Mise en évidence de deux fosses à fumure sur le site antique de Mer « La Gueule II » (Loir-et-Cher)

par Fabrice Couvin (responsable d’opération, Inrap), d’après les contributions de Morgane Liard (géomorphologue, Inrap), Sophie Martin (malacologue, Inrap), Pascal Verdin (analyses des phytolithes, Inrap) et Carole Vissac (analyse micromorphologique, Géoarchéon).

Introduction

La commune de Mer (Loir-et-Cher) est implantée en bordure du plateau de Petite Beauce qui domine la vallée de la Loire au nord. Son territoire s’inscrit dans un contexte archéologique dense en vestiges protohistoriques et antiques, mis en évidence par des prospections terrestres et aériennes et confirmés par des opérations de diagnostic et de fouille sur une surface de 280 hectares (cf. notice dans ce même blog). En 2011, les fouilles successives des fermes gallo-romaines de « Beaudisson » et de « La Gueule II », distantes de moins de 500 mètres, ont permis d’aborder ce terroir au travers de fenêtres de 3 hectares (Couvin 2013 ; Couvin, Di Napoli, Landreau, rapport en cours).

Pour mémoire, au cours de la période gauloise et au Haut-Empire, le territoire de Mer était situé au sud de la cité carnute, sur l’axe qui relie Orléans-Cenabum à Tours-Caesarodunum par la rive droite de la Loire. Au Bas-Empire, on est à la frontière de la nouvelle cité des Aurelianii, avec pour chef-lieu Orléans, soustraite du territoire carnute, avec pour capitale Chartres-Autricum.

L’occupation du Bas-Empire

Alors que l’évolution du site était continue depuis le IIe av. J.-C., l’occupation du Bas-Empire intervient après un abandon probablement situé entre les années 250 à 325 ap. J.-C. Si l’établissement conserve des limites et des orientations similaires à celles de la période précédente, sa forme change radicalement. Elle se caractérise par la disparition des limites fossoyées, la récupération et la squattérisation des bâtiments maçonnés et surtout un retour à la construction en terre et bois. On dénombre en effet non moins de quatre cents trous de poteaux, dont les ensembles les mieux conservés permettent de restituer deux unités d’habitat, une dizaine de bâtiments annexes, des structures plus légères de type appentis, ainsi que deux enclos palissadés probablement associés à des espaces de circulation. L’établissement, qui se développe sur un peu moins de 5 000 m2, compte également des fosses d’extraction de limon, quelques fosses-dépotoirs, ainsi qu’un fond de cabane. Le mobilier céramique et numéraire fournit pour cette occupation une datation comprise entre les années 325 et 375 ap. J.-C. Le site est ensuite définitivement abandonné.

Les aménagements du secteur nord-est

C’est le quart nord-est de cet établissement tardif qui retient ici notre attention. Il est en effet occupé par deux vastes fosses aménagées, F637 et F383/F461, qui occupent des surfaces respectives de 175 m2 et 215 m2 (Fig. 1).

SecteurNord-Ouest1_v2Fig. 1 : Vue zénithale du secteur nord-est de l’établissement antique (cliché Cyb’Air Vision).

La compréhension de l’évolution et du fonctionnement de ces structures, ainsi que leur relation, a été compliquée par une stratigraphie difficilement lisible et un arasement dû à la présence d’un sondage de diagnostic. Ce secteur présente également un pendage nord-ouest-sud-est, d’un peu plus d’un mètre, conséquence d’une érosion postérieure à l’occupation antique.

Néanmoins, à l’issue du décapage, il a été possible d’isoler d’une part la fosse F637, implantée dans les limites d’un enclos maçonné de la période précédente, et de l’autre F383 et F461, dont la relation d’antériorité reste incertaine. Ces dernières se prolongent sous la forme des remblais F441 et F607. Le puits F426, déconnecté de la stratigraphie, livre du mobilier qui permet également de dater son abandon du Bas-Empire. Compte tenu des dimensions des structures, la fouille des fosses a été réalisée sous la forme de sondages mécaniques. Ils ont donné lieu à des relevés en coupe, à la collecte de mobiliers et à la réalisation de prélèvements en prévision d’analyses micromorphologiques, physico-chimiques, malacologiques et des phytolithes. Compte tenu du contexte peu favorable à leur conservation, aucune analyse des pollens n’a été tentée.

Les fosses aménagées F383 et F637

Les fosses F383 et F637, sur lesquelles se sont concentrées les observations, présentent des caractéristiques proches. Elles ont en commun d’être encore encaissées d’environ 0,5 m dans le niveau supérieur du substrat calcaire. Le fond est relativement plat. Les bords, très ouverts, sont ponctuellement  renforcés par des murets (F384, F386 et F605), de gros blocs calcaires, des poteaux et des piquets, ou bien s’appuient sur des maçonneries antérieures (F637).

F637 dispose d’une structure d’accès sous la forme d’un radier empierré large d’1,4 m conservé sur 8 m (F389). Il est accolé à une aire composée d’un remblai de matériaux de démolition compactés (imbrices, tegulae et mortier) (F338/F390).

La stratigraphie montre à la base des deux fosses un remblai de blocs calcaires et de fragments de terres cuites architecturales, dont la densité et l’épaisseur sont variables (F637.6) (Fig. 2). Ces éléments, en vrac et non à plat, ne semblent pas constituer un niveau de circulation, mais plus vraisemblablement un radier destiné à faciliter un drainage par capillarité.

StructureF637_v2

Fig. 2 : Plan et coupes de la structure F637 (infographie V. Chollet, Inrap).

Au-dessus, on relève des limons parfois très charbonneux (F637.3 à 5), pour lesquels les analyses micro-morphologique, physico-chimique et des phytolithes témoignent d’une alternance d’épisodes d’humectation et de dessiccation. Ils sont associés à des taux de phosphores (Pi, Pt) et de potassium élevés, ainsi qu’à la présence d’espèces nitrophiles (diatomées et taxons de genre Urtica). Ces éléments sont associés à des dépôts de restes organiques, comme des résidus de traitement des céréales (glumes, tiges et feuilles), des restes ligneux (feuilles et écorces, issus de feuillées ?), des agrégats phosphatés issus de déjections animales, des charbons de bois et de la cendre. L’ensemble évoque un environnement humide très azoté et au pH acide, favorable à la décomposition de matériaux organiques dans un contexte plus ou moins anaérobie.

Le scellement des structures est constitué par un sédiment limoneux d’origine colluviale, contenant des blocs calcaires et des fragments de terres cuites architecturales (F637.2).

 Datation

Le mobilier céramique issu de ces contextes a en commun d’être peu documenté et très fragmenté. Il  comprend des éléments peu caractéristiques attribuables à la fourchette IIe-IVe s. ap. J.-C. La collecte de monnaies du type Gloria Exercitus fournit pour les niveaux d’abandon des termini post quem au deuxième tiers du IVe s. ap. J.-C. La chronologie de l’implantation et du fonctionnement de ces structures reste néanmoins imprécise, ceci en raison de la présence dans les niveaux inférieurs de la stratigraphie d’un mobilier peu caractéristique. Il est possible que F383 constitue une extension ou un réaménagement de F461. Par ailleurs, les creusements F429 et F453, connectés à des fossés des IIe-IIIe s. ap. J.-C., pourraient constituer des exutoires destinés à la collecte du trop plein d’eau des structures. Dans ce cas, les fosses F383/F461 et F637, tout comme le puits F426, seraient déjà en place dans l’établissement des IIe-IIIe s. ap. J.-C. et auraient été réutilisés  au Bas-Empire.

Interprétation

Pour ces structures, l’étude micro-morphologique permet d’écarter l’hypothèse qu’il s’agisse de mares. Les résultats des analyses s’orientent davantage vers la présence de litières animales ou le traitement de végétaux. Les observations et analyses réalisées sur les comblements des fosses F383 et F637, nous incitent à voir dans ces structures des fosses à fumure plutôt que des fosses à fumier provenant exclusivement de déjections animales. La collecte des déchets végétaux et organiques (litières animales, déchets domestiques, boues, etc.), ainsi que le stockage et le contrôle de leur décomposition, sont en effet attestés à la période antique ; la fumure ainsi obtenue servait d’engrais pour l’amendement des terres.

Pour étayer cette interprétation, tournons-nous vers les agronomes antiques et en particulier Columelle et son De Re Rustica, écrit vers 60-65 ap. J.-C. Dans cet ouvrage, l’auteur insiste sur le fait que l’on peut remédier à la stérilité croissante des terres en utilisant la fumure, plus qu’en pratiquant la jachère. Dans le livre I, 6, il décrit les dépendances d’une ferme : « on ménagera en outre deux trous à fumier, l’un pour recevoir le fumier nouveau, qui doit y séjourner toute l’année, l’autre pour le fumier ancien qui de là est conduit aux champs. Ces deux fosses doivent, ainsi que les réservoirs, être légèrement inclinés, murés et pavés, pour que l’humidité du fumier ne puisse s’échapper »… « Il faudra même l’humecter continuellement, afin que les semences des ronces et des mauvaises herbes y pourrissent, et n’aillent pas germer dans les champs » (Columelle, De L’Agriculture, traduction de Saboureux de la Bonnetterie, revue par M. Nisard, 1864).

Dans le livre II, 5, l’auteur précise que pour un champ de céréales, il faut 18 à 24 charretées d’engrais par jugerum (1 jugerum = environ 2 500 m2), soit un peu moins de 100 charretées à l’hectare. Une récente publication qui recense différentes estimations permet de restituer des masses très importantes comprises entre 15 à 47 tonnes à l’hectare, ce qui semble en accord avec les chiffres relevés pour l’agriculture traditionnelle française du début du XXe s. (Poirier, Nuninger 2012 : 18-19). Ceci laisse supposer que les structures destinées à l’élaboration et au stockage de cette fumure présentent de grandes capacités, ce qui est le cas de nos fosses qui conservent des volumes de près de 80 m3.

Enfin, dans le livre II, 14, Columelle indique qu’il existe trois sortes de fumier, celui des oiseaux, du bétail, de l’homme, et que « si nécessaire on peut recueillir toutes sortes de feuilles, couper des buissons, ratisser des herbes et enlever des fougères »… « On peut y jeter des cendres, le curage des fossés, des égouts, le chaume, et en général tout ce que l’on balaye dans les bâtiments ». Cette dernière pratique expliquerait la nature très hétérogène des résidus organiques et des sédiments mis en évidence par nos analyses.

 Conclusion

Au regard des résultats obtenus, les fosses aménagées identifiées sur le site de Mer « La Gueule II » semblent correspondre à des aires de stockage et de pourrissage de litières animales et de résidus de végétaux destinés à l’amendement des cultures. Si des déjections animales sont présentes, elles sont minoritaires, ce qui permet d’exclure des rejets exclusifs provenant d’une activité d’élevage (étable ou bergerie). La présence de ces fosses est par ailleurs mise en relation avec l’état très dégradé de la végétation et donc probablement des sols – lié à une exploitation humaine intense que souligne l’étude malacologique pour le Bas-Empire.

Bibliographie

Columelle : Columelle – De L’Agriculture, traduction de Saboureux de la Bonnetterie, revue par M. Nisard, publiée en 1864, éditions Errance, Paris, 2002, 366 p.

Couvin 2013 : Couvin F. (dir.) – La villa de Beaudisson à Mer (Loir-et-Cher), Rapport d’opération de fouille archéologique, volume 1, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Couvin, Di Napoli, Landreau, rapport en cours : Couvin F., Di Napoli F., Landreau C. – Occupations néolithique, protohistorique et antique de Mer « La Gueule II » (Loir-et-Cher), Rapport en cours.

Poirier, Nuninger 2012 : Poirier N., Nuninger L. – Techniques d’amendement agraire et témoins matériels, pour une approche archéologique des espaces agraires anciens, Histoire et Sociétés Rurales, 38 : 11-50.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *