Premier atelier du programme RurLand – Paris, 24-25 mars 2014

Par Michel Reddé

RurLand – RURAL LANDSCAPE IN NORTH-EASTERN ROMAN GAUL FROM THE LATE LA TÈNE PERIOD TO THE LATE ANTIQUITY

Le projet « Rurland », acronyme de « Rural Lanscape in north-eastern Roman Gaul from the late La Tène period to the late Antiquity », présenté à l’ERC (European Research Council) a été accepté et il est financé pour une période de quatre ans (2014-2017). Il a pour objectif d’étudier l’espace rural dans le quart Nord-Est de la Gaule, depuis le début de La Tène D1 jusqu’à la fin du 5e s. ap. J.-C. Centré sur la période romaine, il se propose d’examiner, dans la longue durée, l’évolution du monde rural avec ses antécédents protohistoriques et ses mutations de l’Antiquité tardive, dans une vaste zone où la recherche récente, quoique active, n’a pas donné lieu à des synthèses.  Il concerne tout le quart Nord-Est de la Gaule romaine, de la Seine au limes germanique, de la mer du Nord au plateau suisse, soit les provinces de Belgique, des deux Germanies et une petite partie de la Lyonnaise antique. Il s’étend donc sur 6 états modernes (France, Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Luxembourg, Suisse), dans lesquels l’étude sur les campagnes romaines est inégale, pour des raisons qui tiennent à l’histoire de la recherche ancienne ou aux méthodologies actuelles, aux barrières linguistiques et bibliographiques, mais aussi à la diversité même des paysages naturels qui forment tout l’hinterland de la frontière romaine de Germanie. Il comprendra deux volets complémentaires:

1-un volet de collecte et de synthèse des données archéologiques disponibles, sur le seul territoire français, pour des raisons qui tiennent essentiellement à la faisabilité pratique d’une telle opération.

2-un volet de confrontation des données ainsi acquises avec celles qui sont déjà disponibles dans les autres pays européens concernés. Les spécialistes de ces différents pays seront partie intégrante du projet depuis la première phase jusqu’à la synthèse finale.

 Appuyé sur un SIG, le projet entend intégrer l’approche de sources très différentes dans leur nature et leur objet, mais complémentaires et rarement étudiées ensemble : fouilles archéologiques, notamment celles qui sont issues de l’archéologie préventive la plus récente, étude des différentes composantes des établissements ruraux de toute nature, carpologie, matériel osseux, cartes pédologiques, photographies aériennes, données LIDAR, de manière à promouvoir une approche interdisciplinaire et multiscalaire de l’ensemble géographique considéré, depuis les sites proprement dits jusqu’aux territoires. Il s’agit, in fine, de comprendre les dynamiques spatiales et historiques du monde rural de cette époque ancienne ainsi que leur diversité. Dans cette perspective seront privilégiées des fenêtres d’études à des échelles qui pourront être très différentes, en fonction de la qualité, de l’abondance et de la nature de l’information qu’elles fournissent.

Le projet vise donc à :

-Rassembler la documentation, actuellement dispersée et donc stérilisée pour la réflexion scientifique

-Homogénéiser les données disponibles pour les traiter statistiquement et spatio-temporellement

-Encourager les partenariats interrégionaux, interinstitutionnels, interlaboratoires, interdisciplinaires durables

-Livrer une synthèse qui dépasse les frontières des pays modernes

-Permettre l’émergence, à partir d’une riche et originale documentation, de projets ambitieux au niveau français et européen.

L’analyse sur un ensemble aussi vaste passera nécessairement par la définition préalable de « zones ateliers », qui pourront être d’ampleur variable, du territoire proprement dit au finage, voire au site. La grille d’étude doit donc comporter des échelles multiples et permettre pour chaque « fenêtre » spatiale, à partir d’une documentation sélectionnée en fonction de la qualité des données archéologiques, de proposer des échantillons modélisables. L’assemblage de ces différentes pièces de la mosaïque permettra de fournir, à l’échelle de toute la région considérée, un ensemble de données permettant des comparaisons significatives avec les réalités mises en évidence dans les pays européens proches et d’écrire une synthèse générale, qui est l’objectif ultime. Le produit final sera donc constitué à la fois par une monographie et un système d’information en ligne comprenant les banques de données acquises pendant ce programme.

Le programme de recherche implique différentes « tâches », notamment l’organisation de séminaires de travail (synthèses régionales, ateliers thématiques) destinés à formaliser l’information, définir de façon précise les fenêtres d’étude, les échelles (variables) des sites et des territoires à investiguer, élaborer un premier état des lieux et livrer les synthèses préliminaires destinées à fournir les éléments d’une réflexion globale. Le premier séminaire aura lieu les  24 et 25 mars 2014. Il sera centré essentiellement sur le nord et l’est du Bassin parisien et fera largement appel aux acteurs de terrain, notamment ceux de l’INRAP. Il n’est évidemment pas question, à cette occasion, d’épuiser le sujet ni d’entendre tous les intervenants possibles du programme, mais de définir les thèmes prioritaires, sélectionner les fenêtres d’études possibles, identifier les collaborations à venir. Il sera donc suivi d’autres séminaires dès le courant de l’année 2014.

Pour cette première réunion, on s’efforcera de privilégier les études de micro-territoires en privilégiant les vues synthétiques, les thèmes et les périodes relatifs au projet Rurland plus que l’exposé factuel de découvertes archéologiques n’ayant avec lui qu’un rapport lointain, aussi intéressantes soient-elles par ailleurs. On essaiera aussi, autant que faire se pourra, de replacer chaque fenêtre spatiale étudiée dans son contexte environnemental, mais aussi dans son cadre historique (cité antique, réseau d’agglomérations, système viaire…). Les communications seront présentées sur Power Point et ne devront pas dépasser une demie heure ; elles seront suivies d’une discussion de 15 minutes et pourront être mises en ligne, une fois retravaillées, sur le blog du programme (http://rurland.hypotheses.org/) ou dans Hal.archives ouvertes.fr et signalées sur le blog ou encore sur tout autre site qui aura la préférence des auteurs. Il s’agit, en l’espèce, de réunir des dossiers complémentaires les uns des autres, sous la signature des intervenants.

Vous trouverez ci-joint un programme encore provisoire, dans la mesure où quelques titres doivent encore être précisés et deux ou trois participations confirmées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *