Compte rendu par Olivier Buchsenschutz. André Marbach, 2012, Catalogue et étude des faux et des outils agricoles de coupe à lame et manche entiers en Gaule.

Compte rendu par Olivier Buchsenschutz.

André Marbach, 2012, Catalogue et étude des faux et des outils agricoles de coupe à lame et manche entiers en Gaule, BAR International Series, 2376, Oxford, 175 p. Préface de F. Sigaut.

Le travail présenté par A. Marbach s’appuie sur une observation très précise, sur la représentation de l’objet selon les normes du dessin industriel, et sur son analyse avec l’œil de l’ingénieur qui sait mettre en évidence les forces mises en œuvre pour faire fonctionner un outil. A partir de ses observations sur une collection de faux de la période  romaine, il développe ici la théorie suivante : on peut distinguer deux grandes catégories parmi les objets qu’on classe parmi les faux, c’est-à-dire selon la définition la plus générale des instruments de coupe composés d’une longue lame recourbée et d’un long manche. Seuls ceux de la première catégorie, dont la forme permet une coupe latérale qui correspond au geste large et arrondi du faucheur, peuvent être considérés comme de véritables faux, parce qu’ils glissent contre les tiges et les scient. Les instruments dont la lame est dans le même plan que le manche, et dont l’angle n’est pas assez fermé pour permettre cette coupe latérale, ne travaillent pas comme de véritables faux parce qu’ils attaquent la tige de façon frontale, quasiment par percussion. Leur désignation en Allemand (Hausense) exprime bien l’idée de « coup ». Cette distinction avait été ressentie déjà par les personnes qui s’intéressent à cette catégorie d’objets, et on avait écarté des faux les « faucards » et autres instruments dont l’orientation et le plan de la lame n’avait pas la spécificité de celle des faux. Mais A. Marbach a sans doute mis le doigt sur une explication plus satisfaisante que l’analyse de la simple forme. Le dessin archéologique classique trouve ses limites quand il faut représenter une lame de faux qui ne peut pas être rabattue facilement sur deux plans.

A. Marbach a choisi de limiter son étude à 40 pièces découvertes en Gaule romaine, qui sont intactes ou suffisamment bien conservées pour qu’on puisse en reconstituer la forme complète. D’autres éléments de comparaison sont introduits dans la discussion qui intervient dans le chapitre trois de la deuxième partie. Le catalogue, avec un dessin archéologique ou une photographie numérique, et un dessin « technique », constitue le cœur de l’ouvrage.

Les explications techniques, assez convaincantes, sont réparties à la fois dans le texte  et dans cinq annexes, pour faciliter la lecture selon l’auteur, mais il est parfois difficile de passer de l’un à l’autre.

La comparaison avec les autres études consacrées à ce sujet sont brèves et peu systématiques. Il est difficile certainement de comparer une analyse technique avec des typologies archéologiques plus classiques et peu développées, il est vrai sur l’essentiel, à savoir la façon dont fonctionne l’objet. Mais les considérations de l’auteur sur les datations proposées ou la diffusion des instruments à l’âge du Fer et à l’époque romaine semblent peu fondées. L’auteur, tout en évoquant les faux du site de La Tène, -les seules dont on ait le manche mais qui ne sont pas de vraies faux-, laisse de côté de nombreux exemples de l’âge du Fer dont on voudrait justement savoir dans quelle catégorie il va les ranger. Il s’agit peut-être seulement d’un problème de rédaction, car si les dessins sont remarquables, la pensée de l’auteur est parfois assez difficile à suivre pour le lecteur.

Cet ouvrage fait certainement franchir un pas important dans l’étude des faux et des instruments apparentés. Il faut maintenant reconsidérer le corpus en général et sur toute l’Europe, de l’âge du Fer au haut-Moyen-Âge, sur cette nouvelle grille.

Voir également le compte rendu de Alain Ferdière.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *