Les dynamiques de peuplement dans la basse vallée de la Cèze, étude diachronique de l’occupation du sol et études de cas (IIe s. av.-VIe s. de n. è.).

Par Thibaud CANILLOS

Thèse de doctorat soutenue le 6 juin 2014 (Université de Franche-Comté, Besançon)

Composition du jury :

  • F. FAVORY (directeur)
  • P. GARMY (président du jury)
  • M. MONTEIL (rapporteur)
  • C. RAYNAUD (co-directeur)
  • L. SCHNEIDER (rapporteur)

Le cadre de l’étude

Ce travail doctoral, qui se veut un inventaire raisonné des sites archéologiques recensés en basse vallée de la Cèze, s’inscrit dans la lignée des recherches consacrées au peuplement ancien du Languedoc oriental.

Cette étude traite d’un inventaire de sites archéologiques ruraux localisés en basse vallée de la Cèze, dans le département du Gard, ainsi que de la mise en perspective de ces établissements dans une synthèse sur les dynamiques de peuplement sur une période comprise entre le IIe s. av. et le VIe s. de n. è. Ce travail initialement diachronique, en raison de l’importante phase de terrain, attachée au repérage de sites variés datés du Paléolithique inférieur au Moyen Âge, s’est vu recentré sur l’Antiquité romaine, pour offrir une réflexion homogène sur les dynamiques qui l’ont constituée.

La zone d’étude dénommée « basse vallée de la Cèze » est localisée sur six communes du Gard rhodanien (Bagnols-sur-Cèze, Chusclan, Codolet, Laudun-l’Ardoise, Orsan et Vénéjan) et représente une superficie de 91,1 km² (fig. 1).

Fig. 1 : Carte de localisation de la basse vallée de la Cèze.

Ancien territoire des Volques Arécomiques, cette partie de la vallée correspond à une terre de garrigues et de vignobles cernée par de nombreux plateaux calcaires du Secondaire, lieu de prédilection d’installations humaines depuis la Protohistoire dont le phénomène le plus perceptible est celui des habitats perchés, ou oppida, si caractéristiques de la région. Dans la zone d’étude, l’Antiquité est marquée par la conquête romaine dans le dernier quart du IIe s. av. n. è. et par la mise en place progressive d’une organisation administrative et politique, qui se fait au bénéfice de l’agglomération de Nîmes, chef-lieu de cité (Monteil 1999).

Fig. 2 : Les sites archéologiques relevés au réel entre 2008 et 2011 en basse vallée de la Cèze (fond orthophotographique 2007, en orange les zones faisant l’objet d’une interdiction de représentation).

 

Pour tenter de répondre aux problématiques touchant les dynamiques de peuplement au cours de l’Antiquité, la démarche retenue a été de type spatial et multi-scalaire, avec l’emploi privilégié d’un Système d’Information Géographique créé pour l’occasion. Le travail de recherche sur le terrain s’est développé de 2008 à 2011, totalisant 12 campagnes de prospections pédestres systématiques et 3 campagnes de sondages archéologiques. Sur les 45 sites étudiés lors des prospections, l’emploi d’un GPS portatif a été généralisé à l’ensemble des établissements, qui ont bénéficié, dans leur intégralité, de relevés au réel (fig. 2). La précision et l’homogénéité des données qu’ils engendrent ne sont plus à démontrer.

Le travail de synthèse explicitant les dynamiques de peuplement en basse vallée de Cèze s’est appuyé sur un corpus de 84 sites, qui a fait l’objet d’une classification par le biais d’outils statistiques, et d’une spatialisation grâce à l’emploi du SIG. Le cœur du dossier est consacré à la caractérisation de l’espace rural et à sa dynamique sur presque un millénaire (IIe s. av.–VIe s. de n. è.). Cette étude a donc pour objectif de donner une première vue synthétique des données issues des campagnes de prospections et des fouilles archéologiques et, en les replaçant dans leur contexte géographique, de caractériser les établissements ruraux gallo-romains afin d’en montrer l’évolution spatiale et chronologique. L’analyse spatiale ici explicitée se donne pour dessein de comprendre les logiques de l’habitat rural en se posant de multiples questions : quelles sont les modalités de création, de disparition, voire de transformation des établissements antiques ? Quelles sont les interactions qu’ils pouvaient entretenir entre eux ? Quelle est la place des oppida dans le tissu rural de l’époque ? Dans quelles proportions les réseaux de communications et les traces d’activités agricoles influent-elles sur les dynamiques de peuplement ? Plusieurs modèles sont ici proposés qui permettent de tester des hypothèses, tout en les comparant aux dynamiques observées dans d’autres espaces géographiques, rendus possible grâce à la collaboration et à la comparaison des données obtenues dans les différentes zones ateliers du programme ANR Archaedyn 2.

Analyse spatiale et Système d’Information Géographique

Plusieurs logiciels informatiques ont été utilisés au cours de cette étude pour la mise en œuvre des géotraitements nécessaires, de manière à intégrer au SIG diverses données sous SGBD, format raster ou vecteur. C’est au total 17 « couches » d’informations et de données géoréférencées qui ont été utilisées pour cette étude.

Au cours du travail de collecte des données sur le terrain, l’emploi d’un GPS associé à l’utilisation du SIG Basse vallée de la Cèze a permis de créer plusieurs types de bases de données, d’élaborer de nouvelles méthodes de prospections, et de réaliser des cartographies fines et raisonnées de l’occupation du sol révélée en basse vallée de la Cèze. Ce protocole d’acquisition de données est basé sur l’utilisation d’un ou de plusieurs récepteurs portables GPS, capables de renseigner en termes de géoréférencement les bases de données associées au SIG. Il se caractérise par deux étapes : l’une de terrain, l’autre, longue et fastidieuse, de saisie sur support informatique. Toutes les informations collectées sous cette forme ont permis d’alimenter le SIG basse vallée de la Cèze.

Lors des prospections diachroniques réalisées entre 2008 et 2011 en basse vallée de la Cèze, l’intégralité des sites archéologiques examinés ont fait l’objet d’une étude au réel (fig. 3). Cette méthode, mise au point par le SRA Languedoc-Roussillon dans les années 1990 (Genty, Kotarba, Pène 1997) pour être utilisée à des fins de recherches, a également été employée lors de la réalisation de grands travaux d’archéologie préventive, notamment dans le cadre de prospections archéologiques préalables à l’aménagement de l’A75–section Béziers–Pézenas (Kotarba et al. 1998).

Fig. 3 : Représentation des parcelles prospectées, des conditions de lisibilité au sol, des traces d’épandage agraire et du mobilier relevé sur les sites archéologiques aux lieux-dits le Toc, Chemin des Saumes, Peyron, Saint-Émétery à Chusclan et Orsan.

L’étude au réel des sites se base sur un classement d’un nombre relativement important d’éléments mobiliers marqueurs des différentes périodes chronologiques de la Préhistoire et de l’Histoire (119 éléments dans le cas de la vallée de la Cèze). Elle vise à obtenir un plan de répartition des indices dans la parcelle considérée selon une identification en différents types de catégories précises de mobilier.

Dans le cas de la vallée de la Cèze, l’emploi du relevé au réel a été généralisé, de manière à obtenir l’image de surface la plus exacte possible d’un site archéologique, ce qui permet souvent d’observer des mutations chronologiques et spatiales de faible ampleur sur des sites possédant des superficies importantes, mais également plus restreintes.

Les mailles de prospection ont toutes été resserrées au maximum en fonction de la possibilité d’obtenir une image très fine de la répartition spatiale du mobilier présent à la surface d’un site. Un espacement maximum de 4 m a été scrupuleusement respecté tout au long de la phase de terrain, ce qui plaide également en faveur de l’incontestable homogénéité des données recueillies au cours des prospections réalisées en Cèze (Canillos et al. 2011). L’objectif principal d’une telle démarche vise à obtenir une image de surface la plus exacte possible des terrains occupés le long de la Cèze jusqu’aux piémonts des oppida, afin d’évaluer leur organisation et les modalités d’installation des établissements en mesurant l’impact de chacun sur ces terroirs.

Acquisition des données archéologiques

Entre 2008 et 2011, plusieurs campagnes de prospection archéologique pédestre et de sondage, soutenues par le SRA Languedoc-Roussillon, l’association VIA et l’UMR 6249 Chrono-Environnement, ont permis de réviser un certain nombre de sites archéologiques anciennement connus, et ce par l’emploi de relevé au GPS et de géo-positionnement des sites sur fond cadastral. En plus de ces révisions, l’équipe de prospection a également localisé et étudié un certain nombre de sites non répertoriés jusqu’à aujourd’hui. En 2007, 112 sites archéologiques étaient connus dans la vallée, dont le champ chronologique allait du Paléolithique inférieur au Moyen Âge. Depuis le début de ces recherches dans le cadre de ce doctorat d’archéologie, 45 sites archéologiques ont été étudiés au réel, comprenant la révision de 12 sites et la localisation de 30 autres inédits, portant au total le nombre de sites archéologiques de cette microrégion à 142. Les études de terrain (prospections et sondages) ont permis depuis 2008 de prendre en compte pas moins de 1078 parcelles prospectées sur les six communes étudiées, représentant une superficie totale de 614 ha, pour une somme de 15981 points regroupant un ou plusieurs artefacts pour chaque point géoréférencé. Les sites étudiés ont également fait l’objet d’une localisation et d’une étude de répartition spatiale des artefacts, sur fond cadastral, grâce à l’emploi du SIG. Les sites archéologiques révisés ou nouvellement inventoriés, ont été numérotés selon le protocole établi par S. Alix dans le cadre du PCR des Garrigues au Rhône (Alix et al. 2008). Ils rejoignent ainsi une base de données regroupant les informations archéologiques sur la région. Les sites archéologiques ont enfin fait l’objet d’une classification, de manière à pouvoir intégrer la base de données du programme ANR Archaedyn 2 du CNRS (Dynamiques spatiales du peuplement et ressources naturelles : vers une analyse intégrée dans le long terme, de la Préhistoire au Moyen-Âge), piloté par la MSHE de Besançon (USR 3120 CNRS-Université de Franche-Comté).

Principaux résultats

En premier lieu, l’utilisation systématisée d’un SIG, dès les études de terrain, et la diversité des supports cartographiques qu’il autorise pour l’analyse des dynamiques spatiales, permet de corréler un maximum de données d’époques différentes associées à des fonds à des échelles pertinentes. Il a été démontré que le géoréférencement de cartes anciennes (carte de Cassini, carte d’État-Major, cadastre napoléonien, etc.) est possible, avec certes, une marge d’erreur importante, mais il permet souvent d’aller dans le sens, ou à rebours, d’une hypothèse énoncée. De même, la structuration de bases de données variées, indispensables dans le cadre d’un travail d’inventaire archéologique, est une documentation de base fiable et évolutive, qui permet d’homogénéiser des données distinctes pour leur emploi en termes d’analyse spatiale ou statistique.

Dans la continuité de ces problématiques géomatiques, les informations issues des relevés GPS et la précision des données qu’ils engendrent en généralisant l’emploi de la méthode du relevé au réel donnent une image de surface des plus fiables de toute trace d’occupation du sol anthropique, en termes de densité de mobilier, de nature de mobilier et de superficie des sites. Elles ne laissent également plus de doute quant à la localisation d’un établissement à l’échelle d’un toponyme cadastral. Bien que dispendieuse en temps, cette méthodologie mériterait d’être généralisée de manière à obtenir des données des plus précises, et scientifiquement plus représentatives. En ce sens, l’exactitude et l’apport de nouvelles données relatives à la Carte Archéologique Nationale est une pierre angulaire de l’archéologie moderne. C’est ce qui a été réalisé avec succès en val de Cèze avec le concours de la localisation de plusieurs sites archéologiques inédits.

Le domaine de la céramologie a été également abordé sous de multiples formes. La constitution d’un inventaire des différents types céramiques et des formes présentes en Cèze, constitue un travail fondamental qui pourra servir lors d’études futures en Languedoc oriental. De même, l’identification de zones de production destinées aussi bien au marché local qu’à l’exportation, l’insertion de nouvelles formes céramiques et d’estampilles inédites, associées aux différents assemblages observés sur les sites étudiés, sont autant de données qui ont permis de mesurer un taux d’autoconsommation, apprécié à l’aune des proportions de céramique commune, et d’ouverture du marché, perçue à différentes échelles, en mesurant la part des produits importés.

Ces premières données sont autant d’indices qui nous ont aidé à cerner les fluctuations des dynamiques de peuplement en basse vallée de la Cèze. L’analyse de ces dynamiques a été réalisée grâce au croisement de cinq descripteurs de sites archéologiques pris en compte dans le programme ANR Archaedyn 2, qui sont respectivement des critères de superficie, de matériaux, de durée d’occupation, d’antériorité et de fonction. Ces observations ont été contrebalancées par leur comparaison avec les dynamiques observées dans les autres zones ateliers du programme.

Globalement, la vallée de la Cèze suit le schéma global d’une relative stabilité de son effectif de sites au cours du IIe âge du Fer. Un essor important de sites nouvellement créés traduit l’expansion des pratiques agricoles au cours du Ier s. de n. è. Ce développement s’accompagne de l’accroissement de la superficie occupée au cours du Ier s. de n. è (fig. 4 et 5).

Fig. 4 : Évolution du nombre de site par siècle et évolution de la surface occupée par siècle.

Fig. 5 : Carte de répartition des sites créés à l’époque tardo-républicaine et au Ier s. de n. è. (fond cadastral 2007).

Les Ier et IIe s. de n. è. représentent en fait un optimum d’occupations qui traduit la résistance du système agricole mis en place au cours du changement d’ère. Ces faits révèlent un modèle de formation économique et sociale arécomique articulée au marché de l’Empire romain et dont l’équilibre se fonde sur la coexistence d’aires régionales au développement inégal, à la fois pour des raisons qui tiennent à l’évolution endogène des communautés indigènes et pour des raisons historiques consécutives à la conquête et à la romanisation des productions et des échanges. La fin du IIe s. marque, quant à elle, le début du déclin de l’occupation du sol en Cèze. Ce déclin caractérise bien la période comprise entre la fin du IIe et le Ve s., où activité et occupation sont en lente diminution malgré une relative stabilité, le nombre d’établissement occupé s’effondrant ensuite au cours du VIe s. L’originalité de la Cèze repose ici dans le fait que le renouveau des créations d’établissements ne se positionne pas au cours du IVe s. mais bien au cours du IIIe s., traduisant une certaine précocité par rapport aux autres régions étudiées quant au remaniement et à la restructuration agraire mis en place à la fin du Bas-Empire. Le terme de restructuration agraire semble ici bien approprié, étant donné que, jusqu’au Ve s., la surface occupée par les divers établissements recensés est de l’ordre de 80 ha. Cela semble donc traduire une restructuration plutôt que des abandons massifs de l’espace exploité : des établissements plus importants en surface, mais moins nombreux, viennent compenser la disparition des petits sites à vocation agricole créés lors du changement d’ère. Les sondages réalisés sur l’oppidum du Camp de César vont dans le sens de cette restructuration, adaptée au milieu urbain, et qui atteste le renouveau des sites de hauteurs au cours de l’Antiquité tardive (Schneider 2004) : reste à en définir les causes politiques et sociales.

Les établissements gallo-romains de la Cèze possèdent des caractéristiques qui les répartissent selon un schéma pyramidal. En effet, on note une convergence générale entre la qualité matérielle (mobilier, matériaux), la superficie et la durée d’occupation : plus ces facteurs augmentent, plus la proportion d’établissements diminue. La grande majorité des établissements présentent une superficie modeste inférieure à 5000 m². La basse vallée de la Cèze présente la singularité frappante de posséder un taux d’établissements compris entre 2 et 5 ha supérieur à celui des sites dont la superficie est comprise entre 1 et 2 ha. Aucune autre zone atelier ne présente cette spécificité, cela laisse à penser qu’en Cèze les sites présentant cette particularité en termes de superficie, y jouent un rôle particulier. En ce qui concerne les matériaux de construction, la vallée de la Cèze s’inscrit comme une région où l’emploi de la tuile (tegula calcaire et tegula sableuse) est prépondérant. Ensuite, les établissements occupés de 100 à 399 ans représentent plus des deux tiers des sites analysés. On constate ici une dissociation marquée avec la vallée de la Tave qui est limitrophe de la Cèze. Autre phénomène à rapprocher des dynamiques de peuplement : l’absence d’occupation antérieure est très largement représentée en Cèze avec un nombre important de sites présentant cette caractéristique. Cela nous permet d’avancer que l’occupation du sol à l’époque gallo-romaine est constituée en grande majorité de créations de sites à fonction agricole réalisées ex nihilo.

La corrélation de ces descripteurs nous a permis de réaliser une étude statistique, employant une méthode éprouvée depuis plus de 20 ans (Favory et al. 1988 ; Raynaud 1989 ; Favory et al. 1994), sur un corpus de 84 établissements occupés entre le IIe s. av. et le VIe s. de n. è.

La répartition des sites s’est faite en 7 classes distinctes (fig. 6). La première classe représente les très grands établissements durables créés avant le changement d’ère qui constituent les pôles de peuplement de la région, constitués aussi bien d’oppida que d’agglomérations de plaine, explicitant ici le fait que les oppida, à l’époque gallo-romaine, ne sont pas les seules entités à structurer un territoire. Les sites appartenant aux classes 3, 4, 5 et 6 représentent les avatars d’une structuration agraire fortement hiérarchisée. Les établissements de classes 2 et 7 semblent exprimer des dynamiques spécifiques à la basse vallée de la Cèze, leur position hiérarchique dans la classification étant difficile à appréhender.

fig6

Fig. 6 : Effectifs et première interprétation des sept classes résultant de l’AFC et de la CAH.

Cette typologie fonctionnelle a permis la mise en réseaux des entités archéologiques. Cette démarche a rendu possible une réflexion sur le fonctionnement des établissements, non plus considérés isolément, mais inscrits dans un voisinage fait d’unités plus ou moins importantes. L’apport du modèle gravitaire a été prépondérant dans la constitution des différents réseaux en y associant les analyses menées sur les emprises visuelles des oppida, sur les réseaux de communications et sur les aires présentant des traces d’amendements agraire.

La totalité des observations réalisées en Cèze confirment les hypothèses du programme Archaeomedes (Archaeomedes 1998) sur l’existence de rythmes différents de développement au sein de la cité des Volques Arécomiques perceptibles dès la fin de l’indépendance. A ce titre, la publication des recherches et analyses entreprises dans le cadre du programme ANR Archaedyn 2, nous permettront sûrement d’y voir plus clair dans les différents types d’organisation de l’occupation du sol au cours de l’Antiquité, dans les diverses régions étudiées. Si la typologie hiérarchique a permis une première approche en donnant une échelle de référence relative (Garmy 2009), elle ne peut compenser notre méconnaissance de ces sites archéologiques, pour la plupart uniquement attestés par des données de prospection pédestre. Il faut donc souligner la nécessité de fouiller certains de ces établissements, d’une part pour valider la démarche typologique, d’autre part pour mieux appréhender la nature et la fonction de ces sites.

L’acquisition de nouvelles données ne seront que profitables dans l’optique d’une meilleure compréhension de l’espace rural antique en Cèze. Ne reste qu’à retourner sur le terrain.

Bibliographie

Alix et al. 2008 : ALIX (S.) (dir.), BOUBY (L.), BUFFAT (L.), CANILLOS (T.), FAVORY (F.), FIGUEIRAL (I.), FOREST (V.), KOZIOL (A.), LONGEPIERRE (S.), PELAQUIER (E.), PETITOT (H.), RAUX (A.), VIDAL (L.) – PCR «Des garrigues au Rhône, occupation du sol et dynamiques de peuplement dans le nord est du Gard». Rapport de Projet Collectif de Recherche, archives du SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2008, 333 p.

Archaeomedes 1998 : DURAND-DASTÉS (F.), FAVORY (F.), FICHES (J.-L.), MATHIAN (H.), PUMAIN (D.,) RAYNAUD (C.), SANDERS (L.), VAN DER LEEUW (S.) – Des oppida aux métropoles, archéologues et géographes en vallée du Rhône, coll. « Villes », Paris : Anthropos, 1998.

Canillos et al. 2011 : CANILLOS (T.), en collaboration avec AGUILHON (M.), CHAZEL (T.), LONGEPIERRE (S.), MANNIEZ (Y.), PEREZ (B.), RICHARD (T.) – Prospection dans la basse vallée de la Cèze (Gard), Rapport 2011, archives du SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, 2011, 117 p.

Favory et al. 1988 : FAVORY (F.), FICHES (J.-L.), GIRARDOT (J.-J.) – L’analyse des données appliquée à la typologie des sites gallo-romains dans le Beaucairois (Gard) : matériel de prospection et environnement paysager. Essai méthodologique, in : Gallia, 45, CNRS éd., Paris, 1988, p.67-86.

Favory et al. 1994 : FAVORY (F.), GIRARDOT (J.-J.), RAYNAUD (C.), ROGER (K.) – L’habitat gallo-romain de l’étang de l’Or (Hérault). Hiérarchie, dynamique et réseaux du IIe s. av. au Ve s. ap. J.-C., in : Mélanges Pierre Lévêque, Religion, Anthropologie et société, Centre de Recherche d’Histoire Ancienne, vol. 124, Annales littéraires de l’Université de Besançon, les Belles Lettres, Paris, 1994, p. 123-215.

Garmy 2009 : GARMY (P.) – Villes, réseaux et systèmes de villes : contribution de l’archéologie, dossier de candidature au diplôme d’Habilitation à Diriger des Recherches (dir. J. Brunouf), soutenu à l’Université de Paris I, Panthéon-Sorbonne, Paris, 2009, 262 p. http://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00459332

Genty, Kotarba, Pène 1997 : GENTY (P.-Y.), KOTARBA (J.), PENE (J.-M.) – La méthode de prospection archéologique de surface “Rapatel” appliqué sur les sites et les traces d’occupation humaine de Peyre à Rodilhan (Gard), archives du SRA Languedoc-Roussillon, Montpellier, 1997, 35 p.

Kotarba et al. 1998 : KOTARBA (J.), DURAND (C.), GUERRE (J.), LOISON (G.), MAZIERE (F.), PRET (S.), RASCALOU (P.) – A 75, section Beziers-Pezenas, prospection archéologiques. 3. Catalogues des sites, archives du SRA Languedoc-Roussillon, AFAN, DDE3 Hérault, Montpellier, 1998. Volume non paginé, 31 fig.

Monteil 1999 : MONTEIL (M.) – Nîmes et sa proche campagne : étude de topographie urbaine et périurbaine (fin VIe s. av. J.-C./VIe s. ap. J.-C.), MAM, 3, CNRS éd., Lattes, 1999, 528 p.

Raynaud 1989 : RAYNAUD (C.) – Archéologie du paysage autour de l’étang de l’Or. Choix, contraintes et méthode de prospection, in : AEL, 2/3, FAH, 1989, p. 59-83.

Schneider 2004 : SCHNEIDER (L.) – Entre Antiquité et haut Moyen Âge : traditions et renouveau de l’habitat de hauteur dans la Gaule du sud-est, in : Paul-Albert Février de l’Antiquité au Moyen Âge, Actes du colloque de Fréjus, 7 et 8 avril 2001, éd. Michel Fixot, 2004, p. 173-200. http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00359963/fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *