagnes. Les recherches sur la villa se sont toutefois concentrées sur le territoire proche d’Augustonemetum/Clermont-Ferrand, exploitant les résultats des prospections aériennes et pédestres systématiques, et ceux fournis par l’archéologie préventive. Or, à l’échelle du territoire des deux cités, aucun bilan critique de la documentation archéologique n’avait été réalisé jusqu’en 2020.

L’historiographie des recherches reflète l’évolution de la recherche à l’échelle nationale. Dès le XVIe siècle et jusqu’au début du XXe siècle, la question de la localisation d’Avitacum, longuement décrite par Sidoine Apollinaire, suscite un intérêt purement littéraire pour les villas. Progressivement au XIXe siècle, les érudits locaux en arrivent à une archéologie de site mais il faut attendre la fin des années 1950 pour que Gabriel Fournier propose la première synthèse sur l’occupation du sol à l’époque romaine. Les prospections réalisées dans la Limagne par des archéologues protohistoriens ont anticipé les travaux menés et dirigés depuis la fin des années 1990 par Frédéric Trément. Parallèlement à ces travaux universitaires, associés aux résultats de l’archéologie de sauvetage relayée par l’archéologie préventive, des engagements associatifs notables doivent être soulignés, au premier rang desquels ceux du Centre d’Étude et de Recherche d’Archéologie Aérienne (CÉRAA), dont les survols ont documenté nombre de communes puydômoises et plus largement auvergnates.

La démarche méthodologique adoptée a été celle d’un dépouillement bibliographique tous azimuts, et descendante (dite top-down). La base Patriarche, qui contient 208 entités archéologiques enregistrées sous le mot-clef « villa », et les volumes de la Carte archéologique, qui indexent 204 villas, ont été les points d’entrée documentaire de l’étude à l’échelle de l’Auvergne toute entière. Leur dépouillement a ensuite été complété par les corpus des mémoires sur l’occupation du sol soutenus à Clermont-Ferrand, les résultats des prospections pédestres menées au cours des vingt-cinq dernières années en Auvergne, ainsi que par l’exceptionnelle collection de photographies aériennes du CÉRAA dont les membres survolent inlassablement les Limagnes depuis 1979.

Le corpus ainsi constitué comporte 610 sites, dont 577 arvernes et 33 vellaves répartis en trois catégories empiriques qui sont le résultat de la combinaison des traditionnels marqueurs matériaux, de superficie et de durée de l’occupation notamment utilisés dans les précédentes études sur le territoire proche d’Augustonemetum. Ces critères ont été associés à une certaine souplesse contrainte par l’approche bibliographique de cette étude, et en particulier du fait de l’ancienneté d’un grand nombre de publications. 288 occurrences ont été rejetées faute d’argumentaire archéologique probant tandis que 163 sont retenues en tant que villas hypothétiques et 159 en tant que villas avérées.

Outre un inventaire critique des 610 sites intégralement étudiés par le dépouillement exhaustif de la documentation connue et disponible, ce travail dédie une large part à l’historiographie et à l’épistémologie des recherches de la villa, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle régionale. Bien que son ambition ne soit pas de réaliser une étude thématique du corpus, impossible en l’état actuel des connaissances fondé essentiellement sur des données anciennes, ce mémoire ébauche une contribution à l’étude des villas arvernes et vellaves, mettant en évidence quelques lignes de force.

La carte de répartition des sites du corpus présentée ci-contre rend compte de l’histoire de la recherche et donc d’une surreprésentation du bassin d’Augustonemetum/Clermont-Ferrand qui est peu contrebalancée par des fenêtres microrégionales d’étude de l’occupation des sols. Au regard du dépouillement bibliographique, tout porte à croire que le maillage régional est en réalité bien plus dense, même dans les zones de moyenne montagne. Les relations entretenues entre les villas, les chefs-lieux de cité, les agglomérations secondaires, les lieux de culte et le réseau viaire demandent à être précisées par de nouveaux travaux de terrain mais l’étude de ces marqueurs du développement, dans le cadre de thèses de Doctorat soutenues au sein du programme Dyspater, permet d’envisager une analyse réciproque des données. Ce travail de documentation réalisé dans le cadre du Master est une contrainte préalable à de nouveaux travaux de terrains. Il a souligné le potentiel et la richesse de ce dossier arverne et vellave qui n’a rien à envier à d’autres territoires qui ont récemment fait l’objet de synthèses.

Un résumé plus détaillé et s’attachant à développer certains points (historiographie, méthodologie et relation aux agglomérations) est à paraître dans la prochaine livraison d’Aquitania. Les acquis de ce travail sont par ailleurs mobilisés dans le cadre d’une thèse de Doctorat débutée en 2020 à l’Université Clermont Auvergne sous la direction de Frédéric Trément.

Référence bibliographique
Sadourny Elliott, Les villas romaines des cités arverne et vellave. Bilan historiographique et archéologique, mémoire de Master II d’archéologie sous la direction de Frédéric Trément, Clermont-Ferrand, Université Clermont Auvergne, 2020, 5 t.

Orientations bibliographiques
– Dousteyssier Bertrand, Segard Maxence et Trément Frédéric, « Les villae gallo-romaines dans le territoire proche d’Augustonemetum – Clermont-Ferrand. Approche critique de la documentation archéologique », Revue archéologique du Centre de la France, t. 43, 2004, p. 115‑147.
– Trément Frédéric (dir.), Les Arvernes et leurs voisins du Massif Central à l’époque romaine. Une archéologie du développement des territoires, Revue d’Auvergne, 2011/2013, t. 125/127, no606-607
– Trément Frédéric, Baret Florian, Calbris Maxime et Regad Hugo, « The Grande Limagne Plain (Auvergne, France): a laboratory for systematic fieldwalking. The case of the largest Gallo-Roman villas », dans Wohlfarth K. et Keller C. (éd.), Funde in der Landschaft. Neue Perspektiven une Ergebnisse archäologischer Prospektion, Bonn, LVR – Amt für Bodendenkmalpflege im Rheinland, coll. « Materialien zur Bodendenkmalpflege im Rheinland », no26, 2018, p. 193‑215.
– Trément Frédéric, Baret Florian, Dacko Marion, Trescarte Jérôme, Calbris Maxime, Augustin Lise et Massounie Guy, « Towns, Roads and Development Dynamics in the Territory of the Arverni in Roman Times (Auvergne, France) », dans de Ligt L. et Bintliff J. (éd.), Regional Urban Systems in the Roman World, 150 BCE – 250 CE, Leiden, Brill, coll. « Mnemosyne, Supplements, History and Archaeology of Classical Antiquity », no431, 2019, p. 128‑157.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search