XIe Colloque AGER, Clermont-Ferrand, 11-13 juin 2014

Produire, transformer et stocker dans les campagnes des Gaules romaines. Problèmes d’interprétation fonctionnelle et économique des bâtiments d’exploitation et des structures de production agro-pastorale.

XIe Colloque de l’Association d’étude du monde rural gallo-romain (AGER), Maison des Sciences de l’Homme, Clermont-Ferrand, 11-13 juin 2014

Les bâtiments et autres infrastructures de production agricole représentent un formidable potentiel pour l’histoire économique et sociale du monde rural antique. L’énorme masse des données fournies par l’archéologie préventive depuis les années 1980 a mis en lumière la diversité des bâtiments et des installations agricoles, donnant des campagnes gallo-romaines l’image d’un dynamisme insoupçonné. Pourtant, les bâtiments et les structures affectés aux activités agricoles n’occupent toujours pas la position centrale qu’ils mériteraient dans les études portant sur le monde rural gallo-romain. L’importance des problèmes de conservation explique en partie les difficultés rencontrées par les archéologues lorsqu’ils tentent de caractériser la fonction des bâtiments exhumés sur des sites ruraux, fonction déduite le plus souvent de l’analyse morphologique des plans révélés par les fondations. Mais, surtout, le principal problème réside dans la non-reconnaissance de ce thème comme un objet de recherche spécifique dans l’historiographie française des campagnes gallo-romaines. En effet, la question de la fonction des bâtiments et des installations agricoles a été diluée dans la problématique de l’habitat rural, et notamment de la villa, à laquelle elle est traditionnellement attachée. Elle est restée de ce fait subordonnée aux interrogations de l’histoire du peuplement et à la question générale de la romanisation, au lieu de s’ouvrir à la problématique du système agraire. Il en résulte que les bâtiments et autres structures construites affectés aux activités agricoles, le plus souvent évoqués sous le terme générique de « bâtiments d’exploitation », ne sont généralement pas étudiés en tant que tels, et que leur interprétation repose rarement sur un argumentaire archéologique.

L’objectif du colloque Ager XI est d’éclairer la place de ces constructions ou aménagements dans les systèmes de production antiques, et de faire émerger une vraie problématique économique et sociale. Qu’est-ce qui peut être identifié comme une structure agricole ? À quoi sert telle structure agricole ? Stocker ou produire, et en quelle quantité ? Quel est le système agricole ? Quel est le type d’exploitation ? Quelle est la nature de l’établissement ? Quelles sont ses relations avec la ville ?

Ce colloque sera l’occasion de rappeler que l’objectif de l’archéologie rurale n’est pas uniquement de restituer la fonction d’un bâtiment ou d’un outil, mais de comprendre son utilité au sein d’un système technique, économique et social liant les pratiques agraires, les bâtiments, les outils et les productions. Pour passer de la notion d’habitat à celle d’exploitation agricole, il faut aller au-delà des typologies habituelles élaborées par les archéologues, prendre en considération les domaines de l’agronomie et de l’histoire des techniques, et s’intéresser à la logique agricole de ces systèmes, dans l’esprit qui animait François Sigaut.

Téléchargez le Programme

Téléchargez la Fiche d’inscription

Organisation et contact : frederic.trement@univ-bpclermont.fr

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *