Vivre et produire dans les campagnes de la colonie de Valence (IIe av. – VIe s. apr. J.-C.)

Fig 2

 

Amaury GILLES

Thèse de doctorat soutenue le 12 février 2016 à l’Université Lyon 2.

Composition du jury :

  • Matthieu Poux. Professeur à l’Université Lyon 2, directeur de thèse
  • Stéphane Mauné. Directeur de recherches au CNRS, co-directeur
  • Martine Joly. Maître de conférences à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV), rapporteur
  • François Favory. Professeur émérite à l’université de Franche-Comté, rapporteur
  • Pierre Nouvel. Maître de conférences l’université de Franche-Comté, examinateur

 

Compte rendu

Introduction

Durant l’Antiquité, Valence (Valentia) bénéficie du statut de colonie de droit romain et figure sur la liste de Pline l’Ancien (HN, III, 36) aux côtés de Narbonne, Arles, Béziers, Orange, Fréjus ou Vienne. Des recherches récentes menées par des épigraphistes (Faure, Tran 2012) et des archéologues (Silvino et al. 2011) ont attiré l’attention sur la précocité de la fondation de cette colonie, vraisemblablement datée entre 46 – 36 av. J.-C., voire 46/45 dans le cadre de la mission de Tiberius Claudius Nero. Ces nouvelles données confrontées à l’existence d’une centuriation mise en évidence grâce aux études planimétriques de la plaine valentinoise (cf. en dernier lieu Chouquer 2010) et les apports majeurs des opérations d’archéologie préventive réalisées depuis la fin des années 1980 nous ont fortement incités à étudier le territoire de cette colonie dans son ensemble. En outre, ce secteur de la vallée du Rhône n’avait pas encore bénéficié d’études aussi poussées que les régions plus méridionales – telles que le Tricastin ou la Valdaine – étudiées dans le cadre des programmes Archaeomedes (fig. 1).

Fig 1

Figure 1 – Localisation de la zone d’étude par rapport aux zones étudiées dans le cadre des projets Archaeomedes et Archaedyn (d’après Favory 2012, fig. 1)

Ce territoire couvre un vaste espace, de près de 2700 km² englobant 86 communes actuelles, étiré entre le piedmont des Alpes et le piedmont des monts et collines du Vivarais, et traversé par le Rhône du nord au sud. Ce secteur de la moyenne vallée du Rhône occupe une zone charnière, au moins depuis le premier âge du Fer, où il marque la limite méridionale de l’extension de la culture hallstattienne. Il s’agit aussi d’une zone de transition entre climat continental et méditerranéen.

Ainsi, la déduction d’une colonie de droit romain, ici ex nihilo, a dû impacter fortement l’organisation des structures de peuplement et les modes de vie des populations locales. En outre, ce statut juridique avantageux et la proximité avec un axe commercial majeur, le Rhône, assurent des avantages économiques considérables, aptes à stimuler les productions agro-pastorales et artisanales, ainsi que leur commercialisation à plus ou moins longue distance.

Lire la suite du compte rendu

La thèse d’Amaury Gilles est publiée aux éditions Mergoil :

Vivre et produire dans les campagnes de la colonie de Valence (IIe s. av. – VIe s. ap. J.-C.)
Amaury GILLES
Préface de François Favory

Ouvrage dos carré collé, impression numérique couleur
Editions Mergoil, Autun, 2016, 686 pages
ISBN : 978-2-35518-056-9

Prix : 69 € + 9,5 € port/emb.
Jusqu’au 30 juillet : 55 € + 9,5 € de port/emb.

Télécharger le bulletin de précommande

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *