Les Campagnes face aux mutations de leur temps…

  par Christophe Pellecuer*

Circa Villam IX – Claraq-Pau – 15-16 novembre 2012 – Rencontres d’Archéologie Pyrénées-Méditerranée. Journées d’étude sur le monde rural à l’époque romaine

*Laboratoire Archéologie des Sociétés Méditerranéennes, UMR 5140-Culture, Lattes-Montpellier

 Le thème de Circa Villam était pour 2012 celui des villae et des domaines à la fin de l’Antiquité et au début du moyen Âge. C’était au tour de François Réchin et de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA3002) de prendre en charge et d’animer cette neuvième édition. En effet, depuis 2010, une convention rassemble l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural (Girona), le Grup de Recerca Arqueologica del Pla de l’Estany (Banyoles) et le laboratoire d’Archéologie des Sociétés Méditerranéennes (UMR 5140 Lattes-Montpellier, équipe TeSAM). L’ensemble de ces institutions se partage l’organisation scientifique et matérielle de ces rencontres des deux côtés des Pyrénées.

 Les participants, bien au-delà de la cinquantaine de personnes habituellement présentes, ont pu apprécier l’ambiance détendue de ces deux journées, l’une dans les locaux du centre d’interprétation de la villa de Lalonquette[1], à Claraq (Pyrénées-Atlantiques) qui a été inauguré à cette occasion, l’autre à l’université de Pau. La bonne chère du Sud-Ouest couplée à une organisation sans failles n’est certainement pas étrangère au bon déroulement de cette manifestation. Le contenu scientifique des présentations et des discussions a été de même de très bon niveau, peut-être une des réunions les plus abouties depuis presque dix ans d’existence de ce cycle de rencontres.

 Les mutations que connaissent les campagnes à la fin de l’Antiquité et au début du Moyen Âge, perceptibles dans les formes et l’organisation de l’habitat, dans les transformations des conditions des productions, témoignent des évolutions en profondeur des sociétés de leur temps. On suivra François Réchin qui, dans son introduction aux journées, souligne l’écho particulier de ces situations du passé en ce début de siècle marqué par une nouvelle donne technique, sociopolitique et environnementale. Sur la base d’une douzaine de communications, les participants se sont interrogés sur le degré de persistance du maillage de villae et de domaines de l’Antiquité et la part de celui-ci dans la constitution du paysage médiéval naissant.

 

Tarraconaise

 La Tarraconaise est le premier espace géographique abordée à partir de quatre communications. L’équipe de Gérone (Josep Burch, Pere Castanyer, Josep Maria Nolla, Joaquim Tremoleda), comme chaque fois, a proposé un véritable bilan de ses recherches, en dépassant la seule analyse des sites et en proposant d’intéressants schémas sur l’évolution de l’occupation des sols. On aurait pu croire, à partir des travaux publiés et largement diffusés dans les laboratoires de la France méridionale, que le Nord-Est de la Catalogne (Gironès, Empordà, Pla de l’Estany) était le seul domaine de la ville et de la villa. Avec le VIe siècle, on note l’apparition d’établissements neufs, des agglomérations, ce que l’on pourrait appeler de petits villages. Les sites traditionnels peuvent être abandonnés, mais la continuité d’occupation est aussi une réalité sur ces mêmes types de site. À Vilauba (Camos), où l’exploration s’est poursuivie depuis la publication du premier ensemble de l’Antiquité tardive, il est possible d’être plus précis. C’est après un temps de hiatus au IVe siècle, que le site est à nouveau investi au cours du Ve siècle. Les bâtiments de la villa classique sont réaménagés et l’on connaît un pressoir vinicole, qui a déjà fait l’objet d’une étude détaillée (Roure et al. 1988) (Fig.1).

Figure 1 — Le pressoir du VIe siècle de l’établissement rural de Vilauba (Pla de L’Estany, Catalogne). (Pere Castanyer, Quim Tremoleda, Museu d’Arqueologia de Catalunya).

01-torcularium villaubaUn bâtiment occupé jusqu’au VIIe siècle vient compléter le noyau initial. Les fouilleurs envisagent des unités distinctes, en rupture avec l’organisation unitaire antérieures. De même, l’équipe propose une image de l’évolution de l’occupation autour d’Empuries, après l’abandon de l’agglomération au IIIe siècle et avec la concentration des fonctions civiles et religieuses dans l’ancien îlot de San Marti d’Empuries. Plusieurs nécropoles tardives reparties dans le territoire mettent en évidence la dispersion de l’habitat rural et une organisation territoriale nouvelle, plus complexe que l’on ne pouvait croire, avec la découverte d’un vaste complexe paléochrétien à distance des murs de San Marti.

Pour un secteur plus méridional (Barcelonès, Vallès), les participants français engagés dans l’archéologie préventive auront eu une impression de grande familiarité avec la documentation présentée par Jordi Roig, Joan M. Coll. Il n’est pas si fréquent de voir de ce côté-là des Pyrénées de grands décapages, avec une multitude de ce que l’on a pris l’habitude de dénommer « structures en creux » dans le vocabulaire d’attente du chantier. Ces nouvelles pratiques signent bien évidement une renouvellement de la documentation jusque-là bien réduite pour la période du IVe au VIIe siècle. Comme pour l’Empordà, on observe une opposition entre le littoral aux villas luxueuses avec des mosaïques, et un arrière-pays aux établissements bien moins cossus. Du fait d’une moindre urbanisation jusqu’à une date récente, c’est donc les terres les plus éloignées du rivage qui offrent les données les plus complètes. Ces villas sont encore maintenues aux IVe-Ve siècles, avec comme à Can Sola del Raco (Matadapera) une aire avec des doliums et une nécropole. La disparition de ce type d’établissement répondant aux canons antiques est à placer dans la deuxième moitié du Ve siècle, alors qu’elle serait plus tardive dans la zone littorale. Entre le VIe et le VIIIe siecle, se développe ici aussi une nouvelle génération de sites, ces « aldeas » regroupant un habitat en matériaux périssables – des fonds de cabanes avec foyer, des constructions sur poteaux- et des aires de silos excavées. La découverte de corps jetés dans des fosses, des puits, pose la question d’un personnel servile au sein de ces nouvelles exploitations rurales. Autour du siège épiscopal d’Egara créé en 450, plusieurs de ces sites prennent la suite de villas, mais on note tout de même sept créations ex nihilo.

Ce premier bilan pour le littoral catalan, déjà fort riche, est complété par des approches développées en Aragon, apportant une diversité géographique de point de vue mais certainement moins abouties en regard du thème abordée lors de ces journées. Javier Andreu Pintado propose une étude de cas sur le site de Los Bañales (Uncastillo, Zaragoza) entre le Ier siècle avant notre ère et le VIe siècle. Municipium à partir de l’époque flavienne, cette agglomération a conservé un important patrimoine monumental, qui a fait l’objet d’une présentation détaillée, censée servir à éclairer le propos sur l’occupation des sols. On note l’existence de deux grands mausolées en périphérie de la ville, qui soulignent les continuités des pratiques sociales entre le début du Ier siècle – mausolée des Atilii – et le IVe siècle – mausolée de la Synagogue à plan centré, avec une grande salle centrale dotée d’exèdres latérales. L’enquête menée permet d’établir l’image de l’occupation du sol autour de l’agglomération durant le Haut Empire, puis d’une réduction du maillage des sites durant l’Antiquité tardive. Elle ne permet pas encore de cerner le « chaînon manquant » avec l’habitat médiéval. Marta Sancho i Planas apporte quant à elle le regard de la médiéviste à propos de zones de montagne de d’Aragon mais aussi de Catalogne, entre le VIe et le IXe siècle. Le lien avec le réseau viaire qui traverse les Pyrénées semble favoriser la promotion de certaines agglomérations comme Jaca, Llivia, Urgell qui sont sièges épiscopaux dès le VIe-VIIe siècle. De multiples indicateurs témoigneraient de l’augmentation des activités en altitude, de l’élevage en particulier, mais aussi dans les zones forestières avec la poix ou le fer. Une augmentation de la population est de même postulée, qui aurait été soutenue par le phénomène de l’aprision qui caractérise le IXe siècle.

Narbonnaise

 La cité de Nîmes, un territoire investi depuis longtemps par la recherche languedocienne, a été privilégiée, avec deux communications. Le point de départ de la présentation d’Odile Maufras à propos de l’espace périurbain nîmois a été l’analyse des sources textuelles, en particulier du cartulaire du chapitre cathédral qui donne un état des lieux des propriétés et des droits à partir de l’époque carolingienne et jusqu’au XIIe siècle. 24 villae et six habitats sans statut défini ont pu être dénombrés. L’église est au coeur de l’habitat qui semble être aggloméré, mais selon un mode lâche. Ce maillage qu’il est possible de reconstituer grâce aux données toponymiques touche les terroirs qui étaient particulièrement mis en valeur durant le Haut Empire. L’archéologie préventive ne permet pas de mettre en évidence des formes de continuité entre ces différences strates de l’occupation des sols. Tout au contraire, les données de la période médiévale sont particulièrement peu fournies malgré l’importance des surfaces traitées et l’abondance des résultats obtenus. Une attention plus particulière est apportée à la période du VIe-VIIe siècle pour percevoir les premiers signes de la mise en place d’une nouvelle génération de sites.

Codols tardif

Figure 2 — La villa de Saint-André de Codols durant l’Antiquité tardive (Nîmes, Gard, Languedoc-Roussillon)

(Hervé Pomarèdes, UMR 5140-Inrap).

La villa de Saint-André de Codols (Fig. 2) prend place à un carrefour formé à proximité d’un ancien centre domanial dont on suit l’évolution entre le Ier siècle et le Ve siècle. On y trouve l’église et dans l’ancienne cour de la résidence, un espace occupé par une partie de l’habitat et une vaste aire d’ensilage. L’ensemble de ce dossier a été récemment publié sous la direction d’Hervé Pomarèdes (Pomarèdes et al. 2012). Dans un environnement proche, dans un rayon de moins d’un kilomètre, d’autres occupations contemporaines pourraient être identifiées comme une villa secondaire in ipse villa, ou comme un manse isolé. Claude Raynaud s’intéresse quant à lui à la villa et au peuplement littoral de cette même cité de Nîmes. La faible intensité de l’occupation du Haut Empire laisse place dans la seconde moitié du IVe siècle à une forte croissance, particulièrement perceptible dans la superficie cumulée des établissements (Fig. 03).

03-Graphique LittorariaFigure 3 — La dynamique du peuplement de la Litoraria (Aimargues, Le Cailar, Gard, Languedoc-Roussillon) (Claude Raynaud, UMR 5140-Cnrs).

Désormais l’occupation s’établit massivement dans la plaine littorale et le delta du Vidourle où s’amorce une étonnante croissance, à rebours des tendances régionales marquées par le déclin. Le dynamisme de la période se manifeste aussi dans le fait que plus du tiers des établissements tardifs sont créés ex nihilo. On note aussi l’augmentation de la surface des établissements qui constituent le nouveau réseau : la moyenne s’établit désormais à près de 6000 m2 et plusieurs établissements couvrent un à deux hectares. La forme de ce nouveau peuplement reste mal cernée : grandes exploitations, agglomérations, amorce d’une genèse villageoise ? Les fouilles réalisées à Missignargues (Aimargues) et Dassargues (Lunel) plaident plutôt en faveur d’un regroupement encore lâche d’unités agricoles. Les données demeurent insuffisantes pour trancher, mais on doit noter que la plupart de ces établissements sont mentionnés dans les textes des VIIIe-Xe s siècles sous le terme de villa. Le développement s’affirme en effet au haut Moyen Age : gagnant encore en surface, les établissements de cette période couvrent parfois plusieurs hectares, souvent sous une forme polynucléaire. Dans l’approche socio-économique et foncière du phénomène, on s’interroge évidemment sur le sens tardif du terme de villa, mais on mesure désormais la part dominante de l’Antiquité tardive dans la construction du réseau du premier Moyen Age, tandis que l’héritage du Haut Empire demeure, dans l’espace littoral, plus limité[2].

Robert Royet revisite, pour répondre à la thématique de ces journées, la villa du Vernai, à Saint-Romain-de-Jalionas (Isère), située aux confins de la Narbonnaise, à la limite nord de la cité de Vienne. On connaît l’histoire de ce site qui trouve ses origines dans une occupation de l’âge du Fer et qui voit la construction d’une première villa avant le changement d’ère. Les investissements domaniaux sont aussi perceptibles dans la gestion du marais tout proche, qui sera tour à tour converti en espace de culture ou de pacage. Le caractère résidentiel du site est encore avéré au Ve siècle avec un balnéaire doté d’une piscina de 20 m sur 6 m et d’une salle à abside dont la fonction reste équivoque, espace de réception dans la tradition de l’Antiquité tardive ou bien chapelle domaniale si l’on tient compte pour cette dernière interprétation de la découverte d’une sépulture privilégiée (Fig. 04).

04- Vernai salle absideFigure 4 — Le secteur résidentiel de l’Antiquité tardive de la villa du Vernai (Saint-Romain-de-Jalionas, Isère, Rhône-Alpes) (Robert Royet, UMR 5140-Culture).

A cette époque, l’établissement rural conserve une vocation agricole, avec une place de l’élevage peut-être plus importante que pour les phases antérieures. De même, le marais fait l’objet de tentatives de drainage et les terres de la dépression sont toujours utilisées. Au VIe siècle, une église à chevet plat est construite contre la salle à abside et favorise le développement d’un cimetière. Un bâtiment d’habitation de quelque 300 m2 et ses dépendances sont élevées sur les ruines de la résidence tardo-antique. Dans le marais, sol de culture et fossés seront scellés par des alluvions de façon définitive après le VIe siècle. On note un accroissement des pollens d’arbre, mais les activités pastorales semblent être encore attestées avec la mise en évidence d’une permanence des apports organiques.

 Aquitaine

 Catherine Petit-Aupert ouvre les communications pour ce dernier grand ensemble géographique par l’annonce du lancement d’un programme régional «  Habiter en Aquitaine dans l’Antiquité, de la Tène finale à l’Antiquité tardive ». Il s’agit pour cette entreprise collective de répondre à la question de la diversité de l’habitat rural dans des territoires que l’on pourrait croire occupés par les seules villae aristocratiques. L’objectif est donc de définir de nouveaux types d’établissements, de les caractériser par l’étude des modes de construction et de décor, mais aussi de reconstituer le réseau de l’habitat.

05-Villas Aquitaine

Figure 5 — Carte de repartition et graphique de datation des villae avérées de Novempopulanie (Aquitaine et Midi-Pyrénées),  (Sébastien Cabes, EA 3002-ITEM).

La communication de Sébastien Cabes permet d’ouvrir le dossier des grandes villae d’Aquitaine à partir de quelques exemples de la Novempopulanie. Sur un corpus de 239 sites, 160 sont datés de façon assez précise pour autoriser quelques statistiques sur ces établissements majeurs (Fig. 5). Plus des deux tiers de ces villae sont occupées entre le Haut Empire et l’Antiquité tardive et seulement environ un quart durant le Haut Moyen Âge. Les indices d’une continuité médiévale peuvent prendre la forme d’un cimetière avec des sépultures creusées au détriment des sols de mosaïque ou des fondations de murs, comme à Barat-de-Vin, Sorde-l’Abbaye ou Pujo-le-Plan. La question des de la christianisation de ces sites est évoquée avec l’oratoire de Séviac ou celui de Géou, ceux-ci bien intégrés tout au contraire dans l’espace résidentiel. A Lalonquette, une chapelle est construite sur le site. Elle est cependant postérieure à la résidence du Ve siècle, comme le montre son orientation, discordante avec celle des constructions d’époque tardive. Un développement est consacré à l’occupation des sols dans le département des Landes, qui connaît une très nette partition de ce territoire, avec dans le tiers sud, dans le bassin de l’Adour, un espace où dominent les villae et au nord, dans l’espace occupé aujourd’hui par la forêt landaise, des formes d’occupation moins denses, plus modestes que l’on commence à mieux cerner et qui mettent à mal l’idée d’un « désert landais » à l’époque romaine. Les progrès de l’archéologie de terrain permettent de même dans cette région de reconnaître l’habitat du Haut Moyen Âge, avec un établissement rural organisé à l’intérieur d’enclos ovales, fouillé à Pouydesseaux sur le tracé de l’autoroute A65. Un bel exemple d’une organisation polynucléaire est connu à Serres-Gaston, toujours dans les Landes, avec une villa antique, qui est flanquée à proximité d’une motte et d’une église.

La communication de Brieuc Fages a suscité de vigoureuses discussions, mais le sujet traité, le devenir d’une villa aristocratique aquitaine, celle de Séviac, entre la fin du IVe siècle et le VIe siècle méritait de tels échanges. Grâce au travail de notre collègue, l’ensemble de la documentation de fouille a été réinterprété et de nouveaux plans levés pour ce site emblématique, qui n’était connu jusque là qu’à partir de publications partielles sur certains secteurs de la villa ou pour certaines catégories de mobilier. Jusque dans le courant du IVe siècle, la villa conserve son aspect général acquis durant Haut Empire. C’est dans le dernier quart de ce siècle, qu’intervient une rupture architecturale avec la construction d’un grand ensemble résidentiel sur cour à péristyle, d’environ 4 000 m2, où la mosaïque de sol connaît un usage généralisé dans les pièces comme pour les espaces de circulation. Au milieu du Ve siècle, la résidence est encore modifiée, avec un nouveau parti qui met en valeur la principale salle de réception située à l’entrée du complexe et de nouvelles mosaïques. A la fin du Ve siècle, ce cadre architectural est toujours entretenu et les mosaïques sont restaurées, des enduits monochromes posés. C’est à cette époque que l’on doit placer l’aménagement de l’oratoire, avec cette vasque à degrés interprétée comme un baptistère. Au milieu du VIe siècle, la résidence se réduirait à la moitié de sa superficie initiale, avec l’aménagement des seules ailes méridionale et orientale (Fig. 6).

06-Seviac au VIe siecle

Figure 6 — La villa de Séviac (Montréal-du-Gers, Gers, Midi-Pyrénées) au VIe siècle (Brieuc Fages).

Les grands bains de plus de 500 m2 sont définitivement abandonnés à cette époque, avec de nouvelles constructions à leur emplacement. La fonction aristocratique de ce nouvel ensemble semble avérée tant par la superficie occupée par les constructions que par les témoins d’une architecture de qualité (chapiteau-colonette tailloir décoré). L’oratoire chrétien est agrandi à cette époque, avec l’adjonction d’une nouvelle salle de culte avec chevet en abside. Dans le troisième quart du VIIe siècle, l’architecture palatiale a disparu ; quelques maisons à pans de bois sont construites à l’emplacement des anciennes ailes de la résidence. Une nouvelle église à chevet plat est construite à proximité de l’ancien oratoire et semble être à l’origine d’un cimetière. La découverte d’un trésor de tremisses des années 670-675 pose la question du statut des occupants de ce dernier état. Une amphore africaine datée de la fin du VIe siècle-début du VIIe siècle, dans une région qui paraît à l’écart des réseaux commerciaux en provenance du monde méditerranéen, souligne la continuité d’une consommation et d’un mode de vie propre aux élites. Une telle périodisation constitue un acquis des plus importants pour la compréhension du site, mais propose aussi un modèle d’évolution pour la villa aristocratique du Sud-Ouest. Le débat a porté naturellement sur les interprétations historiques qui pouvaient être faites à partir d’une telle trajectoire. La confrontation avec les sources contemporaines comme les œuvres de Sidoine Apollinaire n’est pas inutile pour relativiser l’image véhiculée par les auteurs tardifs. La documentation, en particulier la signification accordée à certaines pièces de mobilier comme un buste de « propriétaire » abandonné ou un peigne dit wisigothique, est-elle suffisante pour rouvrir le dossier de la dépossession des propriétaires gallo-romains par les tenants du nouveau pouvoir dans l’Aquitaine du Ve siècle ?

La villa de Saint-Saturnin-du-Bois (Charentes-Maritimes), après avoir fait l’objet d’une fouille préventive en 2008, est aujourd’hui exploitée dans le cadre d’une opération programmée à l’instigation du service archéologique départemental, sous la direction de Léopold Maurel. En parallèle, des prospections au sol sont conduites sur le territoire proche depuis 2011. Grâce à la bonne conservation des sols et une approche fine des campagnes successives de reconstruction, il est possible de suivre l’évolution de ce centre domanial dans la longue durée à partir du début du IIe siècle. Le corps résidentiel de la villa organisé autour d’une cour centrale comprend un ensemble thermal. Une grande salle d’apparat avec une abside est dotée d’un chauffage par canaux. On connaît des bâtiments d’exploitation, en particulier une importante construction de 60 mètres de longueur. L’ensemble forme une villa à caractère aristocratique jusqu’au Ve siècle. A partir du VIe siècle, les bâtiments de l’Antiquité tardive cèdent la place à de nouvelles constructions, implantées au détriment ou qui reprennent des maçonneries antérieures. Des trous de poteaux montrent la diversité des mises en œuvre. Lors de nos journées, une discussion s’est engagée sur l’interprétation de la réutilisation d’une ancienne salle chauffée, dans laquelle on pourrait reconnaître les fondations d’un pressoir. Le mobilier céramique et la découverte d’un denier de Charlemagne permettent de suivre l’histoire du site jusqu’à l’orée du IXe siècle. L’église paroissiale du village, Saint-Pierre, est située à seulement 200 m de la villa. La présence de sarcophages autour de l’édifice qui est datée du XIe s. pose la question du déplacement du pôle d’habitat plus tôt, durant le Haut Moyen Âge.

 En marge du thème de ces journées, Philippe Vergain[3], qui connaît bien ces terres d’Aquitaine depuis son passage au service régional de l’archéologie, a proposé quelques réflexions sur la place des recherches sur la villa antique dans la politique de diffusion et valorisation du ministère de la culture et de la communication. Plusieurs angles d’approches ont été évoqués comme l’histoire du domaine dans le temps long, son rôle dans l’aménagement du territoire, l’héritage paysager ou le dossier des domaines viticoles. Notre collègue nous a engagé à multiplier les initiatives en direction du grand public et a confirmé le soutien de la mission de l’Inventaire général à ces actions, pour que l’archéologie soit aussi présente dans le champ patrimonial.

 La diversité et la densité des communications font de ce millésime de Circa Villam, pour la première fois dans le Sud-Ouest, un bon cru. Comme le souhaitait François Réchin en proposant le thème de ces rencontres, la fin du cycle de la villa, entendue comme l’ensemble classique par sa conception et son mode de construction, a été observé dans le détail. On a pu voir de la même manière dans les trois grands ensemble géographiques abordés, l’apparition de nouvelles formes d’exploitations rurales où la part des constructions faisant appel au bois, à la terre, aux couvertures végétales prédomine. Les questions principales sous-jacentes à toutes les présentations portaient sur la fin de l’architecture du paraître et le passage d’un mode de production à un autre. Si les termes de cette évolution nous apparaissent peut-être plus clairement, les dossiers présentés ont montré l’intérêt de s’interroger sur les étapes de cette mutation et sur les biais qui peuvent peser sur nos interprétations. Une importance toute particulière a été accordée aux derniers états des sites considérés comme des villas, en recherchant pour certaines d’entre elles les signes d’altération du modèle initial, à partir du IIIe s et du IVe siècle, alors que d’autres pourront connaître une expression monumentale à l’époque tardive. D’autres types de coexistence doivent être recherchées, comme les constructions en maçonnerie de chaux des résidences et des réalisations beaucoup plus composites, des bâtiments utilitaires pour lesquels on a recours à l’architecture de terre. Ces derniers pourraient être plus proches de ce que l’on peut trouver dans les nouvelles exploitations rurales qui vont s’imposer à partir du Ve siècle. On a certes souligné les questions de conservation pour ces sites, qui ne livrent le plus souvent que des « structures en creux », mais des vestiges de constructions à solins de pierre et élévations de terre sont tout de même attestés. Au-delà des différences apparentes, les exposés successifs ont mis aussi en évidence l’importance des continuités dans des domaines aussi divers que l’utilisation de l’espace montagnard, l’emploi de pressoirs à levier, voire des dolia, la part toujours présente des importations pour le vin ou la vaisselle, la présence d’une main d’œuvre dépendante, sinon servile. En définitive, ces multiples contrastes nous engagent à la plus grande prudence dans l’interprétation de l’apparente rupture entre ces villae tardives héritières d’une tradition antique et cette nouvelle génération de sites qui ouvrent les pages de l’histoire du Moyen Âge. Les premières peuvent voir se prolonger leur rôle de résidence pour les élites jusqu’au Ve siècle pour la plupart, mais parfois au-delà jusqu’au VIe, peut-être au VIIe siècle comme en Aquitaine. Au même moment, certaines régions voient apparaître dans de vieux terroirs de la cité les seconds, sans substrat antique, avec de nouvelles formes architecturales et de nouvelles pratiques agricoles. La prochaine publication des actes de ces journées, dans la collection Studies on the Rural World in the Roman Period, constituera une contribution que nous espérons significative à ces débats qui intéressent tout autant les antiquisant que les médiévistes.

Roure et al. 1988 : ROURE I BONAVENTURA (A.), CASTANYER I MASOLIVER (P.), NOLLA I BRUFAU (J.-M.), KEAY (S.J.), TARRUS (J.). — La Villa romana de Vilauba (Camos): Estudi d’un assentament rural (campanyes de 1979-1985). Girona, Museu d’Arqueologia de Catalunya, 1988. 119 p. (Monografies Arqueologiques, VII). (Serie monografica, 8).

 Pomarèdes et al. 2012 : POMAREDES (H.), BARBERAN (S.), MAUFRAS (O.), SAUVAGE (L.) dir. — La villa de Saint-André de Codols (Nîmes, Gard) du Ier s. au XIIe s. de n. è. : évolution de l’habitat et de l’espace rural nîmois de l’Antiquité au Moyen Age. Lattes, ADAL, 2012. 436 p. (Monographies d’Archéologie Méditerranéenne, 32).


[1] http://www.villa-gallo-romaine-de-lalonquette.fr/l-espace-muséographique/

[2] La rédaction de ces quelques lignes sur le littoral de la cité de Nîmes a bénéficié d’un résumé transmis par Claude Raynaud, que je remercie pour sa collaboration.

[3] Chef de la mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel, MCC.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *