Les occupations protohistoriques et antiques du plateau de Mer (Loir-et-Cher)

Par Fabrice Couvin*

avec la collaboration de Françoise Yvernault* et de Sylvain Badey*

*INRAP

Introduction

 La commune de Mer (Loir-et-Cher) est implantée en bordure du plateau de la Petite Beauce qui domine la vallée de la Loire au nord. A la fin de la Protohistoire et au cours du Haut-Empire, Mer est situé au sud de la cité Carnute, à mi-chemin des agglomérations secondaires de Suèvres (Loir-et-Cher) et Beaugency (Loiret), sur l’axe qui relie, par la rive nord de la Loire, Orléans/Cenabum à Tours/Caesarodunum (Cribellier 2012 : fig. 2).

Ce territoire s’inscrit dans un contexte archéologique dense en sites protohistoriques et antiques, mis en évidence par plus de trente années de recherches. La réalisation de fouilles, aux surfaces jusque là relativement limitées, avait essentiellement concerné la Protohistoire ancienne et moyenne et dans une moindre mesure la période antique et le haut Moyen Âge. En 2011, les fouilles successives de la villa de « Beaudisson » et de l’établissement rural de « La Gueule II », distants de moins de 500 m, ont permis de suivre, au travers de plans très complets, l’évolution des deux sites occupés depuis le IIe s. av. J.-C. jusqu’au IVe s. ap. J.-C. (Couvin 2013). Ces interventions ont aussi été l’occasion de finaliser, pour les périodes de la Protohistoire au haut Moyen Âge, une étude documentaire à l’échelle de la commune et de ses marges immédiates

 Bref historique des recherches

Les prospections aériennes, suivies de vérifications au sol, réalisées depuis plus de 30 ans par des archéologues bénévoles, comme H. Delétang et P. Genty, ont contribué à souligner la forte densité des établissements ruraux, en particulier protohistoriques et antiques, implantés dans ce secteur du plateau de la Petite Beauce (Delétang 1982, Genty 1996, 1997).

Sur la commune de Mer, la présence de vestiges anciens, datés de la Protohistoire au haut Moyen Âge, a pu être vérifiée lors des premières fouilles de sauvetage réalisées au début des années 1990 à l’occasion de travaux liés à des aménagements de l’autoroute A10. A partir des années 2000, une large partie du territoire communal, située prés de l’échangeur A10, a pu être appréhendée au travers de deux campagnes de diagnostics réalisés à l’échelle des 280 ha que constitue la ZAC « Les Portes de Chambord » (Frénée, Creusillet, Juge 2002 ; Cherdo, Poitevin 2009 ; Poitevin, Cherdo 2009). Ces sondages sont venus confirmer la forte densité de vestiges ; les sites précédemment détectés ont pu être complétés par d’autres occupations généralement mal illustrées par les prospections aériennes et de surface, comme le Néolithique, la Protohistoire ancienne et moyenne, ou encore le haut Moyen Âge. Ces investigations ont par ailleurs montré la bonne conservation de certains établissements, ainsi que leur longévité et/ou leur caractère diachronique.

A ce jour cinq sites implantés dans l’emprise de la ZAC ont donné lieu à des fouilles réalisées par l’Inrap. Si les premières opérations avaient concerné des occupations aux emprises relativement limitées, les interventions menées en 2011 à « Beaudisson » et « La Gueule II » ont permis d’appréhender les évolutions de ces deux établissements au travers de plans quasi complets, ceux-ci depuis le IIe av. J.-C. jusqu’au IV s. ap. J.-C.

 Données documentaires et cartographiques

 Les interventions de 2011 ont été associées à une étude documentaire réalisée, par F. Yvernault, à l’échelle de la commune et de ses marges immédiates ; celle-ci concerne une fourchette chronologique comprise entre la Protohistoire au le haut Moyen Âge. Initiée lors des deux précédentes campagnes de diagnostic, elle n’a pu être étendue aux autres périodes en raison d’un nombre trop important de sites inventoriés – 241 sur le territoire communal de 26,5 km2.

Au-delà d’une cartographie classique, cette étude a permis de rassembler les plans les plus complets d’enclos fossoyés protohistoriques et/ou gallo-romains, ainsi que d’établissements antiques identifiés par la présence de maçonneries. Ceux-ci, associés aux plans collectés lors des deux fouilles de 2011, ont permis de constituer une base documentaire de 19 sites dont les tronçons linéaires les plus significatifs, fossés et murs, ont été vectorisés afin d’être intégrés dans une base de données de type SIG (Fig. 1, 2 et 3). Ce travail, réalisé par S. Badey, a été limité à un secteur d’étude qui correspond globalement au nord de la commune de Mer et de ses marges, soit 28 km2 ; la limite sud étant fixée par le tracé de la RN 152.

Les géo-référencements de ces sites présentent des niveaux de précisions inégaux en fonction de l’ancienneté de la documentation utilisée, mais ces variations restent peu perceptibles à l’échelle du terroir :

 1) les fouilles et les diagnostics récents ont été topographiés avec précision, ce qui a parfois permis d’ajuster des restitutions plus anciennes, comme par exemple la villa de « Villiers »,

2) des tracés issus du redressement de clichés aériens ont pu être recalés avec plus de précision à l’aide de sites cartographies en ligne, en particulier bing.com, où l’essentiel des sites du plateau apparait très clairement,

3)  pour quelques autres sites, des redressements photographiques réalisés d’après des repères cadastraux offrent la seule documentation utilisable ; il en est de même pour les emprises des fouilles les plus anciennes.

 Ce fond cartographique a été complété par l’intégration du réseau quadrillé dit « parcellaire de Beaugency » identifié par B. Liger et dont l’étude a été reprise par S. Robert (Robert 1996). Cette trame de plus de 200 km2 s’appuis sur le rebord du plateau qui domine la Loire entre Mer et Meung-sur-Loire. Ses réseaux livrent des suites continues de repères dont les distances semblent correspondre à des mesures ou des multiples de mesures gauloises et antiques. Dans notre secteur d’étude, l’un des axes majeurs de cette trame correspond au « Chemin des Moines », dont le tracé orienté nord-ouest/sud-est, relevé sur 15 km, relie Talcy à la Loire. La réalisation de sondages de diagnostic a permis de préciser que ce chemin avait une phase d’utilisation antique (Cherdo, Poitevin 2009 : 77). Au sud-est, cet axe croise perpendiculairement les tracés du « Chemin du Roi » et du « Chemin Vieux », qui selon les auteurs correspondent au tracé de la voie antique reliant Orléans/Cenabum à Tours/Caesarodunum, l’une via le val inondable, l’autre, en empruntant le rebord du plateau. A noter que ce réseau quadrillé est traversé diagonalement par deux voies secondaires qui relient les agglomérations de Suèvres à Allaines-Mervilliers et Areines  à Meung-sur-Loire (Cribellier 2012 : fig. 2). Le tracé de la première se développe immédiatement au nord-ouest de notre secteur d’étude.

 Les sites antiques

Le premier constat à la lecture de la carte au 1/40 000 est une forte densité d’établissements, en particulier antiques, en raison de leur identification plus aisée par la présence de bâtiments maçonnés (fig. 1). Si ces sites semblent se concentrer dans les deux tiers est de la commune, cela est probablement dû à une moins bonne lisibilité par ailleurs. En effet, sur les images satellites du site bing.com, datées du printemps 2011, l’essentiel des établissements est très visible, alors que les sites implantés à l’ouest, comme « Les Caves » et « Les Boileaux », le sont peu, ou pas.

1_Sites5000

Ces sites antiques présentent des dimensions variables. On compte des villae, reconnaissables avec leurs plans caractéristiques à deux cours, comme « Beaudisson », « Villiers », « Les Cohues » et « Les Perroux », dont les surfaces bâties varient de 5 000 m2à 20 000 m2. Compte tenu de la disposition et des plans de ses bâtiments, ainsi que la présence d’un mur de partition, il est probable que « Les Caves » constitue lui aussi un plan incomplet de type villa. L’agencement et les dimensions des bâtiments du site « Les Boileaux » permettent également une interprétation dans ce sens. Au total, on compterait donc pas moins de six villae sur un terroir de 28 km2, soit une pour 466 ha. La distance moyenne entre ces établissements se situe autour de 1,5 km.

A ces plus grandes exploitations, il faut ajouter celles de taille moyenne à petite, qui constituent des établissements de dimensions intermédiaires. Ceux-ci transparaissent par la présence d’un ou plusieurs édifices maçonnés de plus grandes dimensions (bâtiments d’exploitation ou résidentiel). Seule une fouille, comme celle de « La Gueule II » permet de mettre en évidence, autour d’une construction de type grange, des développements plus importants délimités par une clôture fossoyée d’environ 5 000 m2. A cette série, il est possible d’associer les sites « Les Cent Planches » qui compte trois bâtiments, ainsi que « Les Roussettes », « Les Coudres », « Mont Bouillon », « Les Choutelles » et « Pommeray », chacun un. La distance moyenne entre ces établissements est très variable et l’on peut supposer que certains d’entre eux sont passés inaperçus lors des différentes prospections. Il faut néanmoins signaler que ces sites intercalaires peuvent être implantés à moins de 500 m d’une villa, c’est le cas de « La Gueule II » avec « Beaudisson », mais aussi des « Cent Planches » avec « Villiers ».

En associant ces fermes aux précédentes villae, on compte à l’échelle du secteur d’étude un minimum de douze établissements ruraux au fonctionnement probablement autonome, soit un pour 233 ha.

Les bâtiments des sites « Les Ribets » et « Les Porchères » livrent des plans partiels aux dimensions semble-t-il plus réduites. Ces derniers apparus lors des fouilles de sites de la Protohistoire et du haut Moyen Âge, en dehors de toute concentration de vestiges antiques, laissent supposer qu’il s’agit d’occupations de dimension limitée ; probablement en relation avec le « Chemin des Moines », le long duquel elles sont implantées.

 Les sites d’enclos

 L’identification et la hiérarchisation des sites d’enclos fossoyés restent plus délicates en raison d’une moins bonne lisibilité des tracés, mais aussi du manque d’indice chronologique. Les fouilles de « Beaudisson » et « La Gueule II » ont permis de distinguer différentes trames fossoyées, complètes ou partielles, qui se succèdent depuis La Tène finale jusque dans le courant des IIe-IIIe s. ap. J.-C. De même, le diagnostic de la villa des « Villiers » fait apparaitre la présence de deux séries de fossés sous-jacents respectivement datés de la Protohistoire et de La Tène finale (Cherdo, Poitevin 2009 : 138). Au regard de la photographie aérienne, il semble que la villa « Les Cohues » ait également été précédée par un enclos quadrangulaire attribuable à la période gauloise. Compte tenu de son plan caractéristique, l’enclos de La Tène finale « Les Caves » précède ce qui semble être le plan d’une villa au Haut-Empire. A ce lot de clôtures fossoyées plus anciennes, on peut associer, par leur forme, les enclos quadrangulaires « La Sente » et « Les Anglières », de dimensions plus réduites, ainsi que probablement l’ensemble de « La Queue de Morue ».

Concernant l’enclos « Les Choutelles » se pose la question de sa chronologie, avec en particulier la présence d’un bâtiment maçonné dans son emprise. S’agit-il d’un site gaulois « romanisé » ou bien d’une création du Haut-Empire ? En l’absence de fouille, il reste impossible de trancher. L’origine de l’enclos du « Chemin Sentier » reste elle aussi difficile à préciser. Ce dernier présente un plan, des dimensions et une orientation très proches de ceux de l’enclos 1 de « La Gueule II », daté de La Tène finale, mais une prospection de surface livre exclusivement du mobilier gallo-romain.

Au regard de ces données, on peut noter que pas moins de cinq sites antiques, de plus grandes dimensions, sont précédés par un établissement gaulois délimité par une clôture fossoyée.

 Orientation, implantation

 Si un rapide constat visuel permet de vérifier que l’ensemble des sites répond à une orientation assez uniforme, l’utilisation d’un SIG a permis de préciser que l’essentiel des tracés linéaires, murs et fossés, sont axés 30°-60° Est/30°-60° Ouest. Seuls quelques rares éléments échappent à cette règle. C’est le cas de l’enclos « Les Caves », en raison de son plan curviligne ; du fossé laténien de « Beaudisson », axé nord/sud probablement en raison de la contrainte que constitue la vallée proche ; mais aussi de l’ensemble de la villa « Les Perroux », ceci sans contrainte topographie apparente.

Un fait marquant est que l’essentiel de la trame parcellaire de Beaugency répond elle aussi à cette orientation, avec en particulier dans notre secteur d’étude l’élément structurant que constitue le « Chemin des Moines ». Par ailleurs, si les sites du plateau de Mer répondent à cette disposition – avec en particulier les bâtiments résidentiels des villae clairement tournés vers le sud-est – ceux implantés plus à l’est, sur les communes d’Avaray, de Cravant, de Lestiou ou de Tavers, semblent également y obéir (Delétang 1982, Genty 1996, 1997).

Autre fait important, l’orientation similaire des sites d’enclos de La Tène et des établissements du Haut-Empire permet d’entrevoir la perduration et/ou l’adaptation d’éléments structurants protohistoriques à la période antique. Comme dans d’autres exemples vérifiés par l’archéologie, la période laténienne semble correspondre sur le plateau de Mer à l’émergence d’une première planimétrie rurale régulière associant réseau d’habitat, mais aussi probablement trames viaire et parcellaire (Chouquer 2005 : 29-34).

 La mesure de la distance des principaux sites du Haut-Empire à la voie antique que constitue le « Chemin des Moines » est variable (Fig. 2).  2_SitePlateauAu sein de notre secteur d’étude on relève toutefois plusieurs séries, dont la première est implantée à plus longue distance, avec les villae « Les Caves » et « Les Perroux », éloignées de 1,9 km et 2 km. Les autres villae se situent à une distance intermédiaire régulière, comme « Beaudisson » (0,8 km), « Villiers » (0,8 km) et « Les Cohues » (1 km). A noter que « Les Cohues » et « Les Perroux » sont par ailleurs distants de 0,8 km et 1,3 km de la voie Orléans-Tours, suivant le tracé retenu ; ce qui laisse là encore supposer des modules d’implantation relativement réguliers.

L’éloignement des établissements de rang intermédiaire, comme « Pommeray », « La Gueule II », « Les Coudres », « Les Roussettes » et « Les Cents Planches » au « Chemin des Moines » se situent entre 0,8 km et 0,2 km. Seuls deux sites d’enclos, livrant des indices d’occupations de la période gallo-romaine, se développent à moins de 100 m de cette voie. Il s’agit du « Chemin Sentier » et « Les Choutelles », dont les clôtures sont parallèles à l’axe de la chaussée. Les sites les plus proches, c’est-à-dire contigus à la voierie, « Les Ribets » et « Les Porchères », semblent constituer des occupations très limitées caractérisées par des bâtiments de dimensions réduites.

Les sites les plus proches de la voie reliant Suèvres à Allaines-Mervilliers se situent à 1,5 km pour la villa « Les Caves » et respectivement à 0,5 km, 0,6 km et 1 km, pour les établissements de « Pommeray », « Chemin Sentier » et « Les Coudres ».

 Si à l’échelle du plateau de Mer, la concentration de sites protohistoriques et antiques peut s’expliquer par l’attraction que constituent les croisées d’axes anciens, ces observations restent limitées à notre secteur d’étude, c’est-à-dire un zoom de 28 km2 sur un terroir de plus de 200 km2 (Fig. 3). 3_SiteCompte tenu de la densité des établissements enregistrés par ailleurs, en liaison avec d’autres axes majeurs de la trame de Beaugency, il n’est pas exclu que ce soit l’ensemble du plateau qui ait été quadrillé par un système viaire en relation avec la voie Orléans/Cenabum-Tours/Caesarodunum. Si deux axes secondaires reliant des agglomérations ne répondent pas à l’orientation générale de cette trame, ils ont eux aussi contribué à desservir et donc probablement densifier les établissements sur le plateau.

 L’étude documentaire et les fouilles montrent que les établissements enclos de La Tène finale sont précédés par un semis diffus mais régulier d’occupations lâches et non encloses de la Protohistoire ancienne et moyenne. A l’inverse, les sites du haut Moyen Âge sont plus rares et dispersés. On relève en effet deux concentrations, l’une dans le secteur de « Glatigny », sur le rebord de la plaine alluviale, l’autre sur le plateau, près de la limite nord-est de la commune.

 Conclusion

 Les fouilles de « Beaudisson » et de « La Gueule II », concluent une première série de cinq interventions réalisées dans l’emprise de la ZAC « Les Portes de Chambord » à Mer (Loir-et-Cher). Ces opérations ont été l’occasion de suivre les évolutions de deux établissements ruraux occupés depuis le IIe s. av. J.-C. jusqu’au IVe s. ap. J.-C. Elles ont permis d’aborder les formes des occupations qui les précédent au cours de la Protohistoire ancienne et moyenne et de mettre en évidence leur abandon définitif, ceci probablement au profit de nouvelles implantations, au début du haut Moyen Âge.

Ces deux interventions, qui relèvent de l’archéologie préventive, ont également été le cadre d’une première synthèse des occupations protohistoriques et antiques, réalisée à l’échelle d’un terroir de 28 km2. Celle-ci confirme la densité des établissements, ainsi que leur implantation ordonnée au sein d’une trame structurée constituée d’axes secondaires adossés à la voie Orléans-Tours. Elle rappelle par ailleurs l’intérêt de recherches de plus grande envergure à l’échelle de ce vaste terroir que constitue le plateau nord de la Loire, dans ce secteur de la Petite Beauce.

Bibliographie

Cherdo, Poitevin 2009 : Cherdo F., Poitevin G. – Mer, Loir-et-Cher, « Les Portes de Chambord II », Rapport d’opération de diagnostic, 2 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Chouquer 2005 : Chouquer G. – L’émergence de la planimétrie agraire à l’Age du Fer, Etudes Rurales, 175-176 : 29-52.

Couvin 2013 : Couvin F. (dir.) – La villa de Beaudisson à Mer (Loir-et-Cher), Rapport d’opération de fouille archéologique, volume 1, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

 Cribellier 2012 : Cribellier C. – Trois siècles de découvertes et trois décennies de recherches sur les agglomérations antiques de la région Centre, in : Cribellier C., Ferdière A. (dir.), Agglomérations secondaires antique en région Centre, volume 2, Actes de la table ronde d’Orléans, 42e supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France : 9-25.

Delétang 1982 : Delétang H. – Contribution de la photographie aérienne à l’étude typologique des villas gallo-romaines du sud de la Beauce, Actes du colloque : La villa romaine dans les provinces du nord-ouest, Caesarodunum, 17, Tours : 77-94.

Frénée, Creusillet, Juge 2002 : Frénée E., Creusillet M.-F., Juge P. – Mer, ZAC « les Portes de Chambord », DFS d’évaluation archéologique, 2 volumes, Orléans, SRA Centre.

Genty 1996 : Genty P. – Prospections aériennes dans les environs de Beaugency : 1 – Les enceintes, Société Archéologique et Historique de Beaugency, 22 : 1-6.

Genty 1997 : Genty P. – Prospections aériennes dans les environs de Beaugency : 2 – Sites gallo-romains, Société Archéologique et Historique de Beaugency, 22 : 15-18.

Liger 1974 : Liger B. – Le traitement de l’information dans l’espace historique, Thèse de 3e cycle, 4 tomes, Université de Tours.

Poitevin, Cherdo 2009 : Poitevin G. – Séris, ZAC les « Portes de Chambord II » (Loir-et-Cher), Rapport d’opération de diagnostic, 2 volumes, Inrap CIF, Orléans, SRA Centre.

Robert 1996 : Robert S. – Etude morphologique du parcellaire et de la voirie de la région de Beaugency, in : Chouquer G. (dir.), Les formes du paysage 1, Etude sur les parcellaires : 138-147.


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *