Compte rendu par Alain Ferdière. André Marbach – Catalogue et étude des faux et outils agricoles de coupe à lame et à manche entiers en Gaule.

Compte rendu par Alain Ferdière.

André MARBACH – Catalogue et étude des faux et outils agricoles de coupe à lame et à manche entiers en Gaule, British Archaeological Reports International Series 2376, Archaeopress, Hadrian Books Ltd, Oxford, 2012, 175 p., Figs + 16 Pls.

Rappelons, puisque la question ne semble toujours pas claire pour quelques-uns, que la faux est, jusque dans la seconde moitié du Moyen Âge au moins (voir par ex. COMET 1992 et récemment SIGAUT 2003[1]), un instrument voué à la fenaison (foin pour le fourrage) et non à la moisson des céréales, réalisée alors à la faucille : on ne reviendra pas ici – sauf à la marge – sur ce débat, qui devrait en fait être clos. Notons cependant que j’avais proposé il y a quelques années de voir dans une partie au moins des grandes faux gallo-romaines un outil destiné à la récupération du chaume après le passage du vallus, la « moissonneuse » gauloise (FERDIÈRE 1997)[2].

Ce sont précisément essentiellement ces grandes faux qui font l’objet de l’ouvrage d’A. Marbach ; elles sont en effet bien connues dans les provinces gauloises où elles sont d’ailleurs mentionnées par Pline l’Ancien (HN, XVIII, 261) dans les « latifundia Galliarum », au même titre que le vallus.

Je dois noter d’emblée que le titre présente pour le moins une maladresse de formulation en indiquant qu’il s’agira – croit-on lire – de « faux […] à lame et manche entiers », surtout en raison de la quasi absence d’exemples présentant un manche entier conservé, mais aussi parce que plusieurs exemplaires de l’inventaire sont fragmentaires. Il faut en effet attendre la p. 5 pour comprendre que l’adjectif « entiers » porte non sur « lame et manche » mais sur « faux et outils… ».

L’ouvrage, comme clairement annoncé dès l’abord, se compose de deux parties inégales, d’une part le Catalogue (p. 3-107 : tableaux et Planches), de l’autre les recherches sur la question (p. 111-144), auxquelles s’ajoutent, outre la bibliographie, un peu artificiellement deux groupes distincts d’Annexes, le premier au Catalogue, le second aux Recherches.

Le texte est précédé d’une suggestive Préface (p. VI-VII) de François Sigaut, malheureusement disparu depuis, en novembre 2012, qui, en fin connaisseur du sujet, porte un éclairage ethnographique sur la question de la faux (cf. auparavant, notamment, SIGAUT 2003).

Le Catalogue débute par de brèves mais suffisantes explications concernant les objectifs de cet inventaire, la manière dont il a été constitué et les principes qui président à sa présentation : aux faux stricto sensu ont donc été ajoutés un certain nombre d’« outils agricoles à lame et à manche », éventuellement antérieurs à la période romaine. Sont ainsi distingués (p. 11), puis énumérés dans des tableaux et enfin figurés[3] :

–   les grandes faux gallo-romaines (GF.rom) : tabl. p. 15, 16 ex. ;

–   les éléments de grandes faux gallo-romaines (e.GF.rom) : tabl. p. 16, 6 ex. ;

–   les petites faux (f.rom) : tabl. p. 16, 4 ex. ;

–   les outils agricoles de coupe à lame et à manche, de profil symétrique ou non (Oc.a.sy et Oc.a.dis) : tabl. p. 17, 5 ex. ;

–   les faux à emmanchement à douille perpendiculaire à la lame (f.dp) : tabl. p. 17, 4 et 5 ex.

Les 39 items de ce catalogue sont enfin localisés, par type, sur une carte de la Gaule (p. 20), après avoir été récapitulés en deux tableaux[4].

Quant à la représentation de ces outils (p. 23-107), elle suit le même parti que celui précédemment adopté par A. Marbach pour les pièces d’araire (socs et coutres : MARBACH 2004b) : les figurations « archéologiques » (photos et/ou dessins selon publications) sont systématiquement doublées par des dessins techniques, avec cotes, de l’auteur – ingénieur de son métier, rappelons le –, de manière qui pourrait paraître redondante. Mais ici, peut-être plus que pour les pièces d’araires, ces indications précises de mensurations et d’angles sont sans doute utiles pour comprendre, pour chaque exemplaire, sa place dans la typologie fonctionnelle proposée, tenant compte du mode d’utilisation de l’outil et de sa forme, notamment de la relation entre la lame et le manche.

La partie « Recherches » traite d’abord des sources, très peu abondantes pour les Gaules. Référence est faite à Columelle (pour des espaces hors des Gaules : De Agr., II, XXI), avec la très intéressante mention de la falx vericulata à long manche, qui serait utilisée pour le chaume (coupé au milieu) et non comme habituellement alors pour la fenaison. Quant au texte plus connu de Pline l’Ancien (loc. cit. supra), il mentionne donc les grandes faux des latifundia des Gaules, explicitement indiquées pour la fenaison (herbas). Mais c’est pour celle-ci que j’avais proposé (1997) d’en prolonger l’usage pour la récolte du chaume après la moisson au vallus[5].

Suit l’étude technique de la faux, pour laquelle A. Marbach propose de voir plus qu’un instrument « à percussion lancée », selon la classification d’A. Leroi-Gourhan qu’il remet ainsi en cause avec l’appui F. Sigaut. Cette nuance peut paraître byzantine mais s’appuie sur une étude cinématique du mouvement de coupe que je suis – comme sans doute beaucoup d’autres – incapable de lire de manière critique, à cause de sa haute technicité. Une estimation du débit est ainsi proposée, et l’on insiste sur l’importance de la longueur du manche.

L’étude des pièces du catalogue, en fonction de leurs caractères, est ensuite présentée : quatre types (numérotés d’I à IV) sont ainsi retenus pour les grandes faux, pour les 16 exemples entiers (dont 14 sûrement gallo-romaines, toutes postérieures au début du IIe s. pour celles plus ou moins datées). Le type I est le plus représenté en Gaule.

Enfin sont analysées les études antérieures, en un intéressant survol historiographique qui appuie une réflexion finale sur l’emploi de la grande faux ; travail de S. E. Reece (1979) pour la Grande-Bretagne (dont la faux courte-short scythe) ; travail de J. Henning (1987) pour l’Europe du Sud-Est ; de R. Pohanka (1986) pour la province de Norique (supposé lieu d’apparition de la « vraie faux »). Ainsi, la grande faux aurait été introduite en Gaule, telle que vue là par Pline l’Ancien, depuis l’Est. L’auteur précise à juste titre qu’A. Steensberg (1943) comme J. Myrdal (1982) et S. E. Reece (1979) considèrent que, si la grande faux est certes utilisée pour la fenaison, son usage pour la moisson des céréales ne peut être exclu. Cet usage pour la moisson est en revanche rejeté par F. Sigaut (2003) et c’est la fonction exclusive d’outil pour la fenaison que retient in fine A. Marbach, tout en n’excluant pas totalement la possibilité d’usages pour la moisson.

S’ajoutent à cet exposé cinq Annexes, techniques : C1, concernant l’étude de la coupe à la faux ; C2, planches d’outils ; R1, encore pour l’étude technique des faux ; R2, pour celle de manches de grandes faux ; R3, pour l’étude des faux selon S. E. Reece, J. Henning et R. Pohanka, avec planches.

Cette nouvelle étude est donc caractéristique de la démarche, originale, d’André Marbach : comme pour sa thèse (MARBACH 2001), publiée dans les BAR (MARBACH 2004a et b), l’approche des faux est d’abord technologique, en partie ergonomique et fonctionnelle, dans un second temps ethnographique, sous l’influence de François Sigaut, dont les réflexions font référence en la matière. Mais elle n’est, en revanche, globalement pas archéologique ni historique.

Les quelques petites erreurs – certes de détail – notées dans l’inventaire sont d’ailleurs représentatives de ce désintérêt global envers les contextes précis : pour les exemplaires du département de la Côte-d’Or (n°1 à 3.GF.rom et 5 Oc.a.dis), absence de référence à la CAG 21, parue en 2011 (PROVOST 2009 ; PROVOST et al. 2009) ; le site de Vannaire (n° 1 et 2.GF.rom) n’est pas une villa ; c’est « Reinheim » et non Reinhein (n° 9.GF.rom) ; « Vieux Poitiers » (n° 14.GF.rom) n’est pas un lieu-dit de Poitiers mais de Naintré (86), agglomération-sanctuaire des Pictons (c’est en fait correct ici pour la figure p. 48-49 mais non dans les tableaux) ; à Froidmont (Haccourt, Belgique) (n° 15.GF.rom), parfois ici orthographié « Froimont », il y a 2 et non 1 seule grande faux ; et « Philippeville » (n° 16.GF.rom) est en fait Neuville (Belgique)… D’ailleurs, dans le même sens, non moins de 5 exemplaires – sur un total de 40, soit 1 sur 8 – sont de provenance inconnue, inventoriés dans divers musées. De même, les références bibliographiques concernant les exemplaires retenus dans le Catalogue sont extrêmement succinctes[6]. En outre, p. 4, quelques pièces hors des Gaules sont mentionnées, qui n’apparaissent pas sur la carte. Enfin, mais ceci n’est que le fait d’un corpus très réduit, la dimension chronologique est assez maltraitée, la seule séparation proposée étant celle entre les faux gauloises et gallo-romaines, sans coupure franche d’ailleurs entre les deux.

Tout ceci n’est manifestement pas la préoccupation de l’auteur, qui est quant à elle clairement exprimée et certes légitime, mais ne peut que laisser sur leur faim les archéologues-historiens qui s’intéressent à ces questions de techniques agraires dans leur contexte spatial et temporel et qui constitueront certainement la grande masse des lecteurs de cet ouvrage.

La classification proposée est donc explicitement fondée sur des critères strictement techniques, avec coupe frontale (face à la tige) ou latérale[7] ; selon aussi que la lame présente un profil symétrique ou asymétrique, ce qui détermine la place du manche. La coupe latérale est ainsi considérée comme la caractéristique de la seule vraie faux et il s’agit sinon d’« outils agricoles à lame et manche ».

Malgré un évident parti pris en faveur d’une vision purement technologique et au détriment d’un point de vue historique ou archéologique de cet outil particulier qu’est la faux et notamment la grande faux gallo-romaine, cet ouvrage restera donc certainement, par sa rigueur comme pour sa précieuse documentation, une référence incontournable en la matière.

Voir également le compte rendu de Olivier Buchsenschutz.

Bibliographie

BERNIGAUD 2012 : Bernigaud N. – L’usage de la faux à foin en Dauphiné de la Tène finale à la période moderne : confrontation des données de l’archéologie, de l’iconographie et des textes, communic. aux XXXIIIe Renc. Internat. d’Arch. et d’Hist. d’Antibes , « Regards croisés sur les outils liés au travail des végétaux » (23-25 oct. 2012), rés. des communic. ; à paraître in : Actes.

COMET 1992 : Comet G. – Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, VIIIe-XVe siècle), coll. de l’Éc. Franç. de Rome, diff. De Boccard, Rome/Paris, 165, 712 p.

FERDIÈRE 1997 : Ferdière A. – Le vallus et la faux, l’épeautre et le bœuf : fable, Bull. AGER, 7 : 3-9.

HENNING 1987 : Henning J. – Südosteuropa zwischen Antike und Mittelalter, Berlin, Akad. Verlag, Schrift. z. Ur- u. Frühgesch., 42, 176 p., 51 Fig., 56 Pl.

LEBEL 1960 : Lebel P. – Moisson et fenaison en Gaule, Rev. Arch. de l’Est, XI : 72-75.

LE GALL 1959 : Le Gall J. – Les “ falces ” et la “ faux ”, in : Études d’Archéologie Classique, Ann. de l’Est, Mém., 22, Univ. Nancy, De Boccard, Paris : 55-72.

MARBACH 2001 : Marbach A. – Recherches sur les instruments aratoires et le travail du sol en Gaule Belgique, Thèse de Doctorat, Univ. de Metz (ss la dir. de J.-M. Demarolle), Ms.

MARBACH 2004a : Marbach A. – Recherches sur les instruments aratoires et le travail du sol en Gaule Belgique, BAR, Internat. Ser., 1235, Oxford, 153 p. + Pls.

MARBACH 2004b : Marbach A. – Les instruments aratoires des Gaules et de la Germanie Supérieure. Catalogue des pièces métalliques, BAR, Internat. ser., 1236, Oxford, 159 p.

MYRDAL 1982 : Myrdal J. – [Iron agricultural implements before the year 1000] (en suédois), Stockolm.

NILLESSE et BUCHSENSCHUTZ 2009 : Nillesse O., Buchsenschutz O. – La faux et la datation de l’outillage agricole des dépôts de l’âge du Fer, in : Le site de la Tène : bilan des connaissances – état de la question,  Actes de la table-ronde internationale (Neuchâtel, 1-3 novembre 2007), Arch. Neuchâteloise, 43, Neuchâtel : 157-166.

POHANKA 1986 : Pohanka R. – Die eisener Agrargeräte der römischen Kaiserzeit in Österreich – Studien zur römischen Agrartechnologie in Rätien, Noricum und Pannonien, Oxford, BAR, Intern. Ser. 298, 390 p.

PROVOST 2009 : Provost M. – La Côte-d’Or. 21/1. Alésia (d’Agencourt à Alise-Sainte-Reine), Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 559 p.

 PROVOST et al. 2009 : Provost M.  et alii La Côte-d’Or. 21/2 – d’Allerey à Normier ; 21/3 – de Nuits-Saint-Georges à Voulaines-les-Templiers, Acad. des Inscr. et B.-L., MSH, Paris, 651 et 463 p.

 REECE 1979 : Reece S.E. – Agricultural implements in Prehistoric and Roman Britain, 2 vol., BAR Brit. Ser. 69, Oxford, 772 p.

 SIGAUT 2003 : Sigaut F. – La faux, un outil emblématique de l’agriculture européenne, in : G. Comet (dir.) – L’outillage agricole médiéval et moderne et son histoire, Actes des XXIIIe Journ. Internat. d’Hist. de l’Abbaye de Flaran (Flaran, 23), Presses Univ. du Mirail, Toulouse : 281-295.

 STEENSBERG 1943 : Steensberg A. – Ancient harvesting Implements, Copenhague.


[1] Sur ce débat autour des années 1960, voir : LEBEL 1960 ; LE GALL 1959 ; et récemment : NILLESSE et BUCHSENSCHUTZ 2009 ; BERNIGAUD 2012.

[2] Proposition qui avait lors séduit F. Sigaut (†).

[3] Avec des sigles de types un peu compliqués et rébarbatifs…

[4] Malgré son titre, le tableau « Répartition géographique des faux entières en Gaule » (p. 19) comporte des « éléments de faux », fragmentaires donc (1 à 6.e.GF…).

[5] Et non après moisson à la faucille, comme le dit A. Marbach p. 141, ce qui serait assez aberrant.

[6] Ceci étant notamment justifié par le fait que l’auteur a limité ce Catalogue aux éléments auxquels il a pu avoir accès dans des collections publiques, pour en réaliser l’observation et le dessin technique.

[7] Le schéma, Fig. 1, p. 6, montrant cette différence est peu clair.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *