L’économie végétale des agglomérations gallo-romaines de Beaune-la-Rolande, Châteaubleau et Châteaumeillant

Exemples de carporestes alimentaires retrouvés dans les agglomérations du corpus (vol. II, p. 495)

Thèse présentée et soutenue publiquement le 10 décembre 2016 par Florian Jedrusiak à l’Université Paris Ouest-Nanterre/La Défense, sous la direction de Paul Van Ossel.
Jury :
Simon Esmonde Cleary (Rapporteur), Professeur, Université de Birmingham
Frédéric Trément (Rapporteur), Professeur, Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand
Laurent Bouby, CNRS, UMR 5554
Jean-Pierre Brun, Professeur, Collège de France
Philippe Marinval, CNRS, UMR 5140
Paul Van Ossel, Professeur, Université Paris Ouest-Nanterre/La Défense


Résumé par Florian Jedrusiak (télécharger le PDF)

Consulter la thèse sur la base de données de thèses de l’Université Paris Ouest-Nanterre


Le but premier de ce travail était de préciser l’importance des productions végétales au sein des agglomérations secondaires gallo-romaines du centre bassin parisien.

Le corpus a été motivé par des choix chronologiques et géographiques : l’ensemble des sites est localisé au sein du bassin parisien et occupé entre le Ier et le Ve siècle ap. J.-C.

Qu’entendons-nous par productions végétales. Nous percevons trois cas différents :
– les productions végétales agricoles et donc alimentaires, que nous retrouvons par exemple dans les contextes urbains sous la forme des céréales produites, en l’état actuel de nos connaissances, dans les exploitations agricoles ;
– les productions vivrières, toujours alimentaires, produites directement dans les agglomérations (comme les potagers et les vergers) ;
– les productions végétales qui servent non pas à l’alimentation mais à l’artisanat. C’est le cas du bois du noisetier en vannerie.

Le raisonnement autour des productions vivrières est une question centrale : que produisaient les urbains ? Où ? Quelle pouvait être l’importance de ces productions végétales alimentaires ? Afin d’y répondre, notre réflexion se porte sur les espaces non couverts des agglomérations secondaires. Il est certain en effet que la mise en culture des espèces végétales potagères et fruitières nécessite une source de lumière : elle n’est donc praticable que dans des espaces non couverts ou « non bâtis ».

Au final, ce travail de thèse a permis d’apporter des éléments de réponse à trois grands thèmes de la recherche archéologique :

1) L’alimentation des populations urbaines du centre du Bassin parisien
2) L’étude des espaces non couverts des agglomérations du centre du Bassin parisien
3) La relation agglomération/campagne

Résultats

Il serait prétentieux, à l’issue de mon travail de thèse, de prétendre à la sagesse : il est néanmoins certain que celui-ci nous permet de mieux appréhender les habitudes alimentaires des habitants des agglomérations secondaires gallo-romaines du centre du Bassin parisien. Les données recueillies grâce aux diverses disciplines archéologiques montrent ainsi que les populations des agglomérations situées dans cette zone géographique entre le IIe et le Ve siècle ap. J.-C. consommaient peu ou prou la même chose. L’alimentation est cependant le seul point abordé dans le cadre de ce travail pour lequel on puisse parler d’une certaine analogie entre les bourgs étudiés. L’ensemble des autres sujets traités témoigne d’une absence totale d’uniformisation, qu’il s’agisse des espaces non couverts, de l’habitat allongé, des productions vivrières, de l’arboriculture, de la question des potagers ou encore du pacage. Pour ces thèmes, aucune standardisation des données n’est possible et chaque agglomération analysée, voire chaque parcelle de ces mêmes agglomérations, présente un particularisme. Ce n’est pourtant pas là un constat d’échec, loin s’en faut. Au contraire, cela nous permet d’échapper à un écueil qui nuit parfois à l’archéologie, à savoir la généralisation des données et son corolaire : la description de monde anciens par trop uniformisés.

Résultats quant à l’alimentation des populations urbaines du centre du Bassin parisien

La question de l’alimentation au sein des contextes urbains gallo-romains du centre du Bassin parisien a été envisagée selon une méthodologie précise, basée sur la confrontation entre nos propres données sur les aliments végétaux consommés à Châteaubleau, Châteaumeillant ainsi que Beaune-la-Rolande ; et celles obtenues par la communauté scientifique, non seulement pour les contextes urbains, mais aussi pour les établissements ruraux situés dans la même zone géographique que celle étudiée.
Au final, il n’y a pas de différences majeures entre les sites urbains du centre du Bassin parisien. L’analyse jumelée des données recueillies sur les contextes ruraux et urbains témoignent aussi d’une très nette concordance des résultats.

Les céréales : disparition progressive de l’engrain, persistance de l’épeautre et omniprésence des blés nus

Dans nos trois sites comme dans les autres agglomérations du Bassin parisien étudiées, les céréales constituent une part essentielle de l’alimentation végétale : les blés nus (Triticum aestivum/durum/turgidum) occupent une place majeure, alors que l’engrain (Triticum monococcum) disparaît des contextes urbains à partir du IIe siècle ap. J.-C. Il nous faut cependant limiter ce constat, dans la mesure où une partie des études carpologiques aborde la question des céréales au détriment des autres groupes alimentaires. Dans ces conditions, il est difficile d’établir une hiérarchisation entre les aliments.
Mis en culture localement (la nature du sol du centre du Bassin parisien le permet), les blés nus sont cultivés autour des agglomérations. Ses avantages sont nombreux : parce qu’il s’agit d’une céréale nue, le traitement qu’elle doit subir afin que son caryopse puisse être consommé est simplifié par rapport aux céréales vêtues. Elle est également panifiable, ce qui lui octroie une place de choix à la table de Gallo-romains friands de pain. Si ces qualités lui ont permis de s’imposer face aux autres céréales, elles sont en revanche contrebalancées par sa fragilité, puisque les blés nus nécessitent des sols riches et des conditions climatiques optimales.
Cela explique en partie la persistance d’autres taxons céréaliers tels que l’orge vêtue (Hordeum vulgare) et l’épeautre (Triticum spelta), attestés en Gaule durant toute la période romaine. Si leur traitement est plus complexe que celui des blés nus, elles sont également plus résistantes et moins scrupuleuses quant à la nature du sol. C’est d’ailleurs pourquoi on parle parfois de « garde-fou alimentaire » à leur propos : si de mauvaises conditions climatiques réduisaient à néant les récoltes de blés nus, les agriculteurs disposaient tout de même d’orge et d’épeautre. Ce serait toutefois une erreur de considérer que ces deux céréales ne sont présentes dans les contextes gallo-romains que pour pallier une éventuelle mauvaise récolte de blés nus. L’orge sert notamment à la confection de pain et à la fabrication de la bière. Davantage que des céréales subalternes, donc, ces taxons apparaissent comme complémentaires des blés nus (voir Chapitre 3, partie 1.).
Précisons que, s’il y a concordance des résultats relatifs aux céréales entre les contextes urbains et ruraux pour le centre du Bassin parisien, des différences ont été soulignées dans d’autres régions du Nord de la France (Chapitre 3, partie 1.).

Les légumineuses : la lentille et le pois, mais aussi la vesce et la gesse

Les légumineuses apparaissent comme l’un des fondements de l’alimentation des populations urbaines. Certes, la disproportion entre les très nombreux travaux consacrés aux céréales et les données beaucoup moins nombreuses relatives aux légumineuses rend difficile une comparaison entre les deux catégories d’aliments. L’omniprésence des taxons de légumineuses dans les contextes urbains et le caractère intensif de leur culture nous amène néanmoins à supputer leur rôle conséquent dans les assiettes des habitants des agglomérations secondaires du centre Bassin parisien. Plus précisément, deux types de légumineuses dominent largement le corpus : la lentille (Lens culinaris) et le pois (Pisum sativum). Déjà très bien représentées dès les premiers siècles qui suivent la conquête romaine, ces espèces sont de plus en plus attestées au fil du temps. Deux autres taxons, la vesce (Vicia sp.) et la gesse (Lathyrus sp.) se distinguent également par des occurrences en constante augmentation entre le IIe et le Ve siècle ap. J.-C., ce qui témoigne d’une importance croissante dans la société urbaine gallo-romaine. Si, à la différence de la lentille et du pois, leur consommation reste parfois soumise à débat, leur présence dans des quantités non négligeables dans les latrines souligne leur usage à des fins alimentaires.
Contrairement à celles qui concernent les céréales, les données recueillies sur les légumineuses semblent pouvoir être généralisées à une large partie du nord de la France (même si des études complémentaires doivent être menées pour confirmer ces observations). Cette homogénéité des résultats s’explique à la fois par le fait que les légumineuses sont potentiellement cultivées par tout un chacun au sein de potagers, et que la facilité de leur mise en culture permet de les faire pousser dans la majeure partie de la France septentrionale (voir Chapitre 3, partie 1.).

Remise en question de l’importance des légumes à la table des populations urbains

Plus encore que pour les légumineuses, la place occupée par les légumes à la table des urbains est tout simplement méconnue. Les données sur le sujet sont rares, voire inexistantes pour certaines régions, du fait de la très mauvaise conservation de ce groupement alimentaire au sein des contextes archéologiques.
Exception faite de la rave (Beta vulgaris) qui, au regard des attestations, semble être le légume le plus répandu dans les agglomérations du centre du Bassin parisien. Mais ce constat est sans doute fallacieux : l’akène et les graines de la rave sont en effet résistants, ce qui explique sa bonne représentation. Néanmoins, la rave est l’un des rares taxons de légume dont la consommation ne souffre d’aucune ambiguïté, de par sa nature exogène à la Gaule et du fait qu’elle n’a d’autre utilité qu’alimentaire. Il en va de même avec sa mise en culture locale, attestée sur nos sites par la mise en évidence de son akène dans les contextes archéologiques (Chapitre 3, partie 1.).
Même si sa présence est plus rare, le chou (Brassica sp.) est aussi consommé et mis en culture localement. Les études carpologiques et xylologiques ont en effet démontré, notamment à Châteaubleau, que le chou est présent et cultivé directement sur certaines parcelles d’habitation de l’agglomération. Bien que souvent considéré comme un adventice, son importance à la table des urbains se doit d’être réévaluée, étant donné qu’il est présent dans de très nombreux assemblages carpologiques, tant dans des contextes urbains que ruraux (Voir Chapitre 3, partie 1.).
De même, la calebasse (Lagenaria siceraria) est couramment consommée au sein des agglomérations gallo-romaines du Bassin parisien. Bien que sa mise en culture locale dans le nord de la France ait longtemps été considérée comme inenvisageable, la multiplication des attestations de la cucurbitacée depuis une dizaine d’années (et notamment grâce aux fouilles de plus en plus nombreuses de milieux imbibés) laisse envisager une remise en question du statut de l’espèce.
Enfin, ce travail de doctorat témoigne de ce que la place des salades à la table des populations urbaines est totalement méconnue. Rares sont les carpologues qui se risquent à classer les chénopodes (Chenopodium sp.), l’amaranthe (Amaranthus sp.), l’arroche (Atriplex sp.) ou la mauve (Malva sp.) parmi les alimentaires, alors que les sources antiques sont assez prolixes sur l’importance des salades dans l’alimentation romaine. De même, la présence de ces taxons dans un certain nombre de latrines pourrait témoigner de leur consommation (Chapitre 3, partie 1.).

Les triades aromatiques

Céréales, légumineuses et légumes antiques étaient relevés à l’aide de plantes aromatiques, dont trois dominent largement les données carpologiques et méritent leur appellation de « triade aromatique » : la coriandre (Coriandrum sativum), l’aneth (Anethum graveolens) et le céleri (Apium graveolens). Le cas du pot à cuire découvert dans le comblement du puits 414 à Châteaubleau est à cet égard très symptomatique, puisque la bouillie de lentille qu’il contenait était agrémentée par cette même triade.
S’y ajoute également le fenouil (Foeniculum vulgare) qui, bien que présent dans des proportions bien moindres, est attesté dans de nombreux contextes urbains. Les données soulignent que toutes les autres aromatiques occupent une place marginale à la table des populations gallo-romaines, qu’elles soient urbaines ou rurales.

Cueillis, cultivés ou importés : les fruits

Les fruits consommés étaient assez nombreux dans les agglomérations gallo-romaines du centre du Bassin parisien, même si le présent travail témoigne de ce que la distinction entre les fruits cueillis et ceux cultivés n’est pas toujours évidente (voir Chapitre 3, partie 1.). Le cas de la noisette (Corylus avellana) est à ce titre très instructif. Les résultats montrent en effet que, à Châteaubleau, plusieurs variétés ont été plantées dans une même parcelle : le noisetier passe ainsi du statut d’espèce cueillie à celui de plante cultivée (Chapitre 3, partie 1.). De même, la mise en évidence dans certains puits de bois de ronce (Rubus fruticosus) et de sureau (Sambucus sp.), associés à leurs carporestes, atteste de ce que les deux genres étaient plantés au sein de haies sur certaines parcelles d’habitations de nos agglomérations (voir Chapitre 3, partie 1.). Ces résultats ne prouvent nullement que noisetier, ronce et sureau noir étaient systématiquement mis en culture dans le nord de la Gaule. Ils montrent en revanche qu’il est injustifié de classer systématiquement ces trois espèces parmi les fruitiers ayant fait l’objet de cueillette.
Ces trois fruitiers ne sont pas les seuls à occuper une place à la table des populations gallo-romaines. Un genre en particulier semble ainsi très prisé : le Prunus (Prunus spp.), non seulement du fait de la multiplication de ses attestations mais également par la diversité des espèces consommées par l’homme : merisier (Prunus avium), prunellier (Prunus spinosa), prunier (Prunus domestica), prunier crèque (Prunus domestica subsp. insititia) et pêcher (Prunus persica). Il s’agit, en termes de diversité, du genre le plus représenté, même si le constat doit être relativisé dans la mesure où il est impossible pour d’autres taxons comme le pommier (Malus domestica) et le poirier (Pyrus communis) de distinguer les différentes espèces présentes dans les bourgs. À la lumière de certains écrits antiques comme ceux de Pline l’Ancien, on peut cependant supposer que les Romains consommaient de nombreuses variétés de pommes et de poires. Quoi qu’il en soit, l’attestation de ces deux taxons sur l’ensemble des sites urbains témoigna de leur importance dans les habitudes alimentaires.
Aux Prunus et pomoïdés s’ajoute la vigne (Vitis vinifera). Souvent considérée comme l’un des fruitiers les plus consommés par les populations gallo-romaines, le présent travail montre que, si le taxon est effectivement présent dans de nombreux contextes urbains, il ne domine pas pour autant les corpus carpologiques. Toutefois, sa présence dans la quasi-totalité des agglomérations gallo-romaines du nord de la Gaule montre qu’il est un fruit très répandu. Une autre espèce arbustive paraît être d’une certaine importance, en particulier lorsque des contextes imbibés sont étudiés, à savoir le noyer (Juglans regia). Ce taxon est présent dans 80% des puits qui ont été analysés dans le cadre de cette thèse.

La question des importations

Si certains spécialistes considèrent l’existence de fruits importés en Gaule par les Romains comme un témoignage de la romanisation de la culture gauloise, nous préférons davantage y voir la conséquence d’une situation géographique favorable. De fait, le terme de « romanisation » fait l’objet d’une acception encore sujette à débat. D’autre part, les données recueillies montrent que la localisation géographique d’une agglomération, à proximité d’axes de communication et/ou économiques majeurs, est une condition bien plus importante à l’existence d’importations que le degré réel ou supposé de romanisation d’un bourg (de toute façon difficilement quantifiable). Ceci explique pourquoi de très nombreuses agglomérations situées sur ces mêmes axes, et ce quelle que soit leur importance, attestent l’existence de produits importés, alors que d’autres ne font au contraire l’objet d’aucune importation, à l’image de celles du présent corpus (voir Chapitre 3, partie 1.).
Au final, l’alimentation des populations urbaines entre le début du IIe siècle ap. J.-C. et le Ve siècle ap. J.-C. se partage entre :
– des denrées importées par les Romains et acclimatées au nord de la Gaule, comme le concombre (Cucumis sativus) et le melon (Cucumis melo) ;
– des denrées importées mais non acclimatées (le palmier dattier (Phoenix dactylifera), par exemple), uniquement pour certaines agglomérations ;
– et la persistance de fruits indigènes cueillis ou cultivés.

Résultats quant aux espaces non couverts des agglomérations du centre du Bassin parisien

Ce bilan sur les denrées alimentaires est d’autant plus intéressant qu’il est au final assez rarement établi pour les contextes urbains. Il en va de même pour les données relatives au(x) lieu(x) de production de ces denrées. Certains archéologues parmi ceux qui travaillent sur l’habitat allongé localisent les productions vivrières au sein des espaces non couverts inhérents à cette forme parcellaire. Prenant la forme de potagers et de vergers qui occupent la majeure partie de la superficie de l’habitat allongé, les productions vivrières intensives s’opposent ainsi aux productions agricoles extensives localisées dans les champs. Force est néanmoins de constater que nos travaux traduisent une réalité plus complexe, où la mise en culture des espaces non couverts des agglomérations ne se limite pas aux parcelles d’habitation.
Il apparaît de façon assez évidente que l’organisation des espaces non couverts de l’habitat allongé ne témoigne en aucune manière d’une logique systématisante. Ceux-ci ont des fonctions diverses, qui dépendent de la volonté des propriétaires de chacune des parcelles, qu’elles soient ou non dédiées à l’habitat. Ainsi les espaces non couverts présents au sein des agglomérations secondaires gallo-romaines peuvent-ils être mis en culture, mais également dévolus à l’élevage ou à une activité artisanale.

Une mise en culture de certains de ces espaces non couverts

Sur l’ensemble des sites archéologiques qui composent notre corpus, seules 11 parcelles d’habitation étaient effectivement l’objet d’une mise en culture. Les espaces non couverts autours des puits F05, F32, F33, F43, F123, F135, F191, F192, F4141, F415 et F416 témoignent de la présence de productions vivrières, à travers la présence concomitante de plusieurs indices :
– Ces espaces sont d’une superficie suffisamment large pour permettre une mise en culture (voir Chapitre 3, partie 2.).
– Ils disposent tous d’un point d’eau permettant d’arroser les cultures (voir Chapitre 3, partie 2.).
– Leur fouille a livré des outils agricoles (Chapitre 3, partie 2.).
– L’étude du terrain a révélé l’existence de fosses de plantation (voir Chapitre 3, partie 2.).
– Ces espaces ont fait l’objet d’une fertilisation artificielle (voir Chapitre 3, partie 2.) (Indice N et plantes nitrophiles).
– Leurs analyses carpologiques mettent en évidence la surreprésentation des taxons des adventices des cultures sarclées (voir Chapitre 3, partie 2.).
– La carpologie a livré les carporestes de l’ensemble des espèces mises en culture dans le cadre de productions vivrières (Chapitre 3, partie 2.).
– Les études xylologiques démontrent l’existence d’une arboriculture en sein de ces espaces (voir Chapitre 3, partie 2.).
Individuellement, ces indices et toutes les analyses archéologiques qui ont permis de les révéler ne sont pas significatifs. Seule leur complémentarité permet d’aboutir à une vision cohérente et exhaustive, à savoir qu’un certain nombre d’espaces non couverts des habitats allongés étaient mis en culture. Bref, il est erroné d’y voir de façon systématique des jardins ou des cours, comme c’est encore souvent le cas. De même, aucune systématisation ne saurait présider à l’organisation des onze parcelles qui, au sein de notre corpus, témoignent d’une mise en culture des espaces non couverts. Les données archéologiques obtenues lors de la fouille des parcelles d’habitation de Beaune-la-Rolande démontrent ainsi que celles-ci se distinguent les unes des autres par leur particularisme (voir Chapitre 3, partie 2.).
Les espaces non couverts sans lien avec l’habitat peuvent aussi avoir été mis en culture. Si les vergers de Reims apparaissent comme un excellent exemple de la mise en culture de telles superficies, le cas de la parcelle liée aux puits F06/US 26037 (Châteaubleau) ou de celle située à l’ouest de la fouille opérée à Beaune-la-Rolande éclairent également la mise en culture de ce type d’espaces non couverts au sein des agglomérations. L’espace non couvert situé autour du puits F06/US26037 était ainsi planté de noisetiers (Chapitre 3, partie 1.), tandis qu’un vignoble occupait une partie de l’agglomération de Beaune-la-Rolande (voir Chapitre 2, partie 1.).
La présence de productions vivrières dans certains des espaces non couverts des agglomérations étudiées témoigne de ce qu’au moins une partie de la population urbaine était productrice de denrées. Loin de l’idée que les habitants des bourgs ne sont que de simples consommateurs à la charge des seules exploitations agricoles, il est aujourd’hui évident que certains produisaient des denrées végétales au sein des agglomérations. La localisation à Châteaubleau (F06 à l’extrémité nord du bourg) et en périphérie d’agglomération de certains espaces non couverts mis en culture atteste cependant que la notion de ceinture vivrière, développée en France dans les années 1990, est également une réalité. Bref, les espaces cultivés ne semblent pas pouvoir être localisés uniquement en périphérie ou au sein des agglomérations, et les deux réalités ne s’excluent nullement l’une l’autre.

De l’élevage au sein des espaces non couverts

Le présent travail de thèse témoigne de ce que les superficies non couvertes des agglomérations secondaires du centre du Bassin parisien peuvent avoir diverses fonctions, qui s’associent parfois au sein d’un même espace. Certaines de ces surfaces servaient à élever des animaux, qu’ils soient de basse-cour ou qu’il s’agisse de bétail.
L’étude du site de Châteaumeillant a permis la mise en évidence d’animaux de basse-cour (coq et oie) et de bétail (bœuf et porc) (voir Chapitre 3, partie 2..). Ainsi l’espace non couvert autour du puits 269 semble-t-il avoir été dévolu au seul élevage, puisque aucune mise en culture n’a pu y être attestée.
À Beaune-la-Rolande, l’étude des espaces non couverts a révélé une partition quasi systématique de la partie arrière des unités parcellaires à l’aide d’une clôture ou d’une palissade (voir Chapitre 3, partie 2.). L’un des espaces ainsi créés était occupé par un petit bâtiment, tandis que l’autre restait vide de structure. On a donc pu émette l’hypothèse de l’existence d’un élevage limité à quelques individus, du bétail de petite taille de type capriné ou porcin. Il faut également souligner que l’élevage d’un petit bétail au sein des parcelles d’habitation est concomitant avec une arboriculture, ce dont témoignent les fosses de plantations attestées dans l’ensemble desdites parcelles (voir Chapitre 2, partie 1.).
Enfin, l’étude de Châteaubleau a révélé l’existence d’espaces non couverts sans lien avec l’habitat, au sein desquels la seule activité paraît être le pacage (ce type de surfaces non liées à l’habitat paraît en effet n’être le lieu que d’une seule fonction). Le site de l’Aumône est très intéressant, puisque un espace non couvert sans lien avec l’habitat de plus de 800 m² y a été découvert (parcelle 9), occupé non seulement par un puits (F429) mais aussi par une mare et un petit bâtiment isolé. Toutes les analyses spécialisées menées sur ledit espace s’accordent à souligner une fonction de pacage :
– L’étude archéozoologique atteste l’existence de grands herbivores (type bovin) utilisés pour leur force et leur viande (voir Chapitre 3, partie 2.).
– L’analyse coprologique des sédiments du puits F429 témoigne de la présence d’excréments d’herbivores rejetés dans la structure, alors qu’il n’en est rien pour les autres puits de ce quartier de l’Aumône (Voir Chapitre 3, partie 2.).
– La carpologie montre un piétinement très important de l’espace non couvert, ainsi que la présence d’une strate herbacée type prairie (voir Chapitre 3, partie 2.).
– Enfin, l’étude de la mare permet d’affirmer qu’il s’agit d’une structure où les animaux venaient s’abreuver (voir Chapitre 3, partie 2.).

Les données recueillies pour les trois sites du corpus attestent non seulement du fait que les populations produisaient des denrées végétales, mais également qu’ils élevaient des animaux de basse-cour et/ou bétail au sein des parcelles d’habitation ou dans des espaces non couverts dévolus à cet effet.

Mais aussi d’autres productions, autre qu’alimentaires

Force est de constater que les données recueillies pour nos sites et relatives aux productions végétales autres qu’alimentaires sont très limitées. L’étude de l’habitat allongé a montré que les espaces non couverts de cette forme parcellaire peuvent être le lieu d’activités artisanales variées (Chapitre 1, partie 1.). Néanmoins, seule l’agglomération de Châteaubleau, et plus particulièrement la parcelle d’habitation liée au puits F123 (La Justice), a permis de mettre en évidence une activité en lien avec des pratiques religieuses et/ou médicinales (Chapitre 3, partie 2.). Les travaux débutés par K. Maames avaient également soulevé l’hypothèse d’une activité de vannerie et de corderie au sein de certaines parcelles d’habitation, mais cela demeure pour le moment à l’état de supposition.
Bien que peu probantes, ces quelques données montrent que la fonction des espaces non couverts ne peut être systématisée, leur utilisation semblant être avant tout le fruit d’un choix du propriétaire de ces superficies.

Résultats quant aux populations urbaines et aux productions agricoles

À l’issue de cette réflexion, il est évident que le débat qui concerne les acteurs des productions agricoles n’a aujourd’hui plus lieu d’être. Car si les exploitations qui occupent une partie de l’espace rural jouent un rôle indubitable dans les productions, il en va sans doute de même pour une partie des populations des agglomérations du centre du Bassin parisien : en attestent les données recueillies pour Châteaubleau et Châteaumeillant (voir Chapitre 3, partie 2.), qui démontrent que les habitants de ces deux bourgs travaillaient les sols situés en périphérie des agglomérations, qu’ils moissonnaient les champs et traitaient les récoltes. Cependant, le présent travail ne permet pas de savoir s’ils étaient propriétaires des terres qu’ils exploitaient et de leurs récoltes. Ce n’est pas là une carence de cette étude puisque, en l’état actuel de nos connaissances, aucun élément n’autorise à apporter une réponse définitive, d’un côté comme de l’autre. P. Leveaus’était d’ailleurs déjà heurté à cette difficulté lors de son étude du site de Caesarea de Maurétanie et avait dû conclure à l’impossibilité de déterminer si les terres agricoles entourant l’agglomération étaient la propriété des populations urbaines ou celles des exploitations agricoles.
Quoi qu’il en soit, il est incontestable que les populations des agglomérations secondaires du corpus produisaient une partie des aliments qu’ils consommaient. Ces productions, qu’elles soient vivrières ou agricoles, étaient localisées aussi bien au cœur de ces bourgs que dans leur périphérie. Et la présente étude de souligner le rôle important joué par les espaces non couverts localisés dans les agglomérations, en lien avec l’habitat ou non. Car si leur analyse a longtemps été négligée par l’archéologie, on sait aujourd’hui que ces superficies servaient parfois à la production de denrées (végétales ou animales, puisqu’ils pouvaient être un lieu de pacage du bétail) ou à la pratique d’artisanats variés. Bref, la plupart de ces espaces avait une vraie fonction et jouait un rôle important dans le fonctionnement d’une agglomération secondaire durant l’Antiquité.

Précisons enfin que seule une approche pluridisciplinaire a été en mesure de solutionner certains des questionnements soulevés en amont du présent travail. Et, si on a désormais une meilleure perception des lieux et des acteurs de la production des denrées végétales consommées par les populations des agglomérations antiques de Châteaubleau, Châteaumeillant et Beaune-la-Rolande, il convient de multiplier dans un avenir proche les analyses archéologiques pluridisciplinaires sur l’ensemble des agglomérations du Bassin parisien. C’est à cette seule condition qu’il nous sera possible d’obtenir une vision d’ensemble de la situation et, possiblement, d’étendre les conclusions de notre étude à une zone géographique plus vaste, tout en gardant à l’esprit que ces dernières ne sauraient être appliquées de façon systématique à tous les bourgs gallo-romains du Bassin parisien dont nous avons vu qu’ils recèlent une grande variété de possibilités et de situations. De même, une étude pluridisciplinaire approfondie pourrait pallier à la méconnaissance qui frappe encore la question des productions végétales destinées à l’artisanat. Car l’avenir de l’archéologie est sans aucun doute dans l’association des disciplines archéologiques : et, qui sait ? peut-être cela permettra-t-il un jour de résoudre les plus grandes énigmes archéologiques et historiques, de percer le mystère de la disparition de l’homme de Neandertal ou de déterminer avec précision l’emplacement de la tombe d’Alexandre le Grand ?


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.