Les infrastructures liées à l’exploitation fructicole et viticole du Grand Palais, Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)

Par  C. Landry

Historique des zones fouillées sur le site du Palais, Châteauneuf-du-Rhône (Drôme). C. Landry, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne (Lyon) / UMR 5138 Arar

Historique des zones fouillées sur le site du Palais, Châteauneuf-du-Rhône (Drôme).
C. Landry, Inrap Rhône-Alpes-Auvergne (Lyon) /
UMR 5138 Arar

Une opération préventive réalisée par l’Inrap Rhône-Alpes à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme) au cours de l’hiver 2010-2011, a permis d’appréhender le proche terroir d’un établissement antique et ainsi d’apporter une nouvelle contribution à la recherche sur les traces arboricoles. Le site se trouve au lieu-dit du Grand Palais, 200 m à l’est des vestiges antiques du quartier du Palais, connus depuis le XIXe siècle, et identifiés comme la pars urbana d’une villa depuis les campagnes de fouille programmée menées par J.-C. Béal de 1997 à 2001. Les principaux résultats issus des travaux menés sur la pars fructuaria du Grand Palais permettent de dresser une chronologie de l’exploitation agricole : des vergers se succèdent durant tout le Haut-Empire, puis au cours de l’Antiquité tardive, la production se diversifie, alliant céréaliculture, élevage et viticulture.

This poster deals with the question of the interpretation of production and storage buildings of the Grand Palais villa in Châteauneuf-du-Rhône (Drôme – France). The excavation, conducted in winter 2010-2011, gave indications about how the owners of a huge villa, which became an extremely rich rural palace during the late Antiquity, developed massive and specialized fruit production during the whole High Empire. During late Antiquity, the production becomes more diversified, with cereals, breeding and wine growing. However, the buildings of the pars rustica have been seen only on a narrow area, so that we have no satisfying clue allowing us to determine their functions in the production line. Two architectural complexes follow, the second one having massive masonry works including large buttresses. Some remains such as floors made of hydraulic concrete, or few pieces of dolia, permit hypotheses (presses, vats, storeroom, barn, warehouse). Yet this seems not to follow the same evolving plan than other large wine or oil production centres in Narbonnaise province.

Pour en savoir plus  téléchargez le poster présenté lors colloque AGER XI « Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines« , Clermont-Ferrand du 11 au 13 juin 2014.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *