Les formes du paysage entre Sarre, Eichel et Isch (Moselle et Bas-Rhin) à l’époque romaine

Par Antonin Nüsslein, compte rendu de master, soutenu en juin 2012 à l’Université de Strasbourg.

Ce travail de master constitue une synthèse sur le peuplement antique d’une micro-région appelée de nos jours l’Alsace Bossue. Cet espace de 400 km² environ, est situé sur le plateau lorrain et il est délimité par trois rivières principales : la Sarre, l’Eichel et l’Isch. Il est exploré depuis le XIXe siècle par de nombreux érudits, chercheurs et passionnés d’archéologie. Quelques établissements y ont été fouillés, dont un récemment, le Gürtelbach (commune de Dehlingen – 67). Depuis les années 1980, la zone fait l’objet de prospections systématiques réalisées par la Société de Recherche Archéologique d’Alsace Bossue (S.R.A.A.B.). Elles permettent d’avoir de nombreuses données sur l’évolution et la mise en valeur de ce territoire au cours de l’Antiquité. Ces informations ont été exploitées à diverses reprises mais jamais dans leur globalité et sans avoir l’objectif de réaliser une synthèse sur l’évolution du peuplement et de ses diverses composantes.

Le travail de master a donc consisté à reprendre cette documentation. Il débute par la création d’une typologie hiérarchique de l’habitat isolé réalisée à l’aide d’analyses multi-variées (AFC et CAH). Cette démarche a permis de mettre en évidence les caractéristiques de l’habitat rural et de percevoir la diversité des formes d’établissements. Ainsi, le peuplement rural se répartit au sein de cinq classes d’établissements : grande villa luxurieuse, grande villa, petite ou moyenne villa, ferme et annexe. La pertinence de la typologie est validée par les comparaisons qui sont établies avec d’autres classements effectués dans des régions proches et éloignées. Ce peuplement rural est émaillé par la présence de deux grands établissements dont nous avons réinterprété la forme, l’orientation et les fonctions. Les villae de Mackwiller et du Lamperstaecker sont ainsi de très grands habitats qui mettent en valeur des ressources différentes et qui jouent un rôle prépondérant dans le développement et le fonctionnement du système de peuplement.  L’ensemble de ce réseau d’habitat rural est dominé tout au long de l’Antiquité par l’agglomération de Sarre-Union. Cette bourgade actuelle, étudiée au cours de ce travail, est encore peu connue pour le moment, mais elle peut être considérée comme l’une des agglomérations les plus importantes de la Cité des Médiomatriques. Pour compléter l’étude des différents habitats, le réseau de voies ainsi que les activités économiques font aussi l’objet d’une enquête.

Habitats isolés et voirie dans la basse vallée de l'Eichel au cours du Haut Empire

Habitats isolés et voirie dans la basse vallée de l’Eichel au cours du Haut Empire 

Après la reconnaissance et l’étude des différents éléments qui composent le système de peuplement, l’analyse de son organisation et de son évolution est réalisée à l’aide d’un SIG et de méthodes d’investigations spatiales. Une modélisation du réseau d’habitat a notamment pu être réalisée dans la basse vallée de l’Eichel (carte ci-dessous). Au Ier siècle de notre ère, les premiers établissements antiques prennent progressivement place sur ceux de la fin de l’Age du Fer : les occupations de l’extrémité de la période laténienne constituent ainsi l’assise du système de peuplement antique. Le début de la période romaine est marqué par l’apparition de nouvelles formes d’habitats et la mise en place des plus grands établissements qui sont installés dans les milieux les plus favorables et qui vont exister jusqu’à la fin de l’Antiquité. Au cours du IIe siècle, le réseau d’habitat est complété par l’apparition habitats petits et moyens. Le peuplement se disperse alors, probablement afin de mettre en valeur l’ensemble du territoire. Au cours du Haut-Empire, le réseau d’habitat est structuré par des pôles d’attraction qui organisent et attirent les établissements situés à leur périphérie. Autour de ces centres (grands établissements ruraux, nœuds routiers, agglomération de Sarre-Union), se développent un ensemble de petits réseaux locaux dont les têtes sont occupées par les grandes villae, autour desquelles les autres établissements de moindre taille sont greffés. Les grandes demeures semblent ainsi contrôler spatialement les habitats de statuts inférieurs. Les domaines fonciers s’articulent probablement au sein des petits bassins versants qui jalonnent la zone d’étude. Au cours du Haut Empire, l’espace est ainsi fortement polarisé et hiérarchisé et le système de peuplement s’étend sur l’ensemble de l’espace disponible au moment de son apogée. Cette occupation rationnelle et importante de l’espace a sans doute fortement marqué le paysage. Au cours de l’Antiquité tardive, l’organisation du réseau d’habitat se modifie progressivement : le peuplement décline et se recentre sur les grands établissements avec la disparition des habitats de statuts inférieurs. A la fin du IVe siècle, les dernières têtes de réseau s’effondrent et laissent place à de nouveaux établissements qui marqueront le peuplement à la période mérovingienne.

Au terme de ce travail, la structuration et l’évolution du système de peuplement ont pu être perçues  mais il est nécessaire d’approfondir un certain nombre de points afin d’affiner et de compléter cette synthèse. Deux points principaux devront être abordés. Le premier, celui de la chronologie : de nouvelles études céramiques réalisées sur certains gisements pourraient permettre d’affiner notre perception de la dynamique du peuplement. De plus, la fouille d’un nouvel habitat pourrait en dire plus sur l’évolution interne des établissements. Enfin, le second point à traiter serait de rechercher et comprendre les causes et les phénomènes qui ont conditionné l’évolution du système de peuplement antique de cette zone. Cela en réalisant de nouvelles analyses spatiales plus avancées.

Ces pistes sont explorées dans une thèse, en cours, réalisée en co-direction à l’Université de Strasbourg et à l’Université de Franche-Comté.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *